Appel à contributions : Maître(s) et disciple(s)

Revue : « Quêtes littéraires », n° 9

Date de parution : décembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2019

Envisagés sous l’angle de leur étymologie, les deux termes clés évoqués dans le titre, maître et disciple, s’avèrent être foncièrement antonymiques. En effet, le magister latin issu de « magis » a la même racine indo-européenne « meg(h) » que le latin « magnus » ou bien le grec « megas » – tous signifiant « grand ». Cependant, considérée dans une perspective plus générale, cette étymologie peut également nous placer dans un champ plus vaste, celui que nous voulons situer au cœur des réflexions, à savoir celui des relations maître-disciple ainsi que des rôles qu’ils prennent l’un vis-à-vis de l’autre dans les littératures française et francophone à travers les siècles.

Plus d’informations

Appel à contributions : Le rayonnement d’une cathédrale

Lieu : Université de Picardie (Amiens)

Dates : 06-08 février 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 mai 2019

À l’occasion du 800e centenaire de la cathédrale d’Amiens, le rayonnement de la cathédrale sera envisagé à différentes échelles, locale, régionale, nationale et européenne, sous les angles spirituel, matériel et temporel, et sur une période allant du Moyen Âge jusqu’à nos jours. Depuis plus d’un siècle, des historiens, historiens de l’art, archéologues du bâti, archéomètres, anthropologues et plus récemment informaticiens ont investi la cathédrale d’Amiens dans la perspective d’ouvrir de nouveaux champs de prospections. Il s’agira d’en dresser un bilan, à travers le prisme du rayonnement et de la réception du monument.

Plus d’informations

Appel à contributions : Innovation et Communautés médiévales en Europe du Nord-Ouest (1200-1500)

Lieu : Université de Münster (Allemagne)

Dates : 20-22 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er juin 2019

Une enquête récente réalisée en Allemagne a montré que face à la révolution numérique et à l’accélération des innovations technologiques dans le domaine de l’information, nombre d’hommes et de femmes observaient ces changements technologiques avec autant de curiosité que d’appréhension, craignant un surmenage inévitable sur le front de leurs activités professionnelles. Si la fascination pour ces innovations peut constituer une force motrice pour une adaptation à ce ‘nouveau monde’, la crainte engendrée prouve qu’après deux siècles de modernité, l’émergence d’innovations technologiques et économiques continue à nourrir des sentiments ambivalents. Ce regard sur les sociétés contemporaines remet en question le lien bien établi entre innovation et modernisation. Toutefois ce phénomène est loin d’être propre aux sociétés modernes et contemporaines et la fin du Moyen Âge, qui n’a encore jamais fait l’objet d’une étude systématique sur ce sujet, se révèle essentielle pour comprendre les mécanismes humains d’adaptation, mais aussi les enjeux culturels qui facilitent ou bloquent les transitions. Débarrassés de toute perspective téléologique sur l’innovation, la période (XIIIe – début XVIe siècle) et l’espace (Europe du Nord-Ouest) que nous souhaitons placer au cœur de cette rencontre pourront servir de laboratoire d’analyse, afin d’estimer les conditions de réception de l’innovation et les réactions suscitées par l’irruption de la nouveauté.

Plus d’informations

Appel à contributions : Environnement, ville et pouvoirs

Lieu : Université de Paris-Est Marne-la-Vallée

Date : 11 octobre

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

Alors que les enjeux environnementaux prennent une place croissante dans tous les esprits, force est de constater que les acteurs qui ont un pouvoir sur ces questions n’en tirent pas toutes les conséquences, quelle que soit l’échelle d’action territoriale : les atermoiements de la COP24, la polarisation des oppositions autour des projets d’aménagement, ou encore les contradictions dans les modes de vie des individus nous le rappellent. Cela est en particulièrement le cas pour les territoires urbains, dénoncés comme des centres d’hyper-consommation des ressources, producteurs d’injustices et qui sont parfois détestés et fuis pour des raisons environnementales ou hygiéniques (Baubérot, Bourillon, 2009). Ces enjeux relatifs aux rapports entre nature et société font l’objet d’interrogations par les chercheur·es en sciences humaines et sociales, en particulier depuis les années 1990-2000. Au-delà des analyses produites par les chercheur·es sur les politiques environnementales menées depuis les années 1970 dans la plupart des territoires, la notion d’environnement conduit à porter un regard neuf sur des phénomènes historiques, géographiques ou sociaux significatifs des rapports entre les sociétés et leurs milieux.

Plus d’informations

Appel à contributions : Mysticism and/as Love Theory

Lieu : Nimègue (Pays-Bas)

Dates : 28-29 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er juin 2019

What is love? Though we all know the answer, this is not an easy question. Is love not a mystery in the end? Yet, is this, too, not just another answer calling for further reflection and explanation? Mystics love God. And since God is not the easiest partner, they have always felt the need to reflect upon their love profoundly. Though suspicious about theory as such, they do not shy away from reflection upon love’s mysteries. On the contrary, their writings often contain genuine ‘theories of love’. The works of Bernard of Clairvaux, Hadewijch, Ruusbroec, François de Sales, Madame Guyon, Thérèse de Lisieux or Simone Weil can all be read as such. Contemporary philosophical, theological, psychoanalytical and psychological theories of love often refer to love theories present in the mystical tradition.

