Appel à contribution Panel sur les (auto)biographies dans l’Empire romain

Appel à contribution pour le panel 7 « Imperial (auto)biograpies. Narrating Identity in the Roman Empire » de la Conference in Classics and Ancient History qui aura lieu à Coimbra, les 22-25 juin 2020Responsables du panel : Fabio Faversani (faversani@ufop.edu.br), Ália Rodrigues (alia.rodrigues@uc.pt)

A envoyer :

– un résumé en anglais, espagnol ou portugais (max. 250 mots sans la bibliographie) pour une présentation de 20 minutes (les résumés en espagnol et portugais doivent comporter une traduction en anglais)

– une courte notice biographique (nom et affiliation)

Candidatures à biorompanel@gmail.com avant le 25 mars 2020 (une notification d’acceptation sera donnée le 29 mars). Il est souligné que la participation à la conférence implique des frais de participation.

Plus d’informations ici (appel à candidature) et ici (projet BioRom).

AAC: Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle)

Lieu de la manifestation : INHA – Paris
Date(s) : 28 mai 2020
Date limite de réponse à l’appel : 24 février 2020

19-20, l’association doctorale inter-universitaire en histoire de l’art contemporain organise une journée d’études dont l’appel est en cours et qui serait susceptible d’intéresser de jeunes historien.ne.s.

Intitulée « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle) », la journée aura lieu le jeudi 28 mai 2020 à l’INHA.

Cette journée d’études est ouverte aux doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s de toutes les disciplines, prenant comme objet d’étude l’art et ses manifestations.

Voici le lien de l’appel : https://1920.hypotheses.org/4482.

Pour toute question, n’hésitez pas à écrire à association1920@gmail.com.

AAC: Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales

Lieu de la manifestation : MMSH Aix-en-Provence
Date(s) : 12/05/2020
Date limite de réponse à l’appel : 27/03/2020

Collectifs, animaux, objets, intelligences artificielles sont autant de catégories qui aujourd’hui questionnent les contours du concept d’acteur en sciences humaines et sociales. L’acteur·rice se caractérise comme celui ou celle qui agit, qui mène une action, ou encore qui interprète. Au-delà de cette définition, de nombreuses déclinaisons — actant, agent — ainsi que des termes connexes — sujet, individu, personne — révèlent des approches méthodologiques spécifiques parfois en opposition : individuel/collectif, micro/macro, subjectivisme/objectivisme, quantitatif/qualitatif, point de départ/d’arrivée de la réflexion, agissant/non agissant.
Interdisciplinaire, le concept d’acteur semble être omniprésent et constamment mobilisé dans les recherches menées en sciences humaines et sociales au point de faire consensus. Il apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines. Toutefois, la dialectique entre holisme et individualisme a fait l’objet de débats au sein des sciences humaines et sociales. Au début du XXe siècle, déjà, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique . Cette critique a conduit l’école des Annales à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. En littérature, le structuralisme annonçait la mort de l’auteur dépossédé de son oeuvre . Cependant, dans les années 1980, la crise des structures impersonnelles de l’analyse — idéologies, sociétés, économies — conduit à un « retour de l’acteur  » aux multiples visages : l’« inflexion actorielle  » en géographie, la microstoria , la théorie de l’acteur-réseau en sociologie , les capacités auto-instituantes de l’acteur en anthropologie , etc. Ainsi, au regard des multiples évolutions épistémologiques, il apparaît que la façon de concevoir l’acteur n’est pas neutre et influence les analyses.
C’est dans cette même dynamique que le séminaire Jeunes chercheurs·euses s’inscrit. Le concept y a été exploré au prisme de quatre thématiques : « Pratiques et stratégies », « Normes et transgressions », « Mobilité et spatialité », « Genre et agentivité » .

Appel complet ici

Allocations de thèse en histoire pour 2020

Date limite de réponse à l’appel : 20 mars 2020

Le Ministère des Armées attribue jusqu’à dix allocations de thèse en histoire militaire au titre de l’année 2020. Le montant de l’allocation est de 10 000 euros. Ces allocations sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt de dossier de candidature, à l’exception des doctorants bénéficiant d’un contrat doctoral. Peut faire acte de candidature : tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français ; ou tout doctorant de nationalité française inscrit dans une université étrangère.

