Appel à communication – Composer avec l’ennemi

Lieu : CEME – Charleroi Espace Meeting Européen
Dates : 27 & 28 octobre 2017

Comment parvenait-on à travailler en zones occupées, sur la ligne de front, voire en Allemagne pendant le Premier Conflit mondial ?
Pascal Deloge et Pierre Tilly (2012) mettent en avant le développement « d’une stratégie du moindre mal » pour expliquer la poursuite de l’activité industrielle en Belgique pendant la Grande Guerre. Certains secteurs ont, en effet, poursuivi leur fabrication au gré des humeurs de l’occupant. Tout comme dans le Nord de la France occupée (Colloque Guerres mondiales et bassins industriels en territoire occupé, Maubeuge, 2014), la Belgique, moteur industriel d’avant-guerre, n’a pas nécessairement vécu la destruction systématique de son appareil de production.
Les célébrations du Centenaire sont l’occasion de confronter le discours orienté des vainqueurs d’après-guerre (Charles de Kerchoven de Denterghem, 1927) à la réalité des faits à l’aune des sources d’archives toujours disponibles. Dans le secteur verrier par exemple, l’historiographie belge a pour habitude de faire de l’industriel Émile Fourcault le seul « traître à sa patrie ». Or, les documents d’époque montrent qu’un nombre important de verreries a maintenu sa fabrication pendant le conflit. Son retentissant procès n’est-il pas finalement l’arbre qui cache la forêt ? Il paraît désormais évident que l’industrie du verre—qui n’a encore jamais été étudiée à ce jour—ne constitue pas le seul exemple de la poursuite des activités en zones de guerre.
L’occasion est donc ici donnée d’étudier le fonctionnement quotidien de l’industrie pendant le conflit et, au-delà, d’estimer à qui cette situation a profité, entre redistribution des parts de marché et remise à niveau de l’outil de production.
Ces rencontres sont l’occasion de confronter les réalités vécues par le secteur industriel en Belgique, dans le Nord et l’Est de la France, voire en Allemagne ; et de poursuivre ainsi que d’élargir le champ de réflexion entamé par Deloge et Tilly.

Consulter l’appel complet.

Appel à communication : Organisation et mesure du temps dans les campagnes européennes, du Moyen Âge au XXe siècle

Dates : 20-21 octobre 2016
Lieu : Lausanne et Sion
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2016

Dans la tradition historiographique européenne, l’histoire économique et sociale du temps est très fortement liée aux milieux de la ville, des élites, de la pré-industrie et des affaires. De plus, la plupart des chercheurs tendent à privilégier ce qui, dès le Moyen Age, annonce et prépare les manières modernes de concevoir le temps, de le vivre et de le mesurer. Tout légitimes qu’ils soient, ces choix ont eu une conséquence fâcheuse : les autres milieux, avec leurs façons bien à eux de penser, d’organiser et de mesurer le temps, ont été très négligés par les historiens. Cela vaut en particulier pour les paysans et le monde rural, éléments pourtant fondamentaux de la civilisation européenne. Avec ce colloque, nous voudrions dépasser cette situation, en montrant, exemples à l’appui, que les campagnes n’ont rien à envier aux villes en matière d’organisation du travail, en matière de jeux subtils entre le moment, le lieu et les individus.

L’appel complet ici.

Appel à communication – Les marchés publics en France, Formes, pratiques et acteurs de la contractualisation (XVIIe-XIXe)

Date : 7 ou 8 septembre 2016
Lieu : Université du Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer
Date limite de réponse à l’appel : 31 mars 2016

Pourquoi un entrepreneur s’engage-t-il avec l’État ? Pourquoi l’un et l’autre recourent-ils à un contrat ? Ces questionnements simples en apparence n’ont pas suscité de nombreux travaux, l’historiographie retenant le plus souvent la date de création d’un ouvrage, le début d’un service, ou la livraison d’une commande, mais bien peu les modalités de leur définition, de leur réalisation, le contrôle de leur conformité vis-à-vis des attentes, et encore moins les motivations des parties à recourir à un processus de contractualisation. Répondre à ces interrogations ne va pas de soi comme le suggère la variété des objets donnant lieu à un marché public, la diversité des acteurs impliqués et des pratiques, autant que la confusion entre mode de contractualisation et marché en lui-même. Il s’agit d’historiciser un ensemble de pratiques de l’action publique, dont la formalisation et la codification interviennent entre les XVIIe et XIXe siècles, lorsqu’émergent les notions de « délégation de service public », d’ « obligation de résultats » et d’ « obligation de moyen ».

Plus largement, l’enjeu est aussi de questionner ce dialogue entre les sphères publique et privée, les difficultés que cela pose, les réponses adoptées, et l’économie mixte qui en résulte. Recourir à la sous-traitance n’est pas forcément l’indice d’une incapacité financière et technique du public. Elle peut aussi être l’expression d’un choix politique réfléchi pour une formule financièrement plus avantageuse qu’une réalisation en régie, parce que parfaitement maîtrisée par la puissance publique qui conçoit, dirige et surveille

 L’appel complet ici.

Appel à communications – Université d’été « Cultures et savoirs de l’économie (XVIIe-XXe) »

Dates : 21-24 juin 2016
Lieu : IHA, Paris
Date limite de réponse à l’appel : 1er avril 2016

Depuis des années, l’économie suscite de nouveau l’intérêt des historiens et des historiennes même en dehors de l’histoire économique au sens strict. Les projets de recherche inspirés des théories et méthodes de l’histoire sociale et culturelle, des cultural studies et de l’histoire des savoirs se multiplient. Cette conjoncture incite à ouvrir la discussion entre doctorants, chercheurs postdoctoraux et étudiants en master de France et d’Allemagne. L’université d’été de l’Institut historique allemand leur donnera l’occasion de se réunir à Paris et de créer des liens professionnels par-delà des communautés scientifiques nationales.

L’appel complet ici.

Appel à communications – Art et économie, une histoire partagée

Dates :18-19 novembre 2016
Lieu : Toulouse
Date limite de réponse à l’appel : 12 février 2016

Le colloque international est ouvert aux historiens, économistes, archéologues, historiens de l’art, historiens de la littérature, aux doctorants, jeunes chercheurs et aux personnalités impliquées dans la thématique (culture, patrimoine, arts du spectacle, etc.). Il se propose d’explorer dans la longue durée les relations entre l’économie et l’art dans toutes ses déclinaisons.

L’appel complet ici.

Appel à participation – 4e école d’été d’histoire économique – Les moyens de paiement aux époques médiévale et moderne

Date : 26 – 28 août 2015
Lieu : Florence
Date limite de réponse à l’appel : 5 juin 2015

Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions sur ces matières
et de permettre à des doctorants ou à de jeunes docteurs de s’associer à ces travaux par une
participation active. La partition des doctorants prendra la forme d’exposés sur leurs propres
travaux et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.
Plus d’informations ici.