Appel à contributions : L’imaginaire des dragons

Date limite de réponse à l’appel : 30 août 2020

Le numéro 41 de la revue interdisciplinaire « Iris » prévoit de réunir des études sur l’imaginaire des dragons, sans restriction du sujet à des bornes temporelles ou limites géographiques, comme de coutume pour cette revue. L’engouement pour la figure du dragon, positive et négative, ne se dément pas. Ce dernier exerce une fascination que la revue Iris propose d’explorer. La question relève en partie des bestiaires, antiques et médiévaux, car on s’interroge sur la nature de cette bête et sur son sens allégorique. Les diverses mythologies du monde sont riches en dragons, qui sont souvent des gardiens de trésors. L’hagiographie n’est pas en reste et on sait que Michel, Georges et Marcel, notamment, eurent tous à faire face à un dragon et qu’ils sortirent vainqueurs de cet affrontement, mais beaucoup d’autres, moins connus, réitérèrent l’exploit. Les arts ont fourni une riche iconographie des dragons d’un bout à l’autre de la planète et la littérature ancienne s’est emparé du monstre. Les dragons sont particulièrement présents dans l’imaginaire actuel : jeux de rôle, jeux vidéo, cinéma, séries télévisées, fantasy, représentations iconographiques.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique

Lieu : Lyon

Dates : 17-18 juin 2021

Date limite de réponse à l’appel : 30 novembre 2020

Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, les Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, qui devaient se tenir les 15 et 16 juin 2020, ont été repoussées aux 17 et 18 juin 2021, avec ouverture d’un nouvel appel à communications. Sont encouragés les travaux appliquant et/ou permettant des analyses computationnelles telles que la linguistique de corpus, la philologie numérique, la textométrie ou tout autre approche d’humanités numériques dont le résultat peut intéresser la communauté linguistique. À ce titre, les études qui s’intéressent à la conception et/ou à la diffusion de corpus adaptés à l’analyse linguistique et/ou philologique sont les bienvenues. Les présentations devront s’inscrire dans l’un des axes suivants : langues anciennes (latin, grec et autres langues anciennes relevant traditionnellement des études indo-européennes : sanskrit, hittite, tokharien, vieux perse, etc.) ; langues gallo-romanes (occitan, oïl et francoprovençal, catalan et langues rhéto-romanes. Sont également acceptées les présentations traitant de langues non-romanes historiquement présentes sur le territoire de la Gallo-Romania, particulièrement si l’étude aborde des phénomènes de contact avec les langues gallo-romanes).

Plus d’informations

Appel à contributions : Culture du pouvoir, pouvoir de la culture. Circulation des savoirs autour de la mer baltique du Moyen Âge au début du XXème siècle

Lieu : Toulouse

Date : 04 mars 2021

Date limite de réponse à l’appel : 02 octobre 2020

Cette journée s’inscrit dans une volonté de se réunir autour d’une aire géographique, la mer baltique (Allemagne du nord, Danemark, Estonie, Finlande, Lettonie, Lituanie, Pologne, Russie et Suède) afin d’échanger entre chercheur.se.s et de mettre en lumière leurs travaux . Elle s’adresse aussi bien aux jeunes chercheur.se.s de Master qu’aux chercheur.se.s plus confirmé.e.s.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Ask Historians 2020 Digital Conference. Business as Unusual: Histories of Rupture, Chaos, Revolution, and Change

Date limite de réponse à l’appel : 10 juillet 2020

2020 has been a year marked by rapid and continuous change. From the e ects of the COVID-19 pandemic, which has cast academic, professional, and personal plans into disarray, to the global and national responses to state oppression, police brutality, and political action, this year has already witnessed the making of a great deal of history. In response to the disruptive nature of these events, the AskHistorians public history forum is hosting our rst ever conference as an online event open to all. The theme, “Business as Unusual”, re ects how human history is lled with examples of people struggling to make do under di cult and quickly changing circumstances. It also describes the conference itself: digital in origin, unrestricted, and open to anyone around the world with a passion for history.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : L’alcool dans les mondes musulmans : histoire, lieux, pratiques et politiques (XVe-XXIe siècle)

« Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée »

Date limite de réponse à l’appel : 1er septembre 2020

Souvent perçu dans cette région, pour reprendre le mot de Fernand Braudel, comme un « voyageur clandestin infatigable », l’alcool fait régulièrement l’actualité dans les sociétés du nord de l’Afrique et du Moyen-Orient, sous la forme de vagues de prohibition, ou d’affaires d’empoisonnement au méthanol. Pour autant, la littérature scientifique sur le monde arabe et musulman s’est relativement peu penchée sur cet objet, comme si le préjugé faisant des musulmans des individus nécessairement abstinents avait freiné le processus de recherche sur la question. Un décalage flagrant existe entre la recherche sur les débuts et la période classique de l’islam, bien étudiés de ce point de vue, et les périodes plus récentes, depuis l’avènement des Ottomans et des Safavides en particulier. La recherche s’est attachée en particulier à la construction subjective, ressentie de l’alcool, présente aussi bien en littérature (et dans ce cas souvent comme un éloge du boire) que dans les disciplines juridiques où la norme réprouvant la consommation de boissons alcoolisées est l’objet d’un processus constitutif très progressif et jamais pleinement consensuel.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : La réplique

Publication d’ouvrage.

Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2020

Le volume 43 des « Cahiers de Mariemont » sera consacré à la question de la réplique en histoire de l’art et s’intéressera à la réplique en tant que copie d’une œuvre, dont la visée n’est pas de tromper.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : La figure de Perceval en ses productions, thèmes et variations

Publication d’ouvrage.

Date limite de réponse à l’appel : 1er septembre 2020

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et dépasse peut-être les intentions de ses auteurs, mais elle peut être interrogée comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore l’utilisent replacée dans les contextes culturels de ses productions. Elle doit encore être examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous et à notre humanité, car elle sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires ? D’un autre point de vue, en quoi le Perceval que nous connaissons a-t-il à voir avec les mythologies indo-européennes auxquelles certains ont pu le rattacher, aux thèmes de la vengeance, à quel appel à l’autre monde répond le fils de la veuve dame quand le monde qu’il découvre est frappé de stérilité et de mort ?

Plus d’informations ici

Appel à contributions : « L’architecture et la lettre : dits et récits d’espaces »

Numéro 5 de la revue Transversale (histoire : architecture, paysage, urbain)

Date limite de réponse à l’appel : 12 juillet 2020

De quoi parlent-ils lorsqu’ils parlent d’architecture ? Poètes, écrivains, cinéastes, architectes, urbanistes et paysagistes ? Sans doute leur commun est-il l’orchestration de l’espace, et ainsi, “puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur1”. Mais inscrire l’espace dans un récit, c’est déjà l’attacher à des temporalités et l’on sait, comme l’écrit Ricoeur, que : “l’architecture serait à l’espace ce que le récit est au temps, à savoir une opération ‘configurante’ ; un parallélisme entre d’une part construire, donc édifier dans l’espace, et d’autre part raconter, mettre en intrigue dans le temps2.”

Plus d’informations ici

Appel à contributions : « Espaces à saisir : Interstices et communs urbains. La ville à l’épreuve de l’interdisciplinarité »

Lieu : Tours

Dates : 10-11 décembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2020

Toutes les villes, depuis leur origine, comprennent des lieux ambigus, à la fonction ou au statut incertains ; des lieux qui brouillent et questionnent les limites instituées, interrogent la distinction public/privé, le rapport centre/périphérie. L’étude de la « fabrique » de la ville se focalise sur les processus de production formelle, orchestrés par les pouvoirs publics. Elle s’intéresse peu aux espaces interstitiels, périphériques, délaissés, disqualifiés, en attente d’assignation et aux processus d’appropriation collective dont ils peuvent être l’objet. Ces lieux méritent pourtant notre attention. Qu’ils soient vides ou occupés, bâtis ou non, ces lieux sont convoités, menacés, occupés…. Ils peuvent (re)devenir communs ou cesser de l’être. Espaces à prendre, ils sont donc aussi à saisir intellectuellement. Car ces lieux participent depuis toujours à la transformation des villes et invitent à porter sur elles un regard attentif aux dynamiques informelles, aux régulations qui procèdent de l’usage, mais aussi à des processus d’institutionnalisation qui échappent à l’Etat. Ils sont aussi une voie heuristique pour confronter les regards disciplinaires relatifs à la ville : approches historique, sociologique, géographique, juridique, littéraire, philosophique…

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Congrès de l’AGES – Catastrophes, menaces et risques naturels

Lieu : Clermont-Ferrand

Dates : 10-12 juin 2021

Date limite de réponse à l’appel : 31 mai 2020

Tandis que la notion de « risque » s’est trouvée au centre des réflexions sur la modernité et ses formes contemporaines (postmodernité, modernité réflexive…) – particulièrement dans les années 1980 à 2000 en Europe en raison des risques technologiques (le nucléaire) et écologiques, mais aussi de l’apparition d’un nouveau paradigme : la « société du risque » (U. Beck) –, celle de « catastrophe » était évacuée ou appliquée seulement à des cas particuliers (1). Or, depuis le début du XXIe siècle, plusieurs événements relayés par les médias du monde entier (le tsunami de 2004 dans l’Océan indien, l’ouragan Katrina en 2005, le cyclone Nargis qui a frappé la Birmanie en 2008, le séisme de 2010 en Haïti, le tsunami de 2011 au Japon) montrent que l’« ère » des catastrophes en série, que les pays occidentaux croyaient révolue, ne l’est pas. Ils obligent à repenser la relation de l’homme à son environnement, plus encore peut-être à ses propres capacités. Parallèlement, la « catastrophe » se constitue en « nouveau paradigme scientifique » à la toute fin du XXe siècle (2). Si la notion paraît féconde pour penser notre rapport au contemporain, il est toutefois nécessaire de l’interroger, tant elle imprègne aujourd’hui le discours public et médiatique.

Plus d’informations ici