AAC Séminaire doctoral « Histoire et images », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Appel à communications, Séminaire « Histoire et images »

L’appel à communications du séminaire « Histoire et images » de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui se déroulera le 21 mars 2020 est ouvert.

Les propositions de communication (titre, résumé de 300 mots environ), accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.trice, sont à envoyer avant le 24 février à : Mathilde Kiener (mathilde.kiener@etu.univ-paris1.fr) et Victoria Márquez Feldman (victoria.marquez@univ-paris1.fr)
Les contributions de l’atelier seront publiées dans Hypothèses, revue à comité de lecture (https://www.cairn.info/revue-hypotheses.htm)

 

Argumentaire: 

En 1995, Francis Haskell (L’Historien et les images) rappelle l’ancienneté de l’utilisation de l’image comme source en histoire et examine les spécificités du statut et des usages conférés aux documents figurés. Dès son premier numéro, la revue Hypothèses fait état d’un stage coordonné en 1997 par Denis Woronoff sur le thème « les images, source d’histoire », où s’affirme la nécessité de dépasser la fonction d’illustration des images et leur apparente transparence. Dans cette même revue, ce questionnement se poursuit durant l’année 2000-2001 lors d’un séminaire doctoral consacré à ce thème. Plus récemment, la dernière édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois s’est interrogée sur la « puissance des images», en tentant de rendre justice à la fois à la variété des supports et la pluralité de leur efficience.
Ce séminaire doctoral invite à prolonger la réflexion sur les négociations entre histoire et images, en explorant non seulement ce que l’historien fait des images, mais aussi ce que les images font à l’histoire. Devant la multiplicité des images, de leurs formes et de leurs usages, deux axes de recherche  sont privilégiés (liste non exhaustive et non-limitative) :

Axe « Sources, matérialité, multiplicité, diffusion »
L’image peut désigner une représentation contemporaine de la période étudiée, tout comme elle peut n’être que le mode d’enregistrement d’une documentation plus ancienne. Qu’il s’agit de l’un ou l’autre
cas, l’étude des images et de leurs diffusions est aujourd’hui favorisée par des matérialités et des accessibilité nouvelles, via les campagnes de numérisation et les progrès de la communication, le développement du numérique, des moteurs de recherche et des bases de données, facilitant l’écriture d’une histoire comparée ; En quoi ces nouveaux types de supports et de diffusion incitent à considérer
différemment les images comme des sources, et influencent à la fois la construction d’un corpus et la nature des recherches qui lui sont consacrées ?

Axe « Re-présentation, conditions de production et de réception »
Le terme « image », dans son acceptation de « représentation perceptible d’un être ou d’une chose » invite à questionner la façon dont les images peuvent être vecteurs de re-présentations, oeuvrant
dans l’ordre du symbolique (Louis Marin). Il peut être également nécessaire d’analyser la « puissance agissante de l’image », qu’il s’agisse de considérer l’image comme « matrice de l’histoire » (Eric Michaud), ou comme récit constitutif participant à l’élaboration a posteriori d’un événement et par là d’une mémoire collective (Audrey Leblanc).

AAC : Colloque international sur la malbouffe et les mauvaises pratiques alimentaires de l’Antiquité à nos jours

AAC : Colloque international sur la malbouffe et les mauvaises pratiques alimentaires de l’Antiquité à nos jours
Le CHEC (Université Clermont-Auvergne), en partenariat avec l’U. Bordeaux-Montaigne, organise en novembre 2020 un colloque international sur la malbouffe et les mauvaises pratiques alimentaires de l’Antiquité à nos jours.  Il s’agira d’appréhender et comprendre les effets des mauvaises pratiques alimentaires sur les individus, les sociétés ou l’environnement sur le temps long. Ainsi, le concept de malbouffe, relativement récent, sera étudié et interrogé à différentes périodes et dans différents espaces afin d’en mesurer l’opérabilité depuis l’Antiquité.
Les propositions de communication, 3000 signes max, en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 31 mars 2020. Une attention toute particulière sera portée aux propositions émanant de jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs, post-doc) ainsi qu’à celles provenant de l’étranger.
Plus d’informations, argumentaire et modalités de soumission : http://chec.uca.fr/article710.html

Appel à articles – Revue Genre et Histoire – Varia

La revue Genre & Histoire, revue électronique, a été créée à l’initiative de l’association Mnémosyne (www.mnemosyne.asso.fr). Elle constitue un espace de publication ouvert à toutes celles et tous ceux dont les recherches s’inscrivent dans le domaine des études du genre, quelles que soient la période et la société analysées, avec une attention toute particulière aux jeunes chercheur.es et étudiant.es (Master et Doctorat) d’histoire ainsi que d’autres disciplines – sociologie, philosophie, anthropologie, géographie, sciences politiques, sciences de l’éducation, littérature, civilisations, Staps, etc. – lorsque les travaux comportent une dimension historique.

