Appel à contributions : Humanismes, anti-humanismes et littérature (XIVe-XXIe siècles)

Lieu : Maison de la Recherche, Campus Schuman, Aix en Provence

Dates : 13-15 juin 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

Si l’adjectif « humaniste » est attesté dès la fin du XVIe siècle, le mot « humanisme » est une invention des Lumières, que s’approprie d’abord la philosophie politique du milieu du XIXe siècle (Proudhon), avant qu’il devienne une catégorie de l’histoire littéraire. Pour autant, c’est bien la Renaissance qui a inventé l’humanisme comme projet d’humanité fondé sur la philologie et l’éloquence, s’appuyant sur l’héritage médiéval même qu’il nie. L’humain n’est pas nature, mais culture : « Les hommes ne naissent pas hommes, ils le deviennent » (Érasme). Cette faculté de se transformer fait leur dignité pour Pic de La Mirandole. Elle requiert la maîtrise des langues anciennes, la méditation des textes, art du probable qui veut convaincre, plaire et émouvoir. Sans doute l’objectif de former un homme plutôt qu’un spécialiste s’inscrit-il dans une longue lignée médiévale : mais il se politise davantage, rompant avec l’Université et avec le savoir officiel. Le champ apparemment étroit de la philologie et de la rhétorique devient à la Renaissance essentiel pour la formation de l’individu, pour son épanouissement dans la relation à autrui, pour la vie politique et religieuse, l’établissement et l’intelligence des textes de droit, de l’Écriture sainte, ou relevant de telles ou telles grandes traditions littéraires ou philosophiques. Les Lettres sont à la fois savoir, divertissement, perfectionnement de l’individu, instrument de la vie politique et de l’approche authentique des textes fondateurs. Elles inspirent des formes de vie sociale : la conversation, les correspondances, les académies. Un nouveau média, le livre, leur confère une nouvelle audience, une possibilité d’échanges et de débats hors institution, une république des Lettres sans frontières : une première invention de l’Europe ?

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord du Moyen Age à nos jours

Lieu : Amiens

Dates : 22-24 novembre 2018

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

Le 20e anniversaire de l’inscription au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » offre l’occasion d’approfondir la connaissance scientifique sur les pèlerinages (dont celui à Saint-Jacques de Compostelle) et de valoriser le patrimoine des sanctuaires dans une région qui a jusqu’ici moins retenu l’attention : les Hauts-de-France et ses abords (Normandie, Ile-de-France, Champagne, Belgique) selon la terminologie moderne…

Consulter l’appel complet

Appel à communications – Des sources pour une Plus Grande Guerre

Lieu : Université Paris-Nanterre
Dates : 31 janvier – 1er février 2019
Date limite de réponse à l’appel : 25 juin 2018

Le réseau « Une Plus Grande Guerre » (+GG) s’adresse à la génération de jeunes chercheurs et chercheuses qui a vu le jour au cours du Centenaire. Il s’organise autour du dépassement des frontières, à la fois chronologiques, géographiques et disciplinaires, qui orientent encore souvent l’étude de la Première Guerre mondiale. L’objectif est d’assurer la vitalité de la recherche après le Centenaire tout en maintenant la qualité et l’intensité des échanges.

À cet effet, nous vous invitons au lancement du réseau par une première journée d’étude consacrée aux sources, qui se tiendra à l’Université Paris Nanterre les jeudi 31 janvier et vendredi 1er février 2019.

Les jeunes chercheuses et chercheurs, de la deuxième année de Master à la troisième année suivant la soutenance de thèse, sont invité.es à des tables rondes autour de travaux soumis au préalable aux autres participants. Il s’agira pour chaque participant de commenter l’article d’un autre jeune chercheur et d’obtenir en retour des commentaires sur son propre travail, avec la médiation de chercheuses et chercheurs confirmé.es. Ces communications pourront porter, notamment, sur une ou plusieurs des thématiques proposées à titre indicatif :

1.    Réévaluation des sources dans le contexte du Centenaire : Quel nouveau traitement réserver aux sources ? Qu’apporte la Grande Collecte ? Comment « affronter » l’afflux des sources et des problématiques révélées par les commémorations ?
2.    Regard(s) ancien(s), sources nouvelles : Comment appliquer des cadres théoriques fixés antérieurement à des sources nouvelles, relevant à la fois du Centenaire et d’une ouverture à l’interdisciplinarité ?
3.    Sources anciennes, nouveau(x) regard(s) : Comment traiter une source déjà explorée en lui appliquant un nouveau questionnement ? Comment rapprocher des recherches relevant de champs disciplinaires ou/et de paradigmes différents ? Quelles sont les approches nouvelles portées par les jeunes chercheurs et les jeunes chercheuses aujourd’hui ? Comment appliquer les cadres théoriques conçus par nos prédécesseurs ?
4.    Mécanismes de construction / conservation / diffusion / exploitation des sources : Quelles méthodologies et techniques sont appliquées aux sources ? Comment fait-on la science ? Quels-sont les enjeux du numérique et du traitement informatique appliqué aux sources de la Première Guerre mondiale ?
5.    Usage des sources pour dépasser les frontières : Quelles sources exploiter pour dépasser les frontières physiques, chronologiques et disciplinaires ayant jusqu’à présent orienté les études autour de la Grande Guerre ? Comment retrouver l’impact du conflit au-delà des fronts européens et des bornes 1914-1918 à travers les sources ? Où chercher de nouvelles sources et comment les exploiter pour écrire cette histoire ? Plus généralement, comment renouveler en France l’usage des sources à partir de méthodes puisées dans d’autres pays ? D’ailleurs, peut-on parler d’un « usage français » des sources concernant la Grande Guerre ?

