AAC: Trajectoires militaires à travers les décolonisation. Moyen-Orient, Asie, Afrique XXème siècle

Lieu de la manifestation : Aix-en-Provence
Date(s) : 3 octobre 2019

Date limite de l’appel: 1er juin 2019
D’Alger au Cap, de Rabat à Saïgon, nombreux sont les militaires dont la trajectoire s’inscrit dans
une  longue  séquence  historique  englobant  période  coloniale  et  postcoloniale.  Ces  hommes
connaissent  des  carrières  qui  dépassent  les  décolonisations.  Certains  s’engagent  dans  les  armées
coloniales puis intègrent soit l’armée de libération nationale, soit directement l’armée indépendante
y gravissant les échelons, parfois jusqu’au sommet. D’autres sont formés dans les dernières années
de la décennie 1950 dans les grandes écoles militaires françaises et constituent les premiers cadres
des armées nationales qui en manquaient gravement.

Appel complet ici

Appel à contributions : Maître(s) et disciple(s)

Revue : « Quêtes littéraires », n° 9

Date de parution : décembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2019

Envisagés sous l’angle de leur étymologie, les deux termes clés évoqués dans le titre, maître et disciple, s’avèrent être foncièrement antonymiques. En effet, le magister latin issu de « magis » a la même racine indo-européenne « meg(h) » que le latin « magnus » ou bien le grec « megas » – tous signifiant « grand ». Cependant, considérée dans une perspective plus générale, cette étymologie peut également nous placer dans un champ plus vaste, celui que nous voulons situer au cœur des réflexions, à savoir celui des relations maître-disciple ainsi que des rôles qu’ils prennent l’un vis-à-vis de l’autre dans les littératures française et francophone à travers les siècles.

Plus d’informations

Appel à contributions : Le rayonnement d’une cathédrale

Lieu : Université de Picardie (Amiens)

Dates : 06-08 février 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2019

À l’occasion du 800e centenaire de la cathédrale d’Amiens, le rayonnement de la cathédrale sera envisagé à différentes échelles, locale, régionale, nationale et européenne, sous les angles spirituel, matériel et temporel, et sur une période allant du Moyen Âge jusqu’à nos jours. Depuis plus d’un siècle, des historiens, historiens de l’art, archéologues du bâti, archéomètres, anthropologues et plus récemment informaticiens ont investi la cathédrale d’Amiens dans la perspective d’ouvrir de nouveaux champs de prospections. Il s’agira d’en dresser un bilan, à travers le prisme du rayonnement et de la réception du monument.

Plus d’informations

Appel à contributions : Max Weber, la « domination féodale » et les médiévistes

Lieu : Université d’Artois (Arras)

Dates : 08 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er juin 2019

Les réflexions du sociologue allemand Max Weber (1864-1920) sur les ressorts de la domination (Herrschafftsbetrieb) ont animé de longue date les travaux des sociologues, politistes et historiens des pouvoirs. Toutefois, celles-ci ne furent longtemps diffusées que par le biais d’éditions posthumes incomplètes –Wirtschaft und Gesellschaft (cinq éditions entre 1921 et 1974) –et,auprès du lectorat français, de traductions partielles –Économie et société(1955) et Le savant et le politique(1959) –, livrant un état incomplet de l’architecture heuristique élaborée par Max Weber. Ce déficit a été récemment souligné et corrigé par la publication, suivi d’une traduction française sous l’égide d’Isabelle Kalinowski et Yves Sintomer, des manuscrits originaux consacrés à la domination(Max Weber, La domination, trad. et éd. I. Kalinowski et Y. Sintomer, Paris, La Découverte, 2013). Cette nouvelle édition vient notamment compléter la casuistique wébérienne des régimes de domination, en ajoutant aux côtés des formes bien connues de dominations «bureaucratique» (ou«légale-rationnelle»), «patrimoniale» et «charismatique», une «quatrième voie» baptisée par le sociologue «domination féodale». Max Weber livre à travers elle une analyse des structures féodales –recourant parfois au comparatisme entre l’Occident et l’Orient–qu’il présente comme un «cas-limite», une forme hybride de domination au sein de laquelle les logiques propres aux trois régimes de domination précédemment évoqués s’entremêlent. Ce faisant, Max Weber fait de la société féodale un laboratoire, tout autant qu’une matrice, de la modernité politique et des logiques de domination qu’elle déploie, et invite à rendre à la période médiévale toute sa place dans l’explication de la «grande divergence» (Sonderweg)historique de l’Europe moderne. Interpelés au premier chef par cet état renouvelé de la sociologie politique wébérienne, les médiévistes semblent pourtant ne pas s’être encore pleinement saisis des clefs interprétatives fournies par cette récente révision

