Appel à contributions : Passeurs et passages. École doctorale transfrontalière LOGOS

Lieu : Université de Liège (Belgique)

Dates : 02-04 juillet 2020

Date limite de réponse à l’appel : 30 mars 2020

Volontairement polysémique, le thème de ces journées doctorales vise à explorer les multiples facettes de la figure du passeur et de l’acte qu’il pose. Cinq axes majeurs peuvent être dégagés : le passage comme action ; le passage comme processus spatial ou temporel ; le passeur comme individu, groupe d’individus, réseau ou institution, qu’on l’envisage sur le plan intellectuel (passeur culturel, traducteur, éditeur, « passeur de mémoire », reconstitueur, enseignant, journaliste, écrivain, artiste, think tanker, illustrateur, ministre du culte…) ou matériel (passeur d’hommes, contrebandier, commerçant, inventeur, travailleur transfrontalier, chasseur…) ; le passeur comme support : journal, revue, livre, œuvre audiovisuelle, bref tout espace éditorial ou relevant plus largement de la production culturelle et intellectuelle qui fait office de passeur d’idées, de courants intellectuels, d’œuvres, soit au sein de la communauté productrice, soit via les communautés de récepteurs ; plusieurs types de passages et de passeurs évoqués dans les axes précédents peuvent également être envisagés en tant que motifs, figures visuelles ou narratives dans l’art, les discours médiatiques, la littérature et les différents types de spectacles (vivant ou enregistré).

Plus d’informations

Appel à communications : Colloque L’amitié en Révolution

Lieu : Clermont-Ferrand

Dates : 8-9 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2020

[…] Dans le cadre de son projet de refondation de la société, la Révolution française pouvait-elle pourtant ne pas investir l’amitié de sens et de fonctions nouvelles, dès lors que l’on admet, avec les sociologues, que chaque culture invente son propre éventail de liens amicaux et s’emploie à les distinguer ; dès lors que l’on se souvient, aussi, de la minutie avec laquelle les projets républicains prétendirent repenser les relations interpersonnelles au sein de la nation souveraine (fraternité et égalité des hommes, relations entre les époux, relations parents-enfants, vieillards-jeunes gens…) ?

Dans le sillage ouvert par l’histoire des émotions et des sensibilités, et à la suite d’études pionnières sur le sentiment d’amitié aux XVIIIe et XIXe siècles (Anne Vincent-Buffault, Marisa Linton, entre autres), le présent colloque, qui s’adresse autant aux historiens, qu’aux historiens de l’art, aux littéraires et aux philosophes, se propose d’explorer plusieurs axes :

-  Les conceptions, les fonctions et les représentations de l’amitié proposées par la Révolution.
-  Les lieux et les cadres de l’amitié en Révolution […]
-  La place de l’amitié dans les engagements et les fidélités politiques […]
-  Le devenir des amitiés face à la raison et aux passions politiques révolutionnaires ; les amitiés révolutionnaires (ou contre-révolutionnaires) à l’épreuve de l’après-Révolution.

Plus d’informations.

Appel à communication Workshop sur l’exploitation scientifique de fonds patrimoniaux numérisés

Appel à communication pour le workshop « Numériser et mettre en ligne des fonds patrimoniaux anciens. Et après ? » qui se tiendra à Poitiers les 12-13 octobre 2020.

Proposition d’intervention (prévue pour 20 minutes + 15 minutes de questions) avec nom, adresse mail, titre, résumé de 2000 caractères max à envoyer à Nadine Dieudonné-Glad (nadine.dieudonne.glad@univ-poitiers.fr).

Date limite : 15 avril 2020.

Une réponse sera donnée avant le 30 avril 2020.

Les frais de transport et d’hébergement des intervenants seront pris en charge.

Appel à contributions : Journée d’études de l’AJCH : Les sources perdues : une fatalité pour l’historien ?