Plus d’informations

Appel à contributions : Être le « numéro 2 ». Le rapport dominant-dominé dans les cercles du pouvoir : perspective historique

Lieu : Université Paris-Est Créteil

Dates : 07-08 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

« Le Premier ministre est un collaborateur. Le patron, c’est moi ». C’est ainsi que Nicolas Sarkozy qualifiait ses relations avec François Fillon en août 2007 (Sud Ouest, 22 août 2007, p. 6). Si les personnages phares de l’exécutif ont suscité nombre de biographies et monographies, on fait encore peu de cas de ceux qui viennent juste après dans l’ordre hiérarchique. Véritable « enfer » pour certains, cette position subordonnée semble moins attractive. Il y a pourtant entre « numéro un » et « numéro deux », au-delà de la hiérarchie, un partage du pouvoir, du prestige et de l’influence auquel une perspective seulement institutionnelle ne rend guère justice. D’ailleurs, la pique calculée de N. Sarkozy à F. Fillon n’avait-elle pas pour but de réaffirmer sa prééminence devant un Premier ministre qui lui répondit en se proclamant « à la tête d’un État en faillite » (à Calvi, le 21 septembre 2007) ? Cette journée d’étude abordera ce rapport de force dans une perspective résolument praxéologique, celle de l’anthropologie politique appliquée à l’histoire transpériode.

Plus d’informations

Appel à contributions : Le Pur et l’Impur : Figurations de la souillure et aspirations à la pureté dans la littérature, du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Université de Picardie Jules Verne (Amiens)

Dates : 24-25 septembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 mars 2019

L’aspiration à la pureté s’accompagne invariablement de la déploration d’une perte ou d’un inachèvement. La pureté s’inscrit toujours implicitement dans un récit tendu entre des directions opposées. Ce récit s’est longtemps déployé dans le cadre d’une anthropologie chrétienne de chute symbolique où le présent n’est plus qu’une marche laborieuse vers un avenir qui signera le retour vers la pureté originelle – rêvée et fantasmée – d’un temps mythique. Mais depuis le XIXe siècle, ce récit est désormais de plus en plus informé par une anthropologie évolutionniste où l’homme tente de s’arracher à son impureté originelle grâce au processus de civilisation historique, mais manque toujours d’y retomber.

Plus d’informations

Appel à contributions : Un ciel par-dessus le toit. Littérature et univers carcéral du Moyen Âge à nos jours

Lieu : Agen

Date limite de réponse à l’appel : 1er juillet 2019

L’univers carcéral constitue depuis longtemps un sujet à part entière de la littérature dans son acception la plus large, de la poésie aux arts visuels. Tous modes d’expression ont été utilisés afin de suggérer ou de décrire l’enfermement et ses effets sur l’esprit et le corps, sans d’ailleurs que la vision en soit nécessairement négative. A contrario, d’autres auteurs ont vu avec justesse et ressenti l’expérience angoissante de la fragilité de la vie, de son caractère impitoyable quand des circonstances tragiques vous conduisent à l’intérieur d’un cachot, où le compte à rebours vers la mise à mort ou l’exil occupent désormais toutes les pensées.

Plus d’informations

Appel à contributions : Assistance, protection et contrôle social dans les États de Savoie et les États voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires (Moyen Âge, Âge baroque, Temps modernes, Histoire contemporaine)

Lieu : Faculté de droit et science politique de Nice

Dates : 28-29 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er mai 2019

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Plus d’informations

Appel à contributions : L’architecture rurale en pan de bois en France et Europe du Nord (XIIIe-XVIIIe siècles)

Lieu : Paris

Dates : 27 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2019

Dès le XIXe siècle, érudits, architectes et archéologues se sont intéressés à certains exemples d’architecture en pan de bois, commentant leur caractère pittoresque, leur qualités esthétiques et développant parfois leur singularité technique. Par la suite, les études sur ce mode de construction se développent tout en portant principalement sur des exemples urbains comme en témoignent plusieurs travaux de synthèses. Il faut cependant attendre les années 1960 pour que soient pris en considération les édifices ruraux, notamment sous l’impulsion de recherches aux méthodes et visées différentes mais complémentaires, conduites par des ethnologues, des chercheurs de l’Inventaire, des archéologues ou des historiens. En dépit de la multiplication de ces travaux, l’architecture en pan de bois reste aujourd’hui encore reléguée au second plan, comme l’attestent l’expression « architecture mineure » ou le qualificatif « vernaculaire » qui lui est encore trop souvent accolée.

Plus d’informations