Appel à communications: Guerre et correspondance

Lieu: Ecole militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan et Ecole Navale de Lanvéoc-Poulmic

Date: 2-3 octobre 2017

Date limite de soumission: 31 mai 2017

Victor Giraud, auteur d’une Histoire de la Grande Guerre, voyait dans la lettre de poilu « l’âme des combattants » ; si la Première Guerre mondiale a engendré une masse considérable de correspondances de guerre, ces dernières sont apparues bien plus tôt et trouveraient leur origine dès l’Antiquité. Comment caractériser le genre des correspondances de guerre ? Existe-t-il des traits intemporels (formels ou thématiques) ou bien la lettre s’est-elle transformée, à mesure que l’art de la guerre s’est modifié ?
A qui écrit-on ? La correspondance peut s’inscrire dans un cadre hiérarchique : le général rend ainsi compte de son action à son prince/gouvernement ; mais elle peut également s’inscrire dans le cadre amical ou familial et il s’agit alors de rassurer ses proches. Dans les deux cas, le phénomène de censure ou d’autocensure peut apparaître. La lettre en temps de guerre est un messager bien fragile, tout concourt à perturber la communication : bien souvent l’épistolier souligne les difficultés pour conserver un lien avec la société qu’il a dû quitter et pour laquelle il est un mort en sursis, d’où un rapport particulier au temps présent et à l’avenir. Que se passe-t-il également quand le correspondant se transforme en ennemi ?
Que raconte-t-on ? L’épistolier se dérobe-t-il face aux événements qui le dépassent, en se concentrant par exemple sur le récit des batailles, des mouvements de troupes ? Dans ce cas, l’informativité prime, avec une place importante donnée à l’anecdote, la description plus ou moins marquée par la technicité. Ou bien la guerre est vécue comme une « expérience intérieure » et la lettre devient le lieu propice à l’introspection. Il s’agit moins de faire voir la guerre que la faire ressentir à son interlocuteur : la lettre mentionne alors les sensations éprouvées par un corps malmené, blessé, de même que les états d’âme, tant l’omniprésence de la mort amène à voir le monde différemment. L’urgence de la survie amène souvent à la foi ou à l’amour, et il convient de voir comment ces thèmes sont traités, entre sincérité et emploi de clichés.
Pourquoi raconte-t-on ? La lettre de guerre peut développer une rhétorique afin de mobiliser le destinataire sur le plan idéologique : la politique s’invite, notamment par la définition de valeurs communes (patrie/devoir) ou la figuration de l’ennemi, tantôt pour remettre en question ce qui est considéré comme de la propagande, tantôt pour s’arrimer davantage à un monde que la guerre détruit. De plus, les lettres sont parfois écrites dans le souci de conserver la mémoire des événements : il s’agit alors d’inscrire le temps présent de l’écriture dans le temps long de l’histoire, la lettre accédant au statut de document. Dans le cas des épistoliers artistes, jusqu’à quel point la lettre écrite en temps de guerre a-t-elle préparé une œuvre, voire s’y est substituée ?
Les communications pourront porter sur des corpus de lettres authentiques comme fictives, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, les perspectives comparatistes étant les bienvenues, de même que les autres champs disciplinaires (histoire de l’art, psychologie, sociologie).

Appel complet ici

Appel à communications – Révolutionnaires et communautés utopiques

Lieu: MSH Clermont-Ferrand

Date: 13 décembre 2017

Date limite de soumission: 30 juin 2017

Inspirés par les frères Moraves, Bosc, Brissot, Lanthenas, Bancal des Issarts, le couple Roland rêvaient en 1790 de créer sur le sol national, moyennant l’achat de biens nationaux, une cité idéale. Ce « centre de Lumières et de communication » aurait uni des philanthropes au nom de la liberté, de la philosophie, et pour l’utilité du genre humain. Il aurait attiré travailleurs de la terre et des manufactures, et chacun aurait aimé y retrouver ses congénères dans les lieux de sociabilité privilégiés du siècle : le café, la bibliothèque, le club patriotique, l’imprimerie, l’école des futurs « apôtres de la liberté ». Après avoir envisagé les contrées sauvages des États-Unis, qui semblaient idoines à cette grande entreprise, ses promoteurs hésitaient entre l’Auvergne et la Bourgogne … À plusieurs décennies de là, le député girondin et régicide Pénières, ancien rapporteur du comité colonial de la Convention,  frappé par les proscriptions de la Restauration,  voguera pour la Floride pour fonder, avec la protection de La Fayette et de Madison, une colonie française sur les rives du Tombegbby, un « comité Marengo » qui se donne pour capitale Aigleville. Souvenirs de la Révolution et de l’Empire se mêlent alors pour refonder sur des territoires vierges ce que les monarchies européennes ont rendu impossible, pour y réunir ceux qui ont cru en un autre avenir, législateurs, militants comme militaires. Entre ces deux moments, et durant la Révolution-même, plusieurs formes de communautés utopiques ont poursuivi leurs cours ou ont été tentées, aussi diverses que le groupe convulsionnaire catholique et républicain des fareinistes, ou les  communautés éducatives, dont la plus connue est celle mise en place par Léonard Bourdon.