Lieu : Tours

Date : 04 juin 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 mars 2020

Quel chercheur en archives n’a pas été confronté à cette mention administrative, synonyme d’une privation de source et toujours, naturellement, celle qu’il aurait souhaité particulièrement consulter. Au-delà du cadre archivistique : quel chercheur en histoire ne s’est jamais trouvé face à une absence de données, un vide, une destruction irrémédiable, une source perdue ? Est-il néanmoins impossible à franchir ? Le chercheur est-il réellement, ou seulement momentanément bloqué par cet aléa ? Comment traite-il ce cas ? Peut-il contourner la difficulté et auquel cas, comment ? Les nouvelles technologies sont-elles un atout toujours plus essentiel en la matière ? Les sources perdues sont-elles une fatalité pour l’historien ?

Plus d’informations

Appel à contributions : Pratiques funéraires et identité(s)

Lieu : Strasbourg

Dates : 17-18 novembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 05 avril 2020

La mort d’un individu dans une communauté entraîne généralement la mise en place d’une chaîne opératoire funéraire complexe répétée de décès en décès. Elle s’oppose en cela aux dépôts non funéraires, caractérisés par l’absence de funérailles et/ou de tombe dédiée (rejet ou abandon du cadavre, privation de sépulture – Boulestin 2016). L’étude de la « pratique »(ibid.) d’un groupe donné et de sa variabilité permet de saisir des contrastes dans le traitement des défunts et d’appréhender plusieurs aspects de la société des vivants. Les rituels et funérailles – difficilement saisissables dans le cas des populations pré- et protohistoriques -, ainsi que les gestes funéraires révèlent de facto une ou plusieurs des identités du défunt. Il peut s’agir de son identité individuelle, liée par exemple à son sexe, son âge ou son statut social, mais également de son identité collective, qui est quant à elle « vécue et produite » (Lenclud 2008) et qui renvoie à son appartenance à un groupe. Le rôle de la pratique funéraire, dans ce dernier cas, est ainsi de maintenir les liens entre ses acteurs et de s’assurer de sa pérennité.

Plus d’informations

Appel à contributions : Pour une histoire décentrée de la danse

Lieu : Lyon

Dates : 17-19 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 13 mars 2020

Comment l’histoire de la danse est-elle reconfigurée, bousculée et stimulée par la recherche actuelle ? En parallèle de la biennale de la danse de Lyon et la sortie d’un nouvel ouvrage collectif d’Histoire de la danse en Occident aux éditions du Seuil en septembre 2020, ce colloque international se propose d’élargir les questions qui y sont posées et de penser collectivement les formes de décentrement déjà à l’œuvre ou en cours de développement dans les travaux en histoire de la danse.

Plus d’informations

Atelier : Monnaies et Méthodes. Actualité de la recherche doctorale en numismatique

Lieu : Orléans

Dates : 05-06 juin 2020

Les doctorants travaillant à partir de la documentation numismatique ne bénéficient à l’heure actuelle d’aucune initiative d’ampleur visant à favoriser leurs échanges. Si ce constat peut s’expliquer en partie par les cloisonnements chronologiques traditionnels, il n’en est pas moins regrettable. Depuis la construction du corpus numismatique jusqu’à l’étude historique ou archéologique, les questionnements et la méthodologie mobilisés ont en effet beaucoup en commun quelle que soit la période étudiée.

Plus d’informations

Appel à contributions : Espace(s) et pouvoir(s)

Lieu : Poitiers

Dates : 9-10 avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 février 2020

La notion d’« espace » est un concept que l’on rencontre constamment au gré de nos recherches : l’ « espace » peut être considéré comme un cadre territorial (un pays, une ville, un département, une région…), comme un lieu physique précis (un bâtiment, une salle…) ou encore comme un espace symbolique (réseaux iconographiques dans les églises, espaces liturgiques et cérémoniaux…). C’est une source de réflexion et de développements très divers car ce concept porte en lui un aspect multidimensionnel qui comprend aussi bien des notions géographiques, sociales et culturelles. L’« espace » peut être compris soit comme un territoire, c’est-à-dire un espace à l’empreinte humaine forte délimité par des frontières politiques (cité, seigneurie, commune, etc.), soit comme une étendue physique régie par des contraintes naturelles (chaînes de montagnes, interfaces maritimes, etc..).

