Home » Actualités - Vie du jeune chercheurtitle_li=Appels à contributiontitle_li=Appels à contribution moyen âge » Appel à contributions : Paléographie Musicale

Appel à contributions : Paléographie Musicale

Lieu : Strasbourg

Dates : 11-12 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 22 juin 2020

La majorité des musicologues s’accorde sur une apparition des premiers neumes à la première moitié du IXe siècle. Cependant, ce n’est à la fin du IXe siècle que des notations développées et codifiées semblent avoir été affectées à livres liturgiques entièrement notés. Ces notations musicales sont sans doute issues des grands centres intellectuels, et sont généralement perçues comme le début de l’histoire de la notation. Ces sources sont considérées à tort comme le début de l’histoire de la notation. L’aisance des copistes et les variétés des formes que prend l’écriture musicale à la fin du IXe siècle démontre qu’il s’agit en fait de l’aboutissement de près d’un siècle de mise-au-point dans les centres d’écriture. Vers 900, nous pouvons compter six types différents d’écriture musicale : aquitaine, bretonne, franque (ramifiée en différents sous-types), lotharingienne, nonantolienne, paléofranque (aussi ramifiée en différents sous-types). Dans ces grandes familles de notations, il existe près d’une vingtaine de dénominations communément utilisées par les chercheurs. La majorité des noms de notations musicales ont été données par les musicologues de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe. La recherche a cependant beaucoup avancé, notamment car nous connaissons, de nos jours, plusieurs sources qui n’ont pas été prises en compte par ces pionniers, nous permettant de reconsidérer la cartographie et les dénominations des types de notations. Déjà quelques récentes études remettent en cause des typologies et appellations.

Plus d’informations ici