Appel à contribution- Lettre de la Société Henri IV

La Société Henri IV a été créée en 1993, afin de promouvoir toute étude et manifestation à caractère scientifique se rapportant à Henri IV et à son époque.  Elle a une importante activité éditoriale, par la publication d’actes de colloques ou le soutien à des ouvrages scientifiques. Elle publie depuis 1997 un bulletin semestriel, La Lettre de la Société Henri IV, diffusé auprès de ses adhérents, de bibliothèques et services d’archives, pour rendre compte de l’actualité scientifique. Depuis 2001, elle poursuit par ailleurs une politique de publication d’articles et de documents inédits.

La Lettre de la Société Henri IV rassemble des articles relatifs à l’histoire, la littérature et les arts au temps des guerres de religion et de la reconstruction du royaume.  Avec une publication semestrielle, elle propose des articles en lien avec des recherches actuelles.

Pour proposer une contribution, contactez directement le comité scientifique à l’adresse: societe.henri4@gmail.com

Plus d’information sur le site de la Société Henri IV.

Appel à communication : Monstres et christianisme – monstres du christianisme (XVIe-XVIIIe siècle)

Dates : 14-16 décembre 2016
Lieu : Lyon
Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2016

Le colloque se propose de déterminer le rôle des monstres dans le discours chrétien des XVIe et XVIIIe siècles. À travers une approche interdisciplinaire, il veut expliquer leur forte présence dans la vie quotidienne tout comme l’existence et l’application d’interprétations divergentes dans le contexte religieux. Il souhaite analyser comment, à travers les monstres, se construisent des significations et valeurs culturelles et quelles fonctions leur reviennent lors des luttes pour le pouvoir.

L’appel complet ici.

Appel à communication : Liturgie et architecture. Constructions, usages et aménagements des églises (XIIIe-XVIIIe siècle)

Date : 25 novembre 2016
Lieu : Université de Lorraine, Nancy
Date limite de réponse à l’appel : 31 mai 2016

Dans le cadre de l’ANR Lodocat. Chrétientés en Lotharingie et dorsale catholique (IXe-XVIIIe siècles), l’université de Lorraine souhaite organiser une journée d’études sur les liens entre architecture et liturgie entre les XIIIe et XVIIIe siècle. Il sera alors question des aménagements ou réaménagements intérieurs des édifices religieux, l’émergence des pratiques liturgiques et leurs implications sur le bâti architectural…

L’appel complet ici.

Appel à communication : Voyage vers le même. Réflexions sur « l’ethnographie chez soi » en sciences sociales des religions

Date : 13 juin 2016
Lieu : EHESS, Paris 13e
Date limite de réponse à l’appel : 15 avril 2016Longtemps, l’anthropologie s’est pensée comme étude de l’Autre. Au début du XXe siècle, quand l’« Homme » s’est soudain vu érigé en objet de science, les premiers anthropologues pensaient qu’il fallait partir loin de sa propre culture pour l’étudier. La recherche ethnographique a ainsi été conçue comme indissociable de l’extériorité du chercheur face à son objet. Cette « tradition » du terrain ethnographique comme « voyage physique et symbolique » se retrouve aujourd’hui dans l’idée que pour comprendre un objet, il faut y être extérieur ; que le chercheur reste un homme, et qu’il ne saurait affranchir son regard scientifique du conditionnement de la culture qui l’a socialisé, lui. Cette journée d’étude se penchera sur la question des apports possibles de « l’auto ethnographie » ou de « l’ethnographie chez soi » pour la recherche qualitative anthropologique et sociologique contemporaine. Quels atouts et quelles difficultés heuristiques, théoriques, éthiques et épistémologiques, présentent la position de « scholar practitionnar » ou de « chercheur engagé » dans son objet de recherche, et engagé notamment dans la religion qu’il étudie ?

L’appel complet ici.