Plus d’informations

AAC Séminaire doctoral « Histoire et images », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Appel à communications, Séminaire « Histoire et images »

L’appel à communications du séminaire « Histoire et images » de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui se déroulera le 21 mars 2020 est ouvert.

Les propositions de communication (titre, résumé de 300 mots environ), accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.trice, sont à envoyer avant le 24 février à : Mathilde Kiener (mathilde.kiener@etu.univ-paris1.fr) et Victoria Márquez Feldman (victoria.marquez@univ-paris1.fr)
Les contributions de l’atelier seront publiées dans Hypothèses, revue à comité de lecture (https://www.cairn.info/revue-hypotheses.htm)

 

Argumentaire: 

En 1995, Francis Haskell (L’Historien et les images) rappelle l’ancienneté de l’utilisation de l’image comme source en histoire et examine les spécificités du statut et des usages conférés aux documents figurés. Dès son premier numéro, la revue Hypothèses fait état d’un stage coordonné en 1997 par Denis Woronoff sur le thème « les images, source d’histoire », où s’affirme la nécessité de dépasser la fonction d’illustration des images et leur apparente transparence. Dans cette même revue, ce questionnement se poursuit durant l’année 2000-2001 lors d’un séminaire doctoral consacré à ce thème. Plus récemment, la dernière édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois s’est interrogée sur la « puissance des images», en tentant de rendre justice à la fois à la variété des supports et la pluralité de leur efficience.
Ce séminaire doctoral invite à prolonger la réflexion sur les négociations entre histoire et images, en explorant non seulement ce que l’historien fait des images, mais aussi ce que les images font à l’histoire. Devant la multiplicité des images, de leurs formes et de leurs usages, deux axes de recherche  sont privilégiés (liste non exhaustive et non-limitative) :

Axe « Sources, matérialité, multiplicité, diffusion »
L’image peut désigner une représentation contemporaine de la période étudiée, tout comme elle peut n’être que le mode d’enregistrement d’une documentation plus ancienne. Qu’il s’agit de l’un ou l’autre
cas, l’étude des images et de leurs diffusions est aujourd’hui favorisée par des matérialités et des accessibilité nouvelles, via les campagnes de numérisation et les progrès de la communication, le développement du numérique, des moteurs de recherche et des bases de données, facilitant l’écriture d’une histoire comparée ; En quoi ces nouveaux types de supports et de diffusion incitent à considérer
différemment les images comme des sources, et influencent à la fois la construction d’un corpus et la nature des recherches qui lui sont consacrées ?

Axe « Re-présentation, conditions de production et de réception »
Le terme « image », dans son acceptation de « représentation perceptible d’un être ou d’une chose » invite à questionner la façon dont les images peuvent être vecteurs de re-présentations, oeuvrant
dans l’ordre du symbolique (Louis Marin). Il peut être également nécessaire d’analyser la « puissance agissante de l’image », qu’il s’agisse de considérer l’image comme « matrice de l’histoire » (Eric Michaud), ou comme récit constitutif participant à l’élaboration a posteriori d’un événement et par là d’une mémoire collective (Audrey Leblanc).

AAC: Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle)

Lieu de la manifestation : INHA – Paris
Date(s) : 28 mai 2020
Date limite de réponse à l’appel : 24 février 2020

19-20, l’association doctorale inter-universitaire en histoire de l’art contemporain organise une journée d’études dont l’appel est en cours et qui serait susceptible d’intéresser de jeunes historien.ne.s.

Intitulée « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle) », la journée aura lieu le jeudi 28 mai 2020 à l’INHA.

Cette journée d’études est ouverte aux doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s de toutes les disciplines, prenant comme objet d’étude l’art et ses manifestations.

Voici le lien de l’appel : https://1920.hypotheses.org/4482.

Pour toute question, n’hésitez pas à écrire à association1920@gmail.com.