Plus d’informations

Prix de thèse : Prix Lambert pour la recherche et la publication des thèses en histoire de l’art

Date limite de réponse à l’appel : 1er mars 2020

Le Prix Lambert est un nouveau prix scientifique qui récompense chaque année une thèse de doctorat soutenue dans une université française. Cette thèse doit être inscrite en histoire de l’art et relever du domaine français (origines des artistes, savoir-faire et traditions artistiques, localisation des bâtiments ou destination des œuvres, spécificités des phénomènes étudiés qui intéressent la création artistique en France, etc.). Le Prix Lambert récompense chaque année une thèse de doctorat en histoire de l’art qui a été soutenue l’année précédente dans une université française. Toutes les formes d’expression artistique sont a priori concernées: architecture, peinture, sculpture, arts graphiques, mais aussi jardins, urbanisme, mobilier, arts du décor, design, etc. La thèse peut traiter d’un sujet transversal, l’approche peut être pluridisciplinaire et la méthode fondée sur le comparatisme. Les périodes historiques concernées par le prix vont du Haut Moyen-Age à la première moitié du XXe siècle comprise (avant 1960).

Plus d’informations

Appel à contributions : Poétiques de la nuit

Lieu : Paris

Date : 29 avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 février 2020

Pour l’heure, les Night Studies constituent un objet scientifique surtout abordé par des contemporanéistes spécialistes d’histoire urbaine. Nous souhaiterions initier une réflexion collective relevant des problématiques des Night Studies appliquées aux périodes antique à moderne, en menant une interrogation conceptuelle et notionnelle d’ordre philosophique, heuristique, herméneutique, épistémologique, esthétique et historiographique sur la spécificité de la nuit.

Plus d’informations

Appel à contributions : Visibility of religious difference in Medieval Europe and the Mediterranean

Revue : Journal of Judaic and Islamic Studies, nº 7 (2020)

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2020

The goal of this volume is to show ways in which religion marked a perceptible difference in Medieval Europe and the Mediterranean. Considering visibility in the wider sense of the word -also including acoustic perception and other aspects that would differentiate them- religion made people either from their own will or under external coercion- visible within medieval societies. The tension between visibility through othering or self-labelling, and invisibility through cultural assimilation was a constant in the complex medieval cities and rural areas. It also carried on beyond the medieval period, sometimes reproducing previous problems, sometimes in the shape of new challenges. How did these dynamics play out? Can common patterns be found? What caused them to come into play? Where do we observe compliance or reluctance towards the aforementioned normative orders? Do we see spatial manifestations of these tensions? These (and other) questions may be addressed in case studies from different geographic areas and time periods.

Plus d’informations

Appel à contributions : XIV Jornadas Complutenses de Arte Medieval: (In)materialité dans l’art médiéval

Lieu : Madrid (Espagne)

Dates : 12-13 novembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 03 avril 2020

Les XIVes Journées Complutenses d’Art Médiéval proposent d’aborder la question de la matérialité comme facteur essentiel de la production artistique, ainsi que la poétique de l’immatérialité et la dimension intangible de l’expérience esthétique au cours du Moyen-Âge. Les propositions de communication autour des thèmes suivants sont bienvenues : conditions matérielles de la création artistique ; pratiques et moyens sous-estimés ; utilisations poétiques et sémantiques du matériel et de l’immatériel ; histoire culturelle des matériaux ; sensorialité et immatérialité ; « transmatérialité » et « transmédialité ».

Plus d’informations

Appel à contributions : Les acteurs de l’environnement : habiter, exploiter, représenter

Lieu : Saint-Quentin-en-Yvelines

Dates : 13 mai 2020

Date limite de réponse à l’appel : 25 février 2020

Le partage de notre environnement est source de nombreux conflits car objet d’appropriations, de pratiques et d’usages parfois concurrents, qui témoignent de la diversité des stratégies de ses acteurs dans leur manière de l’habiter, de l’exploiter et de (se) le représenter. Cette journée d’études entend ainsi, dans une perspective historique large et une approche se voulant culturelle et transdisciplinaire, déconstruire les pratiques, les relations et les usages de ces différents acteurs qui participent aux structures écologiques constituant les sociétés anciennes et contemporaines.

Plus d’informations

Appel à contributions : Reliques et pèlerinages

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2020

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle.

Plus d’informations