Invitation à collaboration scientifique – Études pluridisciplinaires du pluralisme religieux

Institution: Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA)
Lieu : Nantes

Dans une perspective dynamique visant à fédérer les réseaux et opérations de recherche interdisciplinaires portant sur l’étude du pluralisme religieux et de l’athéisme en Europe et dans l’espace méditerranéen sur la longue durée (Ve-XXle siècles), l’Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA), en lien avec la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin (USR Université de Nantes – CNRS) et les Universités de Nantes et du Maine, lance un appel aux étudiants et doctorants travaillant sur ces thématiques pour créer et organiser un réseau d’intérêt scientifique.

L’objectif de cette action est de fédérer une communauté de jeunes chercheurs (étudiants en Masters et doctorants) autour d’une structure et d’un réseau international plus large et coordonné.

L’IPRA est un institut de recherche et de valorisation interdisciplinaire (histoire, littérature, droit, philosophie, science politique, etc.), financé par la Région Pays de la Loire, hébergé à la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin et porté par les Universités de Nantes et du Maine. Son objet est l’étude du pluralisme religieux et de l’athéisme en Europe et dans le monde méditerranéen. Il rassemble une large communauté de chercheurs ligériens, français et internationaux. Il a pour objectif de fédérer, structurer et connecter la communauté scientifique sur différentes échelles : régionale, nationale et internationale, autour d’opérations de recherche et de valorisation (enseignement, formation, actions grand public). Pour optimiser l’impact des travaux conduits par cette communauté face aux enjeux de société et bénéficier de la qualité et de l’ampleur des activités déjà réalisées, l’IPRA s’affiche comme un espace centralisé de sources, de ressources, de littérature et de valorisation de la recherche à destination des chercheurs, enseignants, étudiants et plus largement du grand public, sur le pluralisme religieux, l’agnosticisme et l’athéisme en Europe et dans l’espace méditerranéen sur la longue durée.

De nombreux chercheurs confirmés sont déjà associés à notre institut et à nos activités. Nous souhaitons inclure à ce réseau les étudiants et doctorants travaillant dans les champs du fait religieux, du pluralisme religieux et de l’athéisme. Notre volonté est de nous constituer en réseau interdisciplinaire et de proposer des outils d’échange, de discussion, de travail, autour des objets d’étude qui nous rassemblent : des journées doctorales, une plateforme de publications web référencée, faisant autorité et stimulant le débat, des ressources pour la recherche, etc.

Les étudiants et doctorants intéressés par cette initiative et souhaitant y prendre part sont invités à nous faire parvenir leur CV, projet de thèse / de recherche, ainsi qu’une lettre d’intérêt en vue d’intégrer l’IPRA en qualité d’étudiant – doctorant associé, à l’adresse ipra[at]univ-nantes.fr.

Plus d’informations sur l’institut ici.

 

Appel à communications – Journées doctorales IPRA

Date : 13-14 décembre 2016
Lieu : Nantes
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2016

Thème « Religion en jeu : représentations et utilisations du religieux ».

Pour Philip Larkin en 1955, la religion était une relique du passé. Dans Church Going, le poète anglais se plaçait dans une petite église de campagne et se demandait ce qui adviendrait de tels endroits lorsque la religion aurait disparue de nos sociétés : « wondering, when churches will fall completely out of use, what we shall turn them into ». Jusqu’aux années 1970, de nombreux chercheurs en sciences sociales estimèrent que la religion était en voie de disparition et que le développement technologique et économique y mettrait fin : d’abord dans les sociétés industrialisées, ensuite dans le monde en voie de développement. Puis vinrent la révolution iranienne de 1979, l’essor du droit religieux aux USA et en Israël, le Hindu revivalism en Inde, l’adoption de lois contre le « blasphème » dans plusieurs États à référence musulmane. La religion est revenue en force dans les sociétés et s’est invitée à la table politique. Cette réaffirmation des références religieuses replace la religion dans le débat public.

Ce « retour du religieux » est donc aussi un « recours au religieux » ce qui en fait, selon des modalités très variables, un élément d’unité ou de cohésion, ou au contraire un épouvantail ou repoussoir.  Nous nous intéresserons dans ce colloque à la place de la religion (ou des religions, du religieux, de l’athéisme) et aux différentes formes d’institutionnalisation de la sécularisation (dont la laïcité française par exemple) dans les représentations, les discours, les constructions idéologiques.