La revue est semestrielle et n’accepte que des textes inédits en français mais aussi en anglais, en espagnol, italien et allemand. Les contributions proposées (entre 35 et 40 000 signes, espaces et notes compris), accompagnées d’un résumé et de mots-clés en français et en anglais, sont soumises à une double expertise anonyme. Merci de bien respecter les instructions aux auteur.es figurant sur le site de la revue (https://journals.openedition.org/genrehistoire/631)

Les propositions d’articles sont à envoyer à : genre-et-histoire@mnemosyne.asso.fr

AAC Colloque international DERVI « Actualité et histoire des violences incestueuses : entre occultation et révélation »

Les sciences humaines et sociales, notamment l’anthropologie des XIXe et XXe siècles, ont posé l’inceste comme un interdit fondateur de toute société humaine (Durkheim ; Lévi-Strauss), incitant à le penser comme un invariant culturel dépouillé d’historicité. Dans les représentations communes, l’inceste est considéré comme impensable et innommable ; il est également assimilé à l’anomie monstrueuse et extraordinaire. Interdit et censé être inexistant (Dussy), indicible et donc imperméable à toute évaluation de sa réalité, l’inceste ne pouvait pas faire l’objet de débats publics, ni être appréhendé dans la trame ordinaire du quotidien.

Aujourd’hui, et de façon croissante depuis une vingtaine d’années, ce paradigme incestueux semble voler en éclats. Dénoncées comme un « mal absolu », les violences sexuelles commises sur les enfants, dont l’inceste, sont omniprésentes dans l’espace public. Les campagnes de prévention organisées par les pouvoirs publics se succèdent, les affaires criminelles impliquant des violences incestueuses défraient la chronique judiciaire, les témoignages de victimes investissent les médias (presse, télévision, sites internet), ainsi que d’autres formes narratives (cinéma, littérature, BD), tandis que les sondages alertent sur la fréquence de l’inceste (IPSOS/AIVI, 2010).

Organisé dans le cadre du programme de recherche ANR DERVI (« Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses ») par des anthropologues et des historiennes, ce colloque a pour objet l’étude de cette transformation, de ses enjeux épistémologiques et disciplinaires, ainsi que de ses multiples facteurs explicatifs. Il s’agira de comprendre, dans une perspective trans-disciplinaire et trans-périodes, la complexité du fait incestueux, qui peut s’appréhender comme une violence ordinaire réitérée dans un cadre familier, voire quotidien, malgré sa réprobation collective en apparence unanime.

Plus d’informations ici

Poste de PRAG – Université de Cergy-Pontoise

Institution : Université de Cergy-Pontoise

Prise de fonction : 1er septembre 2017

Date limite de candidature : 14 octobre 2016

Profil : L’essentiel de l’enseignement se fera en histoire médiévale, mais le candidat pourra être amené à enseigner en partie en histoire ancienne et en histoire moderne. Il faudra des connaissances en archéologie médiévale, au niveau de l’initiation. Il s’agit donc d’un enseignement disciplinaire, mais également de travailler sur la méthodologie, sur l’initiation à la recherche en Histoire. Ce profil comprend enfin un aspect plus pédagogique, dont le suivi des étudiants (PEL) et la gestion de leur stage.

Appel à communication : Moyen Âge et médiévalisme, les formes de la domination

Date : 4-5 mars 2016
Lieu : INHA, Paris
Date limite de réponse à l’appel : 30 septembre 2015

Le Moyen Âge est aujourd’hui un support vivant et chaque fois ré-imaginé par les fictions médiévalistes, sous forme de films, de romans, de jeux-vidéo… Parmi ceux qui produisent ces représentations, certains font d’un Moyen Âge uniformisé le support de leur valeur-travail et de l’efficacité d’une organisation hiérarchique chez « ceux qui ont construit nos cathédrales » ; d’autres évoquent la vie rurale « du Moyen Âge » comme autant de communes libres rétro-projetées sur un passé mythique. Quelles sont les motivations, les intérêts ou les critères sous-jacents à ces choix différenciés ? Nous partons du postulat que la mise en scène contemporaine d’institutions médiévales met souvent en jeu les préoccupations du présent. Représenter le Moyen-Âge est une manière de prendre parti dans les débats, luttes et engagements contemporains.

L’appel complet.

Appel à candidature pour trois bourses de thèse mises au concours par le Basel Graduate School of History (BGSH)

Date limite de réponse à l’appel : 15 novembre 2014

descriptif : La Basel Graduate School of History (BGSH) met au concours trois bourses de début de thèse d’une durée d’une année. Le montant de chacune s’élève à 25’000.- CHF (environ 20’000 euros, en deux tranches avec évaluation). Les bourses doivent servir à soutenir les doctorants et doctorantes durant la phase de début de thèse, durant laquelle les boursiers et boursières doivent élaborer un projet de recherche et le déposer sous forme de requête auprès du Fonds national suisse ou d’une autre institution d’encouragement.

Thématiques

En tant que membre actif de la Graduate School of History, les doctorantes et doctorants doivent faire preuve d’une grande motivation, de la capacité à mener à bien un projet de recherche original et se déroulant sur plusieurs années, et enfin s’investir personnellement dans des débats scientifiques à l’intérieur et à l’extérieur du Département d’histoire. Les bourses s’adressent à des étudiants et étudiantes qui possèdent un Master ou une licence en histoire et qui désirent faire des recherches dans le cadre des domaines disciplinaires soutenus au sein du Département d’histoire. Les projets de thèses avec une focalisation sur l’histoire médiévale et moderne et sur l’histoire de l’Europe dans une perspective transnationale ainsi que des projets à la jonction du domaine thématique des « topographies culturelles » sont particulièrement appréciés pour ce round d’appel.

Début de la bourse : 1er avril 2015.

Lien