Appel à candidature: 1ere édition école d’été franco-américaine « Long XVIIIème siècle français »

Lieu:  Université de Princeton

Dates: 14 au 21 juillet 2019

Date limite de l’appel à candidature: 15 février 2019

Cette école d’été souhaite réunir une dizaine de doctorants et de doctorantes, issus d’universités nord-américaines et françaises et dont les recherches portent sur l’histoire moderne de la France (1500-1800), pour une semaine de lectures et de discussions intensives animée par David Bell (Princeton), Rafe Blaufarb (Florida State) et Clyde Plumauzille (Sorbonne-CNRS).

Les doctorants seront amenés à discuter des travaux de référence sur leur période, des ouvrages classiques aux plus récents, ils pourront questionner les principaux concepts de cette littérature à travers des notions telles que « Lumières », « Révolution » ou encore « Modernité », enfin, ils auront l’opportunité de présenter leurs projets de recherche et d’échanger sur ces derniers. Toutes les candidatures de doctorants sont acceptées, mais nous encourageons particulièrement celles des doctorants de 1re, 2e et 3e année.

Les doctorants sélectionnés recevront un dossier de lectures au cours du printemps qu’ils devront avoir lu d’ici le 14 juillet. Les candidats doivent être inscrits en thèse, en histoire moderne de la France. Ils doivent pouvoir lire couramment le français et l’anglais. Leur dossier de candidature doit comprendre une lettre de motivation d’une page et un curriculum vitae à adresser à dabell@princeton.edu. Ils doivent également solliciter une lettre de recommandation de leurs directeurs et de leurs directrices de thèses à soumettre à la même adresse.

Appel à communication : Les acteurs de la rougaille

Dates: du 1er au 3 octobre 2015
Lieu : INHA, Paris.
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2015

L’étude des arts décoratifs fédère aujourd’hui une large communauté de chercheurs et engage, par-delà l’histoire artistique des objets et des décors, des spécialités et des compétences variées (littérature, critique, esthétique, sociologie, visual studies, gender studies). Dans la perspective des travaux d’envergure menés sur la production rocaille de certains grands ornemanistes (Jacques de Lajoüe, Juste-Aurèle Meissonnier, François Boucher), le colloque Les acteurs de la rocaille entend opérer un retour à l’objet tout en mettant à profit les récentes conclusions énoncées dans le domaine des sciences humaines.

L’appel complet.

Appel à contribution : Numéro thématique pour la revue Dix-Huitième Siècle n° 48 ( juin 2016) : Se retirer du monde

Date limite: 30 octobre 2014.

Sous la direction de :
Hélène Cussac : Université de Toulouse
Odile Richard-Pauchet : Université de Limoges.

Le XVIIe siècle, on le sait, est par excellence le siècle du retirement. Un renouveau spirituel imprègne alors la pensée classique : le discours de la retraite, comme le souligne Bernard Beugnot, déclare « le besoin et le goût d’une intériorité, sans que nécessairement elle débouche sur la préoccupation du salut » ( Le discours de la retraite au XVIIe siècle , PUF, 1996, p. 255).
Mais qu’en est-il au XVIII e siècle, siècle de la sociabilité et de la critique religieuse ? Entre âge classique, sensualisme lockien et modernisme des Lumières, comment les romanciers, les philosophes, les artistes (peintres, musiciens, architectes), les médecins, pensent-ils et représentent-ils l’idée et/ou l’action de se retirer du monde ?
En 1757, Diderot fait prononcer à Constance dans Le Fils naturel cette âpre et dure sentence : « il n’y a que le méchant qui soit seul », phrase qui a suscité l’ire de Rousseau. Le frère de Diderot, l’abbé Didier-Pierre, ne lui reproche-t-il pas d’ailleurs, un peu plus tard, de ne pas avoir mis leur fille et nièce au couvent, au moins momentanément, en vue de parfaire son éducation (lettre du 13 novembre 1772) ? Alors que Marmontel et Fabre d’Églantine réécrivent Le Misanthrope ( Contes moraux , 1761 ; Suite du Misanthrope , 1789 ) ; alors que Bernardin de Saint-Pierre choisit comme narrateur de Paul et Virginie un sage ermite ; alors que Diderot nous fait partager le séjour de sa Religieuse dans différents couvents, et que le roman libertin ne se prive pas de mettre en scène des femmes retirées tourmentées par leur corps désirant, on se rend compte que l’idée de quitter le monde parcourt les textes du XVIIIe siècle – romans, essais, autobiographies, lettres.
Une tension se fait donc jour au cours du siècle : pendant que les apologistes chrétiens, dont la littérature est intense et le lectorat encore important, continuent de conseiller la retraite monastique, les philosophes des Lumières luttent jusque dans le roman contre les retraites au couvent, mais mettent en scène d’autres manières de se retirer du monde, au moins partiellement (à la campagne, en fréquentant un cercle d’amis restreint par exemple), et ne craignent pas de faire parfois l’éloge de la solitude, au moins temporaire, que ce soit dans leur vie réelle ou dans la fiction.
Entre âge classique, sensualisme lockien et sociabilité des Lumières, comment les romanciers, les philosophes, les artistes (peintres et musiciens), les architectes, les scientifiques, les économistes pensent-ils, appréhendent-ils et représentent-ils la retraite ? Est-ce pour la recommander où pour la condamner ? Quel héritage les Lumières font-elles à la fois de ce topos littéraire et de l’ habitus culturel légué notamment par la pensée janséniste ? Revoient-elles et corrigent-elles ce thème ? Le trahissent-elles ? Quels prolongements lui donnent-elles ? L’expriment-elles sous des formes ou des modalités différentes ?
On pourra examiner d’abord les raisons du retirement (échec sentimental, rapprochement de Dieu, désir de solitude, thérapie nécessaire….), mais on se demandera aussi s’il remplit la fonction qui lui est éventuellement assignée. Se retirer du monde au XVIIIe siècle rend-il heureux ? On pourra ainsi distinguer retraites volontaires et retraites subies.

