Atelier franco-allemand de jeunes chercheurs du CIERA : Exemple-Exemplarité / Beispiel-Beispielhaftigkeit

Lieu : Moulin d’Andé, Normandie (gare la plus proche : Val-de-Reuil)

Dates : 10 septembre 2014 – 12 septembre 2014

Organisation : CIERA en coopération avec la Freie Universität Berlin

Date limite de réponse à l’appel : 6 avril 2014.

Résumé :

L’exemple est une figure omniprésente de la vie intellectuelle et sociale. Tout à la fois instrument d’argumentation et de communication, genre textuel et modèle (ou anti-modèle) d’action, il sert dans des situations et contextes multiples. En même temps, il est difficile de le définir en tant que tel. Comment aborder la question épistémologique de l’exemple sans avoir recours à des exemples ? Quel rapport l’exemple établit-il entre le général et le particulier ? L’atelier franco-allemand se propose d’interroger cette figure à partir d’un point de vue de sciences humaines et sociales, en tenant compte des formes et usages variés qu’il prend dans les disciplines concernées. Participeront au séminaire 16 jeunes chercheur(e)s doctorants, post-doctorants et éventuellement masterants. Les participants seront répartis, par les organisateurs scientifiques, en binômes auteur/commentateur.

Pour répondre à l’appel :  Envoi du dossier de candidature comprenant un curriculum vitae, une présentation des travaux de recherche (3000 signes) et – pour les auteurs uniquement – un projet de texte (3000 signes) avant le 6 avril 2014.

Frais : 50 € (frais d’inscription et participation aux repas) à régler au mois de juin 2014. Les frais de voyage (train 2e classe ou avion billet tarif réduit) et de séjour sont pris en charge selon les modalités du règlement financier du CIERA.

Lien direct

 

Appel à contrats doctoraux : Addiction et Société

Durée du contrat : 36 mois

Date limite de candidature : 2 juin 2014 .

L’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et la Mission Interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) lancent un appel à candidatures conjoint pour des contrats doctoraux, ouvert à l’ensemble des écoles doctorales de sciences humaines et sociales françaises, sur le thème des comportements de dépendance aux psychotropes licites et/ou illicites dans les sociétés contemporaines. Les études pourront concerner les dépendances aux drogues licites et/ou illicites et les dépendances comportementales (jeux de hasard et d’argent, jeux vidéos, écrans). Une attention particulière sera portée à l’interdisciplinarité ainsi qu’aux aspects de mise en œuvre du projet (faisabilité, choix du terrain et des archives). Les projets intégrant la dimension de genre et la diversité des aires culturelles sont également attendus.

Tous les candidats devront être titulaires d’un Master II (ou équivalent) et être inscrits en 1ère ou en 2ème année de doctorat à la rentrée universitaire 2014-2015 dans une école doctorale d’un établissement d’enseignement supérieur français. Les candidats inscrits en master 2 doivent avoir soutenu avant le 28 juin et fournir avant cette date une attestation de soutenance.

Plus d’informations sur le site de l’EHESS.

Séminaire de l’IHRF: Le Directoire et la loi. La refondation de la République

Séminaire de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française (Paris 1) “Le Directoire et la loi: la refondation de la République.”

Lieu: Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, salle Marc Bloch.

Dates: du 7 au 28 mai 2014

Horaires: mercredi 17h-19h

Programme: « Mené à bien, le projet ANR « Revloi » a permis de numériser tous les décrets et toutes les lois des trois premières assemblées révolutionnaires (1789-1795) et de les mettre à disposition du public :<cite> https://collection-baudouin.univ-paris1.fr </cite>

 Durant trois ans, au sein du séminaire de l’IHRF, la réflexion s’est portée sur les textes de la loi. L’étude de l’histoire des processus politiques et des procédures juridiques a permis de réfléchir à la fondation d’un ordre public nouveau, que la République devait officialiser et faire vivre. La collaboration entre l’équipe française réunissant des historiens de la révolution, les conservateurs des Archives nationales et des historiens du droit se poursuit, avec l’équipe de l’Université de Chicago.

Désormais les 20 047 textes, décrets, lois votées par les trois premières assemblées révolutionnaires et républicaines sont à la disposition des chercheurs mais aussi de l’ensemble des citoyens intéressés par l’histoire de la loi, c’est-à-dire de leurs droits fondamentalement.

