Home » Appels à communication transpériodiques » Appel à communications: Statut et conditions sociales à l’épreuve du déclassement (Europe occidentale et méridionale, XVIe-début XIXe siècle)

Appel à communications: Statut et conditions sociales à l’épreuve du déclassement (Europe occidentale et méridionale, XVIe-début XIXe siècle)

Lieu: Rome

Dates: 24-25 mai 2018

Date limite de réponse à l’appel: 30 novembre 2017

Le déclassement social est aujourd’hui un défi politique majeur pour les sociétés occidentales. Avant même d’être au cœur du débat public, il a été un objet d’étude pour la sociologie qui a contribué à définir sa temporalité (intergénérationnelle ou limitée au cycle de vie), ses dimensions protéiformes (individuelles ou collectives) et son ambiguïté car il s’agit autant d’une réalité objective – donc mesurable – que d’un sentiment subjectif tributaire de la perception des dynamiques sociales, autant une expérience qu’une crainte. Interroger le déclassement est donc le moyen, quelque soit l’époque, de pénétrer le fonctionnement du monde social. 
Prendre en compte l’Ancien Régime tout en englobant la césure révolutionnaire est le moyen d’observer le phénomène dans le cadre d’une société d’ordres dont la rigidité des frontières sociales évolua dans le temps (alternant des phases de plus ou moins grande ouverture ou fermeture), mais aussi dans une phase de transition et de redéfinition des statuts alors que triomphait une société de classes. Le déclassement n’est pas compréhensible sans l’existence d’un classement. Dans la société contemporaine, celui-ci est sociologique et économique en l’absence de frontières juridiques entre individus, même si leur souvenir peut perdurer. Dans la société d’Ancien Régime, il était fondé sur une pensée hiérarchique qui se matérialisait dans les ordres, le respect des rangs, la transmission des statuts. Mais cette société rigide, car pensée comme naturelle, n’était pas immobile. Si l’historiographie s’est davantage intéressée à la mobilité ascendante qui était aussi plus productrice de sources, elle a abordé le phénomène du déclassement à travers l’étude des cas de dérogeances de la noblesse, celle des pauvres honteux et des institutions d’assistance, et plus récemment de la représentation du déclassement et du sens des trajectoires sociales dans une société hiérarchique.

Suite de l’appel ici