Appel à communication : Les frontières dans tous leurs états

Dates : 20-21 octobre 2016
Lieu : Nancy
Date limite de réponse à l’appel : 15 avril 2016

La huitième édition des Journées jeunes chercheurs en sciences humaines et arts (2L2S) se tiendra à Nancy les 20 et 21 octobre 2016. Nous proposons cette année un questionnement sur « Les frontières dans tous leurs états » à travers cinq axes thématiques : les frontières spatiales ; les frontières culturelles ; les frontières de l’humain ; les frontières magiques, religieuses et scientifiques ; les frontières du travail. Dans une dynamique interdisciplinaire, toutes les disciplines sont invitées à participer afin de proposer un échange scientifique autour de cet objet transversal. Afin d’enrichir nos échanges avec des chercheurs d’autres pays, nous diffuserons prochainement un appel à communications en version anglaise.

L’appel complet ici.

Appel à communication : Captives, recruited, migrants: Empires and labor mobilization From XVIIth century to present days

Dates : 30 octobre – 2 novembre 2015
Lieu: EHESS, Paris
Date limite de réponse à l’appel : 10 mai 2015

This workshop starts from the hypothesis that warfare and labor are strongly connected in Empire building and their evolution, to begin with war captives in early modern Europe, Asia, Africa and the Americas and to continue with the various forms of recruitment in land and maritime empires in all those areas. Captives as well as local peasants were soldiers, seamen, and colonists at the same time. Forms of forced recruitment were still important in the XIXth century (the press system in Britain and its variations in the Empire, recruitments in Russia) and continued in the XXth century, in Europe during the wars, outside of Europe during and after colonization and decolonization up through nowadays children soldiers.

L’appel complet.

Appel à communication: Intermédiaires du travail : figures sociales du recrutement et de la gestion de la main d’œuvre, XIVe-XXe siècle

Dates: 22 et 23 juin 2015
Lieu: Université Paris Est-Marne-la-Vallée
Date limite de réponse à l’appel: 31 janvier 2015

La question des intermédiaires du travail défraye régulièrement la chronique : dans le cadre des tensions générées par les migrations internationales, le rôle de ces médiateurs ne cesse de croître et la question des exactions de toutes sortes qu’ils exercent souvent sur les migrants en quête de travail irrigue l’actualité médiatique. Des travaux y ont été désormais consacrés pour l’époque contemporaine, notamment dans le cadre de la globalisation des marchés du travail. Mais, comme le rappelait un numéro de l’International Review of Social History (IRSH-57, 2012) portant sur l’époque contemporaine, les intermédiaires du travail occupent sans doute une fonction aussi ancienne que le travail lui-même, quelque soit les formes, les législations, les champs d’activité concernés. Dans le travail « libre » comme dans le travail contraint, dans le travail salarié comme dans le travail corporé, aux champs, aux mines, dans les manufactures dispersées comme dans les fabriques concentrées, le rôle des intermédiaires entre ceux qui cherchent des bras, qualifiés ou non, et ceux qui proposent leur force de travail comme leurs compétences, est à la fois essentiel et relativement discret. Essentiel car « le » marché du travail, mettant en relation sans intermédiaires et sans asymétries employeurs et potentiels employés, est sans doute historiquement l’une des formes les moins répandues de transaction entre offre et demande de travail. Dans les marchés du travail toujours segmentés, diversement et asymétriquement constitués, le rôle des intermédiaires est donc fondamental. Mais il est aussi relativement discret car il reste le plus souvent en creux des différentes formes de travail et trop fréquemment off the record. Les sources n’en livrent la plupart du temps que des témoignages indirects et l’on peine parfois à saisir exactement les figures sociales de ces intermédiaires qui peuvent d’ailleurs être eux-aussi également engagés dans le travail. Le regard des historiens s’est pour cela rarement focalisé sur ces sujets et a préféré mettre en valeur les deux pôles de la relation de travail. Les sources sont pourtant plus riches de traces des activités de médiation qu’on ne le croit, à la condition de les réinterroger et de prendre en compte les nombreuses indices qu’elles contiennent : elles permettent entr’autre de constater que les rôles de ces acteurs de la médiation en milieu de travail sont multiformes. La question devient dès lors de définir exactement les figures sociales du placement et de l’intermédiation entre employeurs et travailleurs.

L’appel complet ici.