 L’appel complet ici.

Appel à communications – Les religions face aux théories et aux politiques de la « race » (XVe-XXIe siècle)

Dates : 1er-3 juin 2016
Lieu : Université du Maine (Le Mans)
Date limite de réponse à l’appel : 13 avril 2016

Les objectifs de ce colloque sont donc nombreux. Il s’agit tout d’abord de comprendre les conditions de la construction de mythes religieux racialisés et surtout d’en étudier la diffusion et l’impact dans les stratégies de conversion et d’intégration des convertis. A ce titre, une attention toute particulière sera portée aux réactions des minorités racialisées au sein d’un même groupe religieux entre rappels au dogme de l’unité originelle de l’humanité, construction de contre-discours racialisés ou sortie du groupe religieux. Dans le même ordre d’idée, ce colloque s’efforcera d’étudier la réception et l’adaptation de l’idée européenne de « race » dans des contextes religieux non européens. Enfin un dernier temps sera consacré, d’une part, aux réactions des milieux religieux face aux politiques raciales entre résignation, acceptation et adhésion et, d’autre part, au rapport contemporain des religions aux notions d’ethnie et de culture qui, dans certaines appréhensions, recoupent tout ou partie du champ autrefois couvert par l’idée de « race ».

L’appel complet ici.

Appel à communication – Procès de canonisation et hagiographie à l’époque moderne et contemporaine

Dates : 8-9 décembre 2016
Lieu : Université d’Orléans
Date limite de réponse à l’appel : 29 février 2016

Ce colloque international s’inscrit dans le projet « Les procès de canonisation comme source pour l’histoire », conduit par Philippe Castagnetti (CERCOR, université de Saint-Etienne) et Christian Renoux (Laboratoire POLEN, université d’Orléans) et qui a donné lieu à une première journée d’études internationale organisée à l’université de Saint-Etienne en novembre 2011 dont les actes, Culture et société au miroir des procès de canonisation (XVIe-XXe siècle), vont paraître en 2016 aux Presses universitaires de Saint-Etienne.

Il s’agit de poursuivre la réflexion sur la place des procès de canonisation aux époques moderne et contemporaine, en étudiant les liens qui unissent procès de canonisation et hagiographie du XVIe au XXe siècle.

L’appel complet ici.

Appel à communication : Diocèses en intérim. Le temps de la vacance épiscopale (France et Allemagne, Xe-XIIIe siècle)

Dates : 5-6 décembre 2016
Lieu : Institut historique allemand, Paris
Date limite de réponse à l’appel : 15 février 2016

La mort de l’évêque laisse sa fonction vacante, pour quelques jours ou quelques semaines, parfois même pour des années. D’autres causes ‒ expulsion, suspension ou démission ‒ ont le même effet. La recherche accorde trop peu d’attention à cette période, appelée « intérim » dans le droit canonique, tout comme aux étapes qui mènent à l’installation du nouvel évêque, de son élection à son investiture. L’objectif du colloque est de combler cette lacune en étudiant ce temps particulier dans une perspective d’ensemble. Son intérêt n’est pas concentré sur la personne de l’évêque ayant cessé ses fonctions ou sur son successeur, mais plutôt sur le diocèse et les groupes qui pèsent sur sa destinée.

L’appel complet ici.

Appel à communication : L’image miraculeuse : théories, pratiques et représentations dans le monde chrétien (XIVe-XVIIe siècle)

Dates : 3-5 novembre 2016
Lieu : Université Rennes 2
Date limite de réponse à l’appel : 1er mars 2016

Consacré aux images miraculeuses et à leur culte dans le christianisme occidental (XIVe-XVIIe siècle), le colloque a pour but d’envisager tous les aspects d’un phénomène majeur, qui a eu des répercussions dans la plupart des domaines de la vie religieuse, depuis la réflexion théologique jusqu’aux pratiques des pèlerins en passant par les dévotions privées ou encore l’aménagement des lieux de culte. En conjuguant questionnements et perspectives disciplinaires variés, la rencontre entend à la fois faire le bilan des recherches menées dans ce domaine et contribuer à leur renouvellement.

L’appel complet ici.