Plus d’informations ici.

 

Appel à contributions: rubrique « Varia » de la revue « Dix-huitième siècle »

Date limite: 15 octobre 2014.

La revue Dix-Huitième Siècle , revue annuelle, comporte, à côté d’un dossier thématique, une importante partie « Varia ». Elle y accueille des contributions de tout horizon disciplinaire (histoire, littérature, philosophie, histoire des idées, histoire de l’art, histoire des sciences, etc.).

Les articles doivent porter principalement sur des questions qui concernent le dix-huitième siècle, être rédigés en français et respecter la fourchette 30.000-40.000 signes (détails). Dès réception, ils sont anonymés et font l’objet d’une évaluation collégiale (comité de lecture).

Pour une parution dans le prochain numéro DHS 47 (2015), merci de faire parvenir vos propositions avant le 15 octobre 2014.

Contact : dhsvaria@sfeds.fr

Allocation doctorale sur le théâtre du XVIIIème siècle (Université de Nantes)

Date limite de candidature: 11 juin 2014.

Le laboratoire L’AMo, au sein de l’école doctorale SCE (Sociétés, cultures, échanges), organise un concours pour l’attribution d’une allocation de thèse financée par la Région des Pays de la Loire. Le concours est ouvert aux titulaires de diplômes de Master 2 de littérature française et comparée (de préférence Master recherche, mais les candidatures de MEF sont acceptées). Le jury recrutera un doctorant sous contrat avec l’Université de Nantes pour une durée de trois ans à compter de la rentrée universitaire 2014/2015. L’attribution de ce financement se fait sur les principes de l’excellence scientifique et de l’adéquation entre le projet de thèse et un programme scientifique d’équipe (celui du laboratoire L’AMo et de l’équipe CETHEFI).

Intitulé de la thèse : « Contrainte et inventivité : de la guerre des théâtres à l’avènement d’un nouveau répertoire (1680-1791) »

L’objectif d’une thèse portant sur les théâtres non privilégiés sera d’étudier comment la contrainte, le contexte de répression et la censure ont paradoxalement favorisé l’émergence de nouvelles formes extrêmement originales, qui ont des échos aujourd’hui, dont il faudra fournir une édition, une analyse esthétique et contextuelle, assortie d’une mise en perspective historique appuyée sur l’histoire détaillée des interdictions.

Plus d’informations sur le site de l’université de Nantes.

Prolongement de la date d’échéance pour le congrès « Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle »

La date d’échéance pour envoyer des propositions de communication pour le congrès de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle et de la Eighteenth-Century Scottish Studies Society est reportée au 30 avril 2014.

Lieu: Montréal, hôtel Delta.

Dates: 15-18 octobre 2014

Lien vers le site du congrès (vous y trouverez l’appel à communication général ainsi que la liste des projets de séance): http://scedhs2014.uqam.ca.