Ainsi présentée et malgré son succès, la collection Baudouin est incomplète et le travail réalisé demeurerait incomplet en l’état s’il n’était achevé dans un second projet déposé à l’ANR selon des modalités nouvelles, des perspectives scientifiques approfondies, et un rayonnement plus grand pour un public élargi, à sensibiliser quant à ses droits, quant à sa protection par la loi, quant à l’avenir européen d’une législation voulue et pensée ensemble sur notre continent.

Le nouveau projet « 89-99 » a pour objectif premier la numérisation indexée de la loi durant le Directoire, entre 1795 et 1799, soit environ 8 000 textes. Fort de l’expérience acquise par l’équipe et grâce au partenariat offert par les Archives nationales qui ont rejoint le premier projet en cours de réalisation, une nouvelle ambition nous anime, celle de numériser la Collection du Louvre, qui couvre la période 1788-1794. Ce complément permettra de disposer de toute la législation publiée durant les quatre premières années de la Révolution (et de la réglementation royale préparatoire aux États-Généraux en 1788-1789.

Au terme de notre nouveau projet, la base de données pourrait réunir près de 40 000 lois, décrets, arrêtés, instructions, décision, etc., formant l’ensemble de l’innovation juridique révolutionnaire de 1789 à 1799 : ce corpus de textes constitue l’origine de la législation contemporaine et s’avère absolument indispensable non seulement à une histoire de la Révolution française et de son droit, mais encore de toute la période contemporaine qui en hérite jusqu’à présent dans tous les domaines relevant du droit. Le partenariat avec les Archives nationales assure enfin que les données seront conservées et mises à la disposition de la communauté scientifique et du public de façon durable.

 Cette première série de séminaires a pour vocation d’ouvrir le chantier des problématiques à construire sur la période 1795-1799, en intégrant les acquis du programme de numérisation précédent, en présentant les chantiers d’histoire politique et juridique du Directoire, sans oublier la question centrale des républiques sœurs. »

Lien vers le programme: https://ihrf.univ-paris1.fr/enseignement/seminaires-et-cours/seminaire-passes/2011-2014-seminaire-rev-loi/2014/

Recrutement de 3 post-doctorants au labex Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire lance un appel à candidatures pour trois contrats post-doctoraux d’un an.

Date limite de candidature: Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 mai 2014 à 12h00.

Pour plus d’informations, les conditions d’éligibilité et le processus de candidature, consulter l’appel à candidatures.

Journée d’études doctorales : La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale

Lieu : salle Marc-Bloch, 17 rue de la Sorbonne, 75 005 Paris (escalier D – 2e étage)

Dates : samedi 29 mars 2014, 14h-17h

Organisation :

Pierre-Marie Delpu (Un. Paris 1, CHXIX) : pmdelpu [at] orange.fr ; Guillaume Roubaud-Quashie (Un. Paris 1, CHS) : Guillaume.Quashie-Vauclin [at] univ-paris1.fr

Consulter le programme et les résumés des communications.

Appel à communication (transpériodique): Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage.

Lieu : Limoges, Centre de Recherche Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM)

Dates : 4 et 5 décembre 2014

Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2014

Présentation: Dans une perspective trans-période, le colloque propose de s’interroger sur le rôle que jouent les intermédiaires – instances, personnes, objets – dans l’histoire du voyage. Une longue tradition identifie en effet le voyage avec un dépaysement, une « expérience de l’autre » dont l’authenticité fait du voyageur lui-même le premier agent de la médiation entre les cultures. Dans bien des situations, pourtant, le voyageur a, ou doit forcément avoir, recours à des instances qui lui permettent d’approcher le monde étranger qui l’entoure pour en extraire le sens. En outre, la curiosité n’a-t-elle pas toujours pour contrepartie une volonté de réduire, par avance ou en cours de route, les degrés de l’inconnu ? À l’évidence, c’est le cas des voyageurs par métier qui ont intérêt à prendre toutes les précautions possibles pour « arriver à bon port ». Les choses vont-elles autrement chez les voyageurs « par plaisir » ?

Lien : http://calenda.org/278655

Appel à communication : La prostitution urbaine en Europe du Moyen Age à nos jours

Lieu : Université Toulouse Le Mirail

Dates : novembre 2014

Date limite de réponse à l’appel :18 mai 2014

Période(s) concernée(s) (si transpériodique) : Médiévale, Moderne, Contemporaine.

