AAC Séminaire doctoral « Histoire et images », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Appel à communications, Séminaire « Histoire et images »

L’appel à communications du séminaire « Histoire et images » de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui se déroulera le 21 mars 2020 est ouvert.

Les propositions de communication (titre, résumé de 300 mots environ), accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.trice, sont à envoyer avant le 24 février à : Mathilde Kiener (mathilde.kiener@etu.univ-paris1.fr) et Victoria Márquez Feldman (victoria.marquez@univ-paris1.fr)
Les contributions de l’atelier seront publiées dans Hypothèses, revue à comité de lecture (https://www.cairn.info/revue-hypotheses.htm)

 

Argumentaire: 

En 1995, Francis Haskell (L’Historien et les images) rappelle l’ancienneté de l’utilisation de l’image comme source en histoire et examine les spécificités du statut et des usages conférés aux documents figurés. Dès son premier numéro, la revue Hypothèses fait état d’un stage coordonné en 1997 par Denis Woronoff sur le thème « les images, source d’histoire », où s’affirme la nécessité de dépasser la fonction d’illustration des images et leur apparente transparence. Dans cette même revue, ce questionnement se poursuit durant l’année 2000-2001 lors d’un séminaire doctoral consacré à ce thème. Plus récemment, la dernière édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois s’est interrogée sur la « puissance des images», en tentant de rendre justice à la fois à la variété des supports et la pluralité de leur efficience.
Ce séminaire doctoral invite à prolonger la réflexion sur les négociations entre histoire et images, en explorant non seulement ce que l’historien fait des images, mais aussi ce que les images font à l’histoire. Devant la multiplicité des images, de leurs formes et de leurs usages, deux axes de recherche  sont privilégiés (liste non exhaustive et non-limitative) :

Axe « Sources, matérialité, multiplicité, diffusion »
L’image peut désigner une représentation contemporaine de la période étudiée, tout comme elle peut n’être que le mode d’enregistrement d’une documentation plus ancienne. Qu’il s’agit de l’un ou l’autre
cas, l’étude des images et de leurs diffusions est aujourd’hui favorisée par des matérialités et des accessibilité nouvelles, via les campagnes de numérisation et les progrès de la communication, le développement du numérique, des moteurs de recherche et des bases de données, facilitant l’écriture d’une histoire comparée ; En quoi ces nouveaux types de supports et de diffusion incitent à considérer
différemment les images comme des sources, et influencent à la fois la construction d’un corpus et la nature des recherches qui lui sont consacrées ?

Axe « Re-présentation, conditions de production et de réception »
Le terme « image », dans son acceptation de « représentation perceptible d’un être ou d’une chose » invite à questionner la façon dont les images peuvent être vecteurs de re-présentations, oeuvrant
dans l’ordre du symbolique (Louis Marin). Il peut être également nécessaire d’analyser la « puissance agissante de l’image », qu’il s’agisse de considérer l’image comme « matrice de l’histoire » (Eric Michaud), ou comme récit constitutif participant à l’élaboration a posteriori d’un événement et par là d’une mémoire collective (Audrey Leblanc).

Appel à contributions : Poétiques de la nuit

Lieu : Paris

Date : 29 avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 février 2020

Pour l’heure, les Night Studies constituent un objet scientifique surtout abordé par des contemporanéistes spécialistes d’histoire urbaine. Nous souhaiterions initier une réflexion collective relevant des problématiques des Night Studies appliquées aux périodes antique à moderne, en menant une interrogation conceptuelle et notionnelle d’ordre philosophique, heuristique, herméneutique, épistémologique, esthétique et historiographique sur la spécificité de la nuit.

Plus d’informations

Appel à contributions : Les acteurs de l’environnement : habiter, exploiter, représenter

Lieu : Saint-Quentin-en-Yvelines

Dates : 13 mai 2020

Date limite de réponse à l’appel : 25 février 2020

Le partage de notre environnement est source de nombreux conflits car objet d’appropriations, de pratiques et d’usages parfois concurrents, qui témoignent de la diversité des stratégies de ses acteurs dans leur manière de l’habiter, de l’exploiter et de (se) le représenter. Cette journée d’études entend ainsi, dans une perspective historique large et une approche se voulant culturelle et transdisciplinaire, déconstruire les pratiques, les relations et les usages de ces différents acteurs qui participent aux structures écologiques constituant les sociétés anciennes et contemporaines.

Plus d’informations

Appel à contributions : Reliques et pèlerinages

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2020

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle.

Plus d’informations

Appel à contributions : Dominican Culture, Dominican Theology: The Order of Preachers and Its Spheres of Action (1215 – c. 1600)

Lieu : Copenhague (Danemark)

Dates : 23-26 juin 2020

Date limite de réponse à l’appel : 1er février 2020

In the early 13th century, a novel concept of religious community overran the occidental world: the Dominican Order. Unlike earlier religious orders who confined monks to the purview of praying the liturgy and living a life of contemplative seclusion, the Dominicans, by means of preaching, focused on engaging with the broad community beyond the convent walls. The result was a hitherto unseen interpenetration of a religious order into the intellectual as well as cultural realities surrounding it. The Dominicans soon became a driving force in medieval culture and their influence can be found in the practical, intellectual, and material aspects of European culture, from art to philosophy, from politics to the economy.