Les propositions de communication (300 mots max. accompagnés du rattachement institutionnel et de l’année d’étude) sont à adresser à uneplusgrandeguerre [at] gmail.com avant le 25 juin 2018.

Après notification d’acceptation par le comité scientifique, les articles (entre 6.000 et 8.000 mots) seront attendus pour le 19 novembre 2018 afin d’assurer leur circulation préalablement à la rencontre, qui se tiendra les jeudi 31 janvier et vendredi 1er février 2019 à l’Université Paris Nanterre.

Dans la perspective d’impliquer le maximum de participant.es, les présentations en vidéoconférence et les questions par transmission directe seront possibles.

Nous invitons les participant.es à se tourner prioritairement vers leurs Écoles doctorales et/ou laboratoires de rattachement pour les frais de transports. L’organisation participera à l’hébergement des participant.es, dans la mesure des fonds disponibles.

Les articles résultant des rencontres devraient faire l’objet d’une publication.

Comité d’organisation :
•    Julia Ribeiro Simon Cavalcanti Thomaz (Université Paris Nanterre)
•    Aude-Marie Lalanne Berdouticq (Université Paris Nanterre)
•    Damien Accoulon (Université Paris Nanterre & Technische Universität Braunschweig)

Comité scientifique :
•    Annette Becker (Professeure, Université Paris Nanterre)
•    Laurence Campa (Professeure, Université Paris Nanterre)
•    Franziska Heimburger (Maîtresse de conférence, Sorbonne Universités)
•    Alexandre Sumpf (Maître de conférence, Université de Strasbourg)
•    Aude-Marie Lalanne Berdouticq (Université Paris Nanterre)
•    Damien Accoulon (Université Paris Nanterre & Technische Universität Braunschweig)
•    Gwendal Piégais (Université de Bretagne Occidentale)
•    Julia Ribeiro Simon Cavalcanti Thomaz (Université Paris Nanterre)
Lien : https://uneplusgrandeguerre.wordpress.com/journeesdetude-2/

Appel à communications – Aux sources des politiques sociales: décentrer l’histoire du welfare européen (XIXe-XXIe siècles)

Lieu : EHESS, Paris
Dates : 7 novembre 2018; 6 février 2019; 15 mai 2019
Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

Ce projet pour l’année 2018-2019 est lauréat de l’appel à initiatives étudiantes de l’IRIS « Etudes globales » de l’université PSL. Il prend la forme de trois journées d’études organisées autour de trois conjonctures temporelles de l’histoire du welfare et de la protection sociale européenne.  Nous nous proposons d’en faire une arène de débat et d’y construire au fil des panels et des interventions, par la confrontation des points de vue historiographiques et des exemples mobilisés, une histoire connectée des politiques sociales européennes. Le titre même du projet joue ainsi sur le double sens de « sources » pour interroger ce que cela implique en termes d’effets de centrement : dans quelle mesure le choix des sources pour faire une histoire des politiques sociales oriente-il notre lecture du développement de ces politiques sociales ? Comment décentrer la genèse de la condition de possibilité de l’Etat social à travers la pluralité de ses racines à la fois épistémiques, spatiales et institutionnelles et les tensions qui s’y jouent ? On mettra en particulier l’accent sur les recoupements de temporalités, les survivances, les réverbérations complexes entre espaces.
Cet appel s’adresse à tous les doctorants et jeunes chercheurs intéressés qui traitent de la protection sociale dans leurs recherches avec un intérêt pour les démarches connectées, transnationales ou comparatives et les enjeux de périodisation.

Plus d’informations ici.

Appel à communications : Identités et circulation des spectacles forains : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830

Dates : 19-20 mars 2019
Lieu : Reims / Charleville-Mézières
Date limite de réponse à l’appel : 30 septembre 2018

Résumé : Le colloque a la volonté d’envisager les spectacles forains dans leur globalité et dans un contexte historique et géographique élargi. Il a pour objectif de s’interroger sur plusieurs aspects : peut-on dresser une typologie de ces spectacles ? Peut-on y discerner des spécificités, des particularités ou des invariants ? Dans le même esprit, le colloque étudiera aussi bien les spectacles parisiens que ceux de province, en incluant les pérégrinations des forains eux-mêmes, et en débordant du strict cadre institutionnel des foires. On s’attachera également aux manifestations spectaculaires au sens large en ne se limitant pas au théâtre d’acteurs : marionnettistes, acrobates, sauteurs et danseurs de corde, dont il faudra cerner les particularités.