 « Considérée comme un problème sociétal, la prostitution est périodiquement remise au cœur de l’actualité médiatique et législative. Les recherches en sciences sociales autour de ces questions se sont développées à partir des années 1970. Ces années ont vu les mobilisations de prostitué.es avec l’occupation de l’église Saint-Nizier en 1975 mais aussi la parution d’un livre majeur pour l’histoire de la prostitution en France : Les Filles de noce d’Alain Corbin. Si les publications sur les prostitutions vont sans cesse croissant, ce n’est qu’à partir des années 2000 que de jeunes historiens et historiennes, sensibles à l’histoire des femmes et du genre, se sont emparés de la question et en ont considérablement renouvelé l’approche.

« Prostituée » vient du latin prostituere qui signifie « mettre devant, exposer au public » et son usage en français est attesté depuis le XVIe siècle. L’invariant du terme de prostituée ne doit pas cacher le parcours historique d’une notion qui, entre le XVIe siècle et aujourd’hui, s’est considérablement modifiée. De même, qu’il ne doit pas faire penser qu’il ait fallu attendre le XVIe siècle pour que « le plus vieux métier du monde » se développe en France. Couvrant une période qui va du Moyen Âge à nos jours, cette journée d’étude devrait être l’occasion de mettre en lumière l’historicité de l’activité prostitutionnelle en abordant les différentes étapes par lesquelles les prostitutions et leurs gestions sont passées au fil des siècles en Europe.
S’il est important de relire l’histoire de la prostitution en Europe à l’aune des avancées méthodologiques et historiographiques proposées par l’histoire du genre et des sexualités, cette journée d’étude entend également mener une réflexion transversale sur la place de la prostitution dans la ville et l’imbrication des dynamiques sociales et spatiales dans l’élaboration des formes prises par l’activité prostitutionnelle. Les axes suivants seront plus particulièrement privilégiés — ce qui n’exclut pas d’autres approches ou d’autres thématiques (et leur croisement) qui ne trouveraient pas leur place au sein des sous-thèmes.

– Espaces et lieux de l’activité prostitutionnelle
– Prostitution et ville coloniale
– Du contrôle à la définition : autorités publiques, activités policières et réglementations
– Prostitution, mariage et échanges économico-sexuels
– Un mal nécessaire? Eglises, religion et prostitué.e.s
– Acteurs et actrices. »

 Lien vers l’appel à communication: http://genreurope.hypotheses.org/708

Prolongement de la date d’échéance pour le congrès « Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle »

La date d’échéance pour envoyer des propositions de communication pour le congrès de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle et de la Eighteenth-Century Scottish Studies Society est reportée au 30 avril 2014.

Lieu: Montréal, hôtel Delta.

Dates: 15-18 octobre 2014

Lien vers le site du congrès (vous y trouverez l’appel à communication général ainsi que la liste des projets de séance): http://scedhs2014.uqam.ca.

Séminaire de l’IHRF (Paris 1): Les jeunes chercheurs

Séminaire de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française “Les jeunes chercheurs”

Lieu: Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, salle Marc Bloch.

Dates: (en cours) jusqu’au 9 avril 2014

Horaires: 17h-19h

Présentation:  « Comme chaque année, le séminaire de l’IHRF se découpe en trois temps de présentation de recherches sur le domaine élargi des révolutions entre 1770 et 1820.

Après une période de fonctionnement de cinq ans correspondant à un projet scientifique mené à bien et évalué, c’est aussi le fonctionnement de l’Institut que l’on peut mesurer au travers de sa faculté à encourager de nouveaux chantiers de recherches, à ouvrir et à imaginer de nouvelles pistes de prospection, à engager de nouvelles enquêtes sur les thèmes qui deviendront classiques dans quelques années, à accueillir des jeunes chercheurs étrangers et d’autres universités pour se mettre à leur écoute et apprendre d’eux.

C’est dans cette perspective que la seconde partie du séminaire de l’année universitaire 2013-2014 sera consacrée aux doctorants avancés ou bien aux jeunes docteurs, récemment diplômés ou ayant obtenu des bourses de la ville de Paris, dont le soutien est des plus précieux pour trouver les financements qui sont désormais le lot de soucis quotidiens des jeunes chercheuses et chercheurs. Le politique, le religieux, le culturel, les origines de la Révolution, le social, l’histoire du genre, la problématique de l’environnement, la découverte de l’Autre, la question des ailleurs sont redécouverts différemment et remis en perspective en temps de révolution. Une autre histoire de la Révolution est en train de s’écrire qui ne néglige nullement les enjeux structurant des luttes pour la dignité sociale, des combats pour l’égalité, des revendications des droits fondamentaux mais les aborde autrement, dans une autre chronologie, par d’autres marges, en replaçant les femmes au coeur de la construction parfois chaotique de la cité, par d’autres espaces.