Plus d’informations

Appel à contributions : Les voies de la musique : les échanges musico-politiques et leurs intermédiaires. Entretiens sur la musique ancienne en Sorbonne (EMAS) — 17e édition

Lieu : Paris

Date limite de réponse à l’appel : 1er mars 2020

Terrain de rencontre, support de message, monnaie d’échange, la musique fraie des voies au sens littéral et métaphorique du terme. Cette rencontre interdisciplinaire, à la croisée de la musicologie, l’histoire et la pratique musicale, analysera le rôle de la musique en tant que médiateur du pouvoir et des échanges politiques de l’Antiquité à la fin de l’époque moderne.

Plus d’informations

Appel à contributions : Les écritures judiciaires. Formes et légitimités des décisions de justice depuis le Moyen Âge

Lieu : Bordeaux

Dates : 25-27 novembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 15 mars 2020

Dans le renouvellement des analyses portant sur l’histoire de la justice, la pratique judiciaire et l’application des peines sont bien souvent au cœur de l’attention. La focale portée sur les effets recherchés de cette justice (la pacification, l’imposition d’un ordre juridique étatique) amène à privilégier le rituel judiciaire, le rituel pénal, les modes amiables ou négociés de résolution des conflits, mais aussi les évitements et résistances opposés à la justice. D’une certaine manière, tout se passe comme si le travail effectif de cette justice se résumait à la procédure, à la peine et aux stratégies des justiciables. Reste pourtant dans l’ombre le travail de mise en forme des décisions de justice, c’est-à-dire les moyens déployés par l’institution pour faire voir et faire valoir, pour dire et faire accepter ses verdicts ; pour, en un mot, légitimer par une opération de formalisation la violence brute de ses décisions.

Plus d’informations

Appel à contributions : Sens interdits : le goût, le toucher et l’odorat dans la littérature française des XVe et XVIe siècles

Lieu : Université du Littoral Côte d’Opale, Boulogne-Sur-Mer, Centre universitaire du Musée

Date : 29 janvier 2021

Date limite de réponse : 1er mars 2020

Cette journée d’étude s’inscrit à la suite de travaux de recherche qui ont été menés depuis une dizaine d’années sur les cinq sens, notamment des journées d’études et des colloques dont les actes publiés renouvellent sans cesse les questionnements sur le sujet (Palazzo (dir.), Les cinq sens au Moyen Âge ; Puccini (dir.), Le Débat des cinq sens de l’Antiquité à nos jours). En effet, depuis le « sensitive turn » le tournant sensoriel étudié par les recherches en sciences humaines qui étudient les textes à l’aune des perceptions sensorielles et des émotions les cinq sens sont devenus un thème de recherche productif : « l’histoire du sensible – les sensory studies des Anglos-Saxons – a connu un grand essor depuis une vingtaine d’années. Elle constitue un champ interdisciplinaire particulièrement fécond. Les cinq sens intéressent en effet autant la littérature que la philosophie, l’histoire des sciences que l’histoire des arts, l’anthropologie que la linguistique ou l’histoire de la liturgie » (Fritz et Duhl, 2016, p. 7). En complément de ces travaux fondateurs et stimulants et dans la mesure où la vue et l’ouïe ont déjà fait l’objet de recherches approfondies – notamment ceux de Michel Jourde, François Hartog, ou encore Eric Palazzo sur la vue et l’ouïe – on se concentrera ici sur les trois autres sens, quant à eux quelque peu délaissés par la critique.

Plus d’informations

Appel à contributions : La preuve : procédures, protocoles, procédés

Lieu : Tours

Dates : 04-05 mai 2020

Date limite de réponse : 06 mars 2020

Pour la quatrième année consécutive, l’Association des doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses rencontres doctorales pluridisciplinaires. Cette année les journées d’études porteront sur le thème de la preuve à la Renaissance.

Plus d’informations

Appel à contributions : Patrimoines militaires habités. Espaces intérieurs, mobilier et mémoire des lieux (XIVe-XXIe siècle)

Lieu : Paris

Dates : 26-27 juin 2020

Date limite de réponse : 02 mars 2020

À l’articulation de l’histoire de l’architecture, des interior studies et des études muséographiques, ce cinquième colloque international du programme « Patrimoine militaire » (2012-2024) vise à stimuler les réflexions méthodologiques sur la manière de documenter, de penser et de concevoir des reconstitutions d’intérieurs historiques militaires, qui soient attentives à la mémoire plurielle des lieux et des hommes qui les ont façonnés au fil du temps. Il ambitionne d’aborder la structuration de méthodes et de modes opératoires d’investigation depuis l’enquête jusqu’à la réalisation d’outils de médiation.

Plus d’informations