La journée d’étude se propose d’étudier les sources philosophiques et littéraires dont se revendiquent les fondateurs de ces communautés, leur implication dans la Révolution ou l’Empire, la manière dont ils conçoivent leur organisation, leur recrutement et leur développement, les références qu’ils maintiennent (ou pas) aux événements français, les liens qui existent entre leurs aspirations et les installations collectives à l’étranger, notamment en Amérique du Nord, ou les colonies utopistes de la première moitié du XIXe siècle (Owen, Fourier, Cabet).

Appel complet ici

Appel à communications- Fraudes, frontières et territoires

Lieu: Ministère des finances – 139 rue de Bercy, Paris

Dates: 23-24 novembre 2017

Date limite de soumission: 30 juin 2017

Nous souhaitons aborder la fraude sous toutes ses formes comme un processus qui rétroagit sur son environnement, ce qui suppose de l’examiner dans des configurations historiques, culturelles et géographiques diversifiées. Il faudra croiser les échelles d’analyse des praticiens de la lutte contre la fraude, des chercheurs confirmés ou non, provenant de différents champs disciplinaires, mais aussi des archivistes et des responsables de musées des douanes, dont les ressources sont indispensables. Il s’agit d’aborder la fraude à travers son inscription dans les territoires, privilégiant l’étude des limites, des bornes géographiques ou professionnelles inscrites dans les paysages, mais aussi des barrières psychologiques qui aboutissent ou non au contournement de la norme.

Appel complet ici

Appel à communications- L’anthropologie à la Renaissance

Lieu: Université de Rouen
Date: 21 novembre 2017
Date limite de soumission: 30 avril 2017

Les découvertes géographiques qui se multiplient depuis la fin du Moyen Âge obligent les Européens à une rencontre avec l’altérité qui exige une reconsidération de l’humanité. L’importance de ces phénomènes dans le développement de l’anthropologie à la Renaissance mérite d’être précisée. C’est à leur étude qu’invite le présent appel à communication, destiné à constituer un dossier pluridisciplinaire qui sera publié dans la revue numérique Clio@Themis. Considérant les enjeux en question, toutes contributions permettant d’éclairer l’apport de la philosophie, de la médecine, de la science du droit à la question de l’anthropologie de la période seront les bienvenues.

Appel complet ici

Appel à candidatures – Xe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIIe siècles). Apprentissages et transmission des savoir-faire

Lieu: Arezzo
Date: 3-7 juillet 2017
Date limite de candidature: 15 mai 2017

Les Universités de Lille (laboratoire IRHiS) et de Rouen (laboratoire GRHIS), en collaboration avec l’ANR, l’IUF, le Grand Réseau de Recherche-CSN, l’Université Paris-7 « Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS-Université Paris-1), la Fraternita dei Laici d’Arezzo et l’Université de Sienne (DSFUCI d’Arezzo) proposent 15 bourses pour des jeunes chercheurs – étudiants en Master 2, doctorants ou post-doctorants de la Communauté européenne – travaillant sur des thèmes tels l’apprentissage, la transmission des savoir-faire, et leur relation avec le monde du travail et des corporations en Europe à l’époque pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

D’une durée de cinq jours, cette dixième session de l’Atelier doctoral d’Arezzo aura pour thème « Apprentissages et transmission des savoir-faire en Europe, XIIIe-XVIIIe siècle ». À partir de ce titre volontairement large, on s’interrogera plus particulièrement sur les formes, les modes d’organisation liés à la formation des travailleurs et à la transmission des connaissances pratiques dans différents secteurs de l’économie en Europe (y compris le milieu de la production artistique) au bas Moyen Âge et à l’époque moderne. On abordera aussi le rôle du réseau familial et des relations sociales et la place des femmes dans la transmission des savoirs pratiques et d’une manière plus générale, les multiples relations liant apprentissage, talent et création.

Les enseignements se feront en italien, en français, en anglais et en espagnol. Les enseignants et les doctorants produiront à l’appui de leur exposé oral dans l’une de ces langues une présentation informatique rédigée dans une langue différente de la langue parlée. Ce support fournira un point de vue détaillé sur les sources, sur la méthodologie utilisée et il explicitera les notions et le vocabulaire propres au domaine abordé.

L’Atelier doctoral sera structuré en deux sessions journalières :

  1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
  2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Consulter l’appel à candidature complet ici.

Bourse postdoctorale – LabexMed/Gerda Henkel Stiftung 2017

Programme de recherche: LabexMed
Durée de la bourse: 12 mois, renouvelable une fois.
Montant: 1700 euros par mois
Date de début: octobre 2017
Date limite de candidature: 22 mai 2017 à 16h

LabexMed lance un appel pour une bourse post-doctorale d’une durée d’un an renouvelable une fois qui débutera le 1er octobre 2017. Les disciplines concernées sont l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art et l’anthropologie. 

Consulter l’appel à candidature complet ici.