L’Ihrf et ses chercheurs sont heureux de vous inviter et d’accueillir ces jeunes chercheurs. »

Lien: Programme du séminaire. 

Appel à communication: La mer, la guerre et les affaires. Enjeux et réalités maritimes de la Révolution française

Lieu : Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université de Bretagne Occidentale, Brest

Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2014

Présentation:

« L’ambition de ce colloque international consiste à inviter au dialogue des spécialités ­ histoire militaire, histoire économique, histoire politique, administrative et sociale de la Révolution française -, peu accoutumées à croiser leurs problématiques dans un champ disciplinaire souvent cloisonné.
Dans une perspective dialectique, il s¹agit de faire fructifier ensemble les profonds renouvellements en cours dans ces domaines respectifs, afin de produire une synthèse historiographique, vérifier de nouvelles études de cas et présenter les chantiers en cours sur la spécificité des zones portuaires métropolitaines et coloniales et des espaces maritimes mondiaux pendant la Révolution Française jusqu¹à la paix d¹Amiens (1789-1802), tant du point de vue des enjeux économiques, politiques et militaires que des réalités observées sur le terrain.
Un premier axe intitulé « Guerre et Révolution » consistera à mesurer les effets de la séquence révolutionnaire dans les reconfigurations géostratégiques et idéologiques qu¹elle inaugure, puis dans les modifications profondes qu¹elle opère dans les théories et les pratiques de la diplomatie française, de même que dans la polémologie, notamment la direction de la guerre et l¹évolution des attributions des champs stratégiques et opératiques, telle que les conçoivent les assemblées révolutionnaires. La condition matérielle des personnels combattants à terre et en mer, officiers, marins et soldats, le déroulement de leurs carrières,l’encadrement disciplinaire et idéologique, le quotidien de la vie de garnison en mer ou en campagne, comme l’exceptionnalité de leurs missions, l’acculturation politique qui peut enfin en résulter et modifier éventuellement liens d¹adhésion, de service ou de devoirs entre le régime et/ou l¹État, seront également examinés. Les administrations civile et militaire des ports, arsenaux et bagnes, entrent dans ces questionnements, de même que les spécificités des enjeux coloniaux devront également être pris en compte.
Un deuxième axe portant sur « Guerre et économie » envisagera les questions liées au financement de la guerre, à l¹approvisionnement des armées, aux conditions faites aux contrats de fournitures et les profits qu’en dégagent les civils. Les achats à l¹étranger conduisent à de vigoureux débats entre partisans du libéralisme – théorie économique héritée des Lumières, cessant d’être consensuelle en raison de l’acuité de la question sociale à partir de 1793 et du sentiment patriotique dans un contexte de guerre quasi européen – et partisans d’une illusoire autarcie, sans d’ailleurs que les lignes de partage soient toujours très claires entre les différentes sensibilités politiques. Il est cependant impossible de mettre fin aux échanges avec l¹étranger même si l¹ennemi britannique proclame un blocus total des ports français. L¹efficacité de ce blocus semble aléatoire, visant à une guerre économique par l¹inflation préjudiciable aux achats français bien plus qu’à l’arrêt des échanges. Ceci fait les bonnes affaires des neutres qui développent leurs activités maritimes grâce à une grande inventivité déployée dans les stratégies de contrebande.
Une troisième partie sur « Des affaires dans la Révolution » se concentrera davantage sur les fluctuations des activités économiques et commerciales des sociétés littorales – du négoce international à la pêche côtière, du cabotage à la pèche au loin ­ en fonction des contextes diplomatiques et militaires. On s’intéressa aux modalités d¹adaptation face à ces nouvelles configurations génératrices de contraintes mais souvent aussi d¹opportunités de profit, sans omettre l¹évolution des représentations que peuvent se faire les opérateurs révolutionnaires de ces espaces et de ces populations maritimes à administrer, associer, révolutionner, contrôler voire surveiller dans leur rapport à la nation, à l¹effort de guerre et au contexte géopolitique mondial de la fin du XVIIIe siècle. »

Consulter l’appel à communication.