Consulter l’appel complet.

Appel à contributions : Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe. Perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)

Date limite de réponse à l’appel : 30 septembre 2018

Résumé : Les cours « modernes » en Europe comportent des aspects institutionnels, sociaux, sociétaux, culturels, etc., concomitants de l’affirmation politique d’individualités émergeant, en accord ou en conflits, de collectivités exerçant solidairement le pouvoir pour capter à leur profit personnel l’exercice de l’autorité et développer au service de leur personne des procédés encomiastiques de nature diverse. Aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, les cours princières en Europe ne se réclament pas d’un paradigme unique. Il y a autant de cours que de maisons princières, que de types « nationaux », même si certaines, comme la cour de Bourgogne au XVe siècle, les cours d’Italie du nord et du centre aux XVe et XVIe siècles, proposent des modèles, exercent une influence d’une extrémité à l’autre de l’Europe tout en composant avec les caractères autochtones.

Consulter l’appel complet.

Appel à communications : Insularidades e enclaves em situações coloniais e pós-coloniais (Insularities and enclaves in colonial and post-colonial circumstances)

Dates : 6-7 décembre 2018
Lieu : Lisbonne
Date limite de réponse à l’appel : 1er septembre 2018

Langues des communications : portugais, français, anglais, espagnol

Titre complet : Insularidades e enclaves em situações coloniais e pós-coloniais. Trânsitos, conflitos e construções identitárias (séculos XV-XXI) (Insularities and enclaves in colonial and post-colonial circumstances. Crossings, conflicts and identitarian constructions (15th – 21st centuries))

Résumé : Historically, archipelagos were considered as rehearsal spaces for new social constructions. Since colonization and, afterwards, colonialism and imperialism, many of them evolved in association with the strengthening of international networks, while others did not escape isolation and forced unequal integration in different spaces. On the other hand, enclaves were the outcome of historical circumstances, often externally decided, which prompted some degree of insularity regarding the immediate geographical surroundings. When those territories did not become independent, there were demands for autonomy or, at least, some underlying emancipatory and anti-colonialist feelings. Even when these feelings did not mobilize relevant segments of the population, they disclose the alterity – above all cultural – in regard to sovereignty.

Consulter l’appel complet.

Appel à communications : Connecting Mediterranean and Atlantic History

Dates : 8-10 novembre 2018
Lieu : Nice
Date limite de réponse à l’appel : 31 mai 2018

Langues des communications : anglais (langue officielle du colloque), français, italien

Résumé : The Atlantic Italies Network – a developing network of scholars working on economic entanglements and related cultural phenomena that emerged between Italian-speaking territories and the Atlantic world from the fifteenth to the nineteenth century – aims at examining connections related to European states without colonies as well as their links to sub-Saharan Africa and the Americas and at contributing to current attempts to analyse early modern Italian territories in their global contexts. The second meeting of the network will particularly appreciate papers involving economic dimensions related to shipping, trade and economic interconnections, but we welcome all proposals contributing to our overall perspective.

Consulter l’appel complet.

Appel à communications : Du fil à la slackline. Une traversée des corps

Dates : 12-14 octobre 2018
Lieu : Châlons-en-Champagne
Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2018

Résumé : Depuis l’Antiquité, au Moyen-âge dans les marchés et sur les foires avec la danse de corde ou dans les cirques traditionnels à partir du XIXe siècle, la prouesse de l’équilibre sur une corde, sur un fil, à basse ou grande hauteur, a été mise en scène. Tout en restant attaché à cet héritage culturel et artistique, le fil de fer, comme les autres disciplines de cirque, n’a pas échappé aux transformations esthétiques impulsées par les créateurs contemporains. Le slackline par contre s’est fondé dans un mélange entre rassemblement et ludisme. Objet artistique ou défi en milieu variable, l’étude auprès de funambules, des fil-de-féristes et slacklineurs représente un moyen original d’appréhender la question d’équilibre, entre moyen et fin, entre écriture poétique et risque de chute, entre monde intérieur et milieu d’évolution, entre connaissance de soi et défi à relever, entre corps vivant et corps vécu. Historique des pratiques, capacités d’équilibration, enjeux et sensibilités de pratique, niveaux de geste, techniques attentionnelles, autant de sujets qui gravitent autour des pratiques du fil, de la sangle et que ce colloque propose d’étudier.

Consulter l’appel complet.

Appel à communication : Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle)

Dates : 26-27 novembre 2019
Lieu : Rouen
Date limite de réponse à l’appel : 1er octobre 2018

Résumé : Ce projet de colloque international entend étudier l’importance du thème de la mort des révolutionnaires et de ses représentations dans les mythologies révolutionnaires du XVIIIe siècle à nos jours, bien sûr par-delà les frontières nationales. Les approches seront donc volontairement comparatistes et internationales, faisant la part belle aux divers processus d’héroïsation et à la transmission de toute une culture révolutionnaire, dans les récits, les mémoires, les images, etc.

Consulter l’appel complet.