Appel à communications – International trade and the economy, 1600-1800

Lieu: Université Paris-Dauphine
Date: 19-20 octobre 2017
Date limite de soumission: 1er juin 2017

External trade flows are the single macroeconomic data that early modern states have collected with the most care. The first attempts at measuring foreign trade can be dated from the early seventeenth century. Later on, several Italian states, such as the Republics of Genoa and Venice, began to systematically collect customs data to create balances of trade. England and Ireland followed and, from 1696 on, they collected a continuous series of data flows and released a yearly evaluation of the English balance of trade. Several of the continental states, such as France, followed suit, and by the end of the eighteenth-century most of them produced more or less comprehensive balances of trade. A number of recent scientific events and publications have discussed the availability of these trade data (two conferences in Lille in 2011 and in Paris in 2014)[1]. Last year, we organized a conference in Paris that explored the issue of classifying trade data in order to make them useful for economic analysis (Paris 2016). Our aim in this new conference is to take stock of these methodological and data-related efforts to provide a fresh view of the contribution of international trade to the growth and development of national economies before and at the time of the first Industrial Revolution.

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – Trespassing Time and Space: The Postcolonial Encounter in the Francophone World

Lieu: Lancaster
Date: 16 juin 2017
Date limite de candidature: 16 avril 2017

The Society for Francophone Postcolonial Studies Postgraduate Study Day will explore issues that result from the encounter of people and cultures across the francophone world in colonial/postcolonial contexts. The study day aims to bring together postgraduate researchers, both at MA and PhD level, and to showcase their current research in a supportive and friendly environment. Its purpose is to stimulate reflection, discussion and debate among postgraduate students working on francophone postcolonial studies and related fields.

The word ‘encounter’ begins with uncertainty, but opens up a host of possibilities, collaborations, discourses, meanings and expressions. In this sense, an encounter is a synonym of change, radical power shifts, and cultural convergence that moves beyond/ transgresses the strict limits of time and space, facilitating dialogue not only between the past and the present but also across geographical boundaries. Francophone postcolonial studies have always favoured this dialogue sans frontières as the colonial enterprise was a form of encounter with far-reaching consequences. These colonial encounters were not only marked by violent confrontations but also by hybrid romantic unions (by ‘tense and tender ties’, to take up Ann Laura Stoler’s phrase) and often included effervescent reaffirmations of cultural difference and identity. The contemporary processes of globalization have necessitated a renewal of the forms and terms of this encounter that translates as an ethics of alterity and non-universalist conceptions of political activism.

Possible topics might include, but are not limited to: identity – social, political, religious, and other forms; historical encounters; gender and sexuality; migration and mobility; exilic encounters; borderlands ; transnational and transcultural formations; encounters in digital/online space; urban encounters; revolutionary encounters; artistic expression – literature, film, media.

Please send abstracts of up to 300 words, with paper title, name, and university affiliation to: sfpspg2017 [at] gmail.com by 16 April 2017

Confirmation of acceptance by 3 May 2017

Contrat de thèse – parcours doctoral national en santé travail

Durée du financement: 3 ans
Date limite de candidature: 30 mai 2017

Le programme doctoral national en santé au travail, mis en place depuis l’année dernière, vise à financer des thèse (3 années) sur les enjeux de santé au travail y compris en SHS (sociologie, science politique, histoire, etc…). Le candidat bénéficiant de ce financement peut être rattaché à toute école doctorale sur le territoire national.
Les candidatures en SHS sont vivement attendues.
Consulter l’appel complet ici.

Postdoc – projet PREUVE

Lieu: laboratoire CAREF, Amiens
Durée: 1 an
Date de la prise de poste: 1er juillet 2017 au plus tard
Date limite de candidature: 27 mai 2017

Le laboratoire CAREF (EA n°4697) héberge un projet de recherche soutenu par la région Hauts-de-France et par le FEDER. Ce projet, intitulé Preuve (Picardie-Réussite-Educative), regroupe des chercheurs de trois laboratoires (CAREF et CHSSC à l’UPJV, CREHS à l’Université d’Arras). Il vise à comprendre les racines, les raisons et les formes des spécificités éducatives de l’académie d’Amiens. Pour ce faire, il s’appuie sur une approche résolument interdisciplinaire, associant les différentes spécialités (sciences de l’éducation, histoire, STAPS) présentes dans les trois laboratoires.

Le projet « Preuve » procède au recrutement de deux post-doctorants, l’un orienté histoire, l’autre orienté méthodes quantitatives et enquêtes de terrain, rattachés administrativement au laboratoire CAREF. La présente fiche de poste concerne le premier profil. Celui-ci correspond à l’un des axes majeurs du projet « Preuve », à savoir la formation, les caractéristiques et la perception du RCP (« retard culturel picard »). Ce sigle, apparu et utilisé depuis les années 1980 dans la littérature de sciences sociales et dans le champ médiatique, reflète des difficultés et des spécificités éducatives du territoire picard plus anciennes. Le ou la post-doctorant(e) participera à la recherche collective sur cet aspect crucial du Projet « Preuve ». Il aura également pour fonction d’aider à comprendre comment, dans la longue durée, le territoire de l’Académie d’Amiens a connu un déclin relatif de ses résultats scolaires par rapport au reste de la métropole.

Consulter la fiche de poste complète ici.