Appel à communications : Comment entre-t-on en religion ? Vocations religieuses et sociétés européennes de la fin du XVIIIe siècle à nos jours.

date:4 et 5 juin 2020

date limite de réponse à l’appel: 20 décembre 2019

lieu: Arras, Université d’Artois

Définie par la théologie du XXe  siècle comme « l’acte par lequel Dieu appelle certaines âmes à la pratique de conseils évangéliques sous une règle approuvée par l’Église » (Dictionnaire de théologie catholique, 1950), la vocation religieuse est considérée comme un phénomène à la fois intime et surnaturel, résistant donc à l’analyse et à l’explication. C’est que, comme le dit le sociologue Charles Suaud, « le processus d’inculcation de la vocation vise à imposer, en même temps que la vocation, la méconnaissance des déterminismes qui la rendent possible » (Suaud, 1978). Elle est pourtant l’objet d’une analyse et d’une vérification par l’Église catholique, parfois par les directeurs de conscience des personnes se sentant appelées à l’état religieux, et plus généralement par les institutions religieuses qui doivent reconnaître la vocation et s’assurer que les individus concernés correspondent à leurs attentes en matière de recrutement. Les communautés et congrégations religieuses cherchent notamment à s’assurer que leurs nouveaux membres soient aptes à la vie communautaire ainsi qu’aux activités apostoliques afférentes (le cas échéant), et qu’ils se conforment à la discipline que suppose le respect de la règle. Par ailleurs, entre ce qui est présenté comme un appel et sa sanction par l’institution, un ensemble de logiques sociales, familiales et économiques concourent à l’entrée en religion. Phénomène social massif, caractéristique de la féminisation du catholicisme au XIXeet premier XXesiècle (Langlois, 1984), l’entrée en religion est un choix de vie parmi d’autres, voie alternative au mariage ou au célibat, projet familial ou au contraire redouté par l’entourage, et en particulier les parents. Loin d’être un phénomène purement ecclésial, la vocation religieuse interroge l’ensemble de la société, ses normes et tout particulièrement son droit, puisque la législation civile donne un cadre aux entrées en religion. La vocation religieuse fait par ailleurs partie intégrante de l’imaginaire social : nombreux sont les religieux et religieuses parmi les vies de saints publiées au XIXesiècle tandis que les voiles abondent dans l’imagerie pieuse. Depuis les années 1950, le thème de la « crise des vocations » vient nourrir des représentations qui font de cet état de vie un phénomène résiduel et considéré comme étranger aux logiques sociales actuelles, alors que les formes et expériences de vie religieuse ont connu de profondes transformations,fondées notamment sur la métaphorisation de la thématique de la « fuite du monde » et une révision des règles post-conciliaires (Hervieu-Léger, 2017 ; Jonveaux 2018).

voir appel complet ici

Appel à communications : Le repentir

Dates : 22-23 février 2016
Lieu : Dakar, Sénégal
Date limite de réponse à l’appel : 15 janvier 2016

La question du repentir s’inscrit désormais dans la sphère publique et concerne aussi bien des collectifs vastes que des individus, avec un rapport complexe à l’histoire. Le repentir s’est aussi mondialisé il concerne aujourd’hui une grande diversité d’aires géographiques et culturelles, tout en prenant des formes très variées puisant dans de multiples traditions (religieuses, culturelles, nationales, communautaires), et aujourd’hui sa publicisation (par l’intermédiaire des médias) donne lieu à des formes sécularisées du repentir dont sont absentes la plupart des dimensions traditionnellement constitutives de la définition du repentir.

L’appel complet ici.

Bourses doctorales de la Fondation Martine Aublet

Date limite de candidature: 15 juin 2015
Durée: 12 mois

Bourses doctorales de la Fondation Martine Aublet, destinées à financer des recherches (12 mois) de terrain en Afrique, en Asie, en Océanie, au Moyen-Orient, dans l’Océan Indien et les Amériques amérindienne, latine et caribéenne. Les disciplines concernées sont l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’ethnolinguistique, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, et la sociologie.

Plus d’informations ici.

 

Appel à communication : Utiliser l’histoire : regards croisés sur la discipline historique

Dates : 3e semaine de septembre 2015
Lieu : Paris 7
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2015

 

Cette journée d’étude vise à interroger l’histoire au sens large à la fois comme objet d’étude et sujet de recherche, comme une science mais aussi comme un outil. Les doctorants, qu’ils soient historiens ou originaires d’autres disciplines écrivent, décrivent et utilisent le passé dans une démarche scientifique, où l’historiographie et la méthodologie occupent une place considérable. Cette journée devra être un lieu de partage méthodologique et un espace de connexion entre les jeunes chercheurs et la discipline historique prise sous tous les angles.

Appel à communication : Utiliser l’histoire : regards croisés sur la discipline historique

Dates : 3ème semaine de septembre 2015
Lieu : Paris 7
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2015

Cette journée d’étude vise à interroger l’histoire au sens large à la fois comme objet d’étude et sujet de recherche, comme une science mais aussi comme un outil. Les doctorants, qu’ils soient historiens ou originaires d’autres disciplines écrivent, décrivent et utilisent le passé dans une démarche scientifique, où l’historiographie et la méthodologie occupent une place considérable. Cette journée devra être un lieu de partage méthodologique et un espace de connexion entre les jeunes chercheurs et la discipline historique prise sous tous les angles.

L’appel complet ici.