Plus d’informations

Appel à contributions : Environnement, ville et pouvoirs

Lieu : Université de Paris-Est Marne-la-Vallée

Date : 11 octobre

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

Alors que les enjeux environnementaux prennent une place croissante dans tous les esprits, force est de constater que les acteurs qui ont un pouvoir sur ces questions n’en tirent pas toutes les conséquences, quelle que soit l’échelle d’action territoriale : les atermoiements de la COP24, la polarisation des oppositions autour des projets d’aménagement, ou encore les contradictions dans les modes de vie des individus nous le rappellent. Cela est en particulièrement le cas pour les territoires urbains, dénoncés comme des centres d’hyper-consommation des ressources, producteurs d’injustices et qui sont parfois détestés et fuis pour des raisons environnementales ou hygiéniques (Baubérot, Bourillon, 2009). Ces enjeux relatifs aux rapports entre nature et société font l’objet d’interrogations par les chercheur·es en sciences humaines et sociales, en particulier depuis les années 1990-2000. Au-delà des analyses produites par les chercheur·es sur les politiques environnementales menées depuis les années 1970 dans la plupart des territoires, la notion d’environnement conduit à porter un regard neuf sur des phénomènes historiques, géographiques ou sociaux significatifs des rapports entre les sociétés et leurs milieux.

Plus d’informations

Appel à contributions : Mysticism and/as Love Theory

Lieu : Nimègue (Pays-Bas)

Dates : 28-29 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er juin 2019

What is love? Though we all know the answer, this is not an easy question. Is love not a mystery in the end? Yet, is this, too, not just another answer calling for further reflection and explanation? Mystics love God. And since God is not the easiest partner, they have always felt the need to reflect upon their love profoundly. Though suspicious about theory as such, they do not shy away from reflection upon love’s mysteries. On the contrary, their writings often contain genuine ‘theories of love’. The works of Bernard of Clairvaux, Hadewijch, Ruusbroec, François de Sales, Madame Guyon, Thérèse de Lisieux or Simone Weil can all be read as such. Contemporary philosophical, theological, psychoanalytical and psychological theories of love often refer to love theories present in the mystical tradition.

Plus d’informations

Appel à contributions : Être le « numéro 2 ». Le rapport dominant-dominé dans les cercles du pouvoir : perspective historique

Lieu : Université Paris-Est Créteil

Dates : 07-08 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

« Le Premier ministre est un collaborateur. Le patron, c’est moi ». C’est ainsi que Nicolas Sarkozy qualifiait ses relations avec François Fillon en août 2007 (Sud Ouest, 22 août 2007, p. 6). Si les personnages phares de l’exécutif ont suscité nombre de biographies et monographies, on fait encore peu de cas de ceux qui viennent juste après dans l’ordre hiérarchique. Véritable « enfer » pour certains, cette position subordonnée semble moins attractive. Il y a pourtant entre « numéro un » et « numéro deux », au-delà de la hiérarchie, un partage du pouvoir, du prestige et de l’influence auquel une perspective seulement institutionnelle ne rend guère justice. D’ailleurs, la pique calculée de N. Sarkozy à F. Fillon n’avait-elle pas pour but de réaffirmer sa prééminence devant un Premier ministre qui lui répondit en se proclamant « à la tête d’un État en faillite » (à Calvi, le 21 septembre 2007) ? Cette journée d’étude abordera ce rapport de force dans une perspective résolument praxéologique, celle de l’anthropologie politique appliquée à l’histoire transpériode.

Plus d’informations

Appel à contributions : Le Pur et l’Impur : Figurations de la souillure et aspirations à la pureté dans la littérature, du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Université de Picardie Jules Verne (Amiens)

Dates : 24-25 septembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 mars 2019

L’aspiration à la pureté s’accompagne invariablement de la déploration d’une perte ou d’un inachèvement. La pureté s’inscrit toujours implicitement dans un récit tendu entre des directions opposées. Ce récit s’est longtemps déployé dans le cadre d’une anthropologie chrétienne de chute symbolique où le présent n’est plus qu’une marche laborieuse vers un avenir qui signera le retour vers la pureté originelle – rêvée et fantasmée – d’un temps mythique. Mais depuis le XIXe siècle, ce récit est désormais de plus en plus informé par une anthropologie évolutionniste où l’homme tente de s’arracher à son impureté originelle grâce au processus de civilisation historique, mais manque toujours d’y retomber.

Plus d’informations

Appel à contributions : Un ciel par-dessus le toit. Littérature et univers carcéral du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Agen

Date limite de réponse à l’appel : 1er juillet 2019

L’univers carcéral constitue depuis longtemps un sujet à part entière de la littérature dans son acception la plus large, de la poésie aux arts visuels. Tous modes d’expression ont été utilisés afin de suggérer ou de décrire l’enfermement et ses effets sur l’esprit et le corps, sans d’ailleurs que la vision en soit nécessairement négative. A contrario, d’autres auteurs ont vu avec justesse et ressenti l’expérience angoissante de la fragilité de la vie, de son caractère impitoyable quand des circonstances tragiques vous conduisent à l’intérieur d’un cachot, où le compte à rebours vers la mise à mort ou l’exil occupent désormais toutes les pensées.

Plus d’informations

Appel à contributions : Assistance, protection et contrôle social dans les États de Savoie et les États voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires (Moyen Âge, Âge baroque, Temps modernes, Histoire contemporaine)

Lieu : Faculté de droit et science politique de Nice

Dates : 28-29 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Plus d’informations