Appel à contributions : L’art et la paix (les Jeudis de l’art)

Lieu : Institut catholique de Paris

Dates : « six rencontres qui auront lieu, de 18h30 à 20h, le deuxième jeudi de chaque mois de l’année universitaire (à savoir les 11 octobre, 8 novembre, 13 décembre 2018 et les 14 février, 14 mars et 11 avril 2019) »

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

Résumé : Les Jeudis de l’art sont un cycle de conférences en histoire de l’art organisé par le département d’Histoire de l’art de la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Les conférences auront lieu une fois par mois, les jeudis, d’octobre 2018 à avril 2019, de 18h30 à 20h, et réuniront à chaque fois deux à trois intervenants. Le thème choisi pour l’année universitaire 2018-2019 est « L’art et la paix ». Les différentes directions que ce cycle de conférences pourra emprunter nous offriront la possibilité d’observer l’évolution des définitions, des significations et des représentations de la paix au fil des siècles.

Toutes propositions de communication, tant de chercheurs confirmés que de jeunes docteurs et doctorants, sont bienvenues. Étant donné le sujet abordé, historiens de l’art, archéologues, conservateurs, mais aussi historiens, littéraires, artistes (peintres, cinéastes, illustrateurs, etc.) ou autres (mais toujours en lien avec l’histoire de l’art) sont les bienvenus dans la mesure où les présentations proposées sont issues de leurs spécialités de recherche et/ou de pratique.

Consulter l’appel complet.

Appel à communications : Marfins Africanos No Mundo Atlântico, 1400-1900 (African Ivories In the Atlantic World, 1400-1900)

Lieu : Université de Lisbonne (Portugal)

Dates : 25-27 février 2019

Date limite de réponse à l’appel : 21 septembre 2018

Langues des communications : portugais, français, anglais

Résumé : Since April 2015, the international team working on the project “African Ivories in the Atlantic World: a reassessment of Luso-African ivories” (Fundação para a Ciência e a Tecnologia: PTDC/EPH-PAT/1810/2014), composed of 27 researchers from the University of Lisbon, the University of Évora and the Federal University of Minas Gerais in Brazil, has been researching the trade, circulation and production of raw and carved African ivory in the Atlantic area from the fifteenth to the eighteenth century. The team has identified and listed objects from Portuguese and Brazilian (Minas Gerais) collections, also collecting references and descriptions extant in written Portuguese sources. For the first time a selection of ivory pieces was subjected to lab tests with a view to helping establish their age and origin. The project research team has submitted proposals for re-interpreting material culture in the framework of its African contexts of production.

Consulter l’appel complet.

Appel à contribution : Religious Landscapes in Mediterranean Europe (14th-19th centuries)

Lieu : Naples (Italie)

Dates : 1er-5 octobre 2018

Date limite de réponse à l’appel : 31 août 2018

The Landscape, understood as a space/fabric of communication, relationship and action, and as the constantly renewed materialization of historical processes resolved in its territorial organization, is inextricably linked to one’s own religious history. If, on the one hand, the natural environment attracts because of its position, configuration and history so as to introduce the choice of the place destined to become sacred, on the other, it is the environment itself to be marked and transformed by the religious presence, in a relationship that we could state as of mutual determination. Monasteries, convents, parish churches and votive shrines are some conspicuous elements of the religious and social landscape of Europe, tangible traces of the intangible circulation of ideas and people in the medieval and modern past.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Permeable Bodies in Medieval and Early Modern Visual Culture

Lieu : University College London (Royaume-Uni)

Dates : 5-6 octobre 2018

Date limite de réponse à l’appel : 23 juillet 2018

In recent years, the human body has gained a prominent position in discussions of medieval and early modern cultures. The troublesome contingency of the human body encompassed critical boundaries between inside and outside, and became a central concern in religious, political, and economical developments. Medieval bodies were permeable microcosms, not only sites containment but also of revelatory experiences. In the early modern period, body and identity were indistinct, interdependent categories, inseparable from the natural and cultural space that they inhabited. This logic of perpetual fluidity both generated a disquieting sense of impending doom, but also allowed for the propagation of multiple possibilities of understanding, which materialised into a rich visual and material culture.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : « Gagner la guerre ou gagner la paix ? »

Lieu : Caen

Dates : 5-6 décembre 2018

Date limite de réponse à l’appel : 5 septembre 2018

L’année 2018, qui voit la commémoration de la fin de la Première guerre mondiale, est marquée par plusieurs crises et tensions : gesticulations nucléaires, regain des nationalismes, défis lancés au droit international. Cependant certains auteurs estiments que nous vivons actuellement l’une des périodes les plus pacifiques de l’histoire (S. Pinker ; A. Gat ; JJ. Roche ; J. Horgan). La France contemporaine est en paix depuis la fin de la guerre d’Algérie, mais le narratif politique de la guerre s’est imposé depuis 2015 à la suite des attentats terroristes perpétrés sur le territoire national. Comment penser cette situation paradoxale ? De nombreux travaux universitaires analysent l’évolution de la conflictualité, moins nombreux en revanche sont ceux qui s’attachent à penser cette contradiction, qui nous invite à recenser et réfléchir aux facteurs de paix.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Perceptions de l’espace dans les arts de l’Antiquité et du Moyen Âge méditerranéens

Lieu : Tunis (Tunisie), en avril 2019 ; Perpignan, en avril 2020

Dates : 11-13 avril 2019 (1ère rencontre) ; avril 2020 (2e rencontre)

Date limite de réponse à l’appel : avant septembre 2018

Le premier colloque organisé à Tunis par le département d’Archéologie et l’ISSHT, se propose de mettre l’accent sur les représentations de l’architecture dans les arts. Il aura pour objectif majeur de traiter l’architecture à travers les représentations figurées, sur différents supports.En complément de ce premier colloque, celui organisé à Perpignan en avril 2020 entend s’intérroger sur la manière dont les sociétés méditerranéennes de l’Antiquité et du Moyen-Age représentaient, et se représentaient, leur environnement, à savoir l’espca, réel ou fictionnel, et ce sur divers supports (arts figurés,littérature,etc..).Vous trouverez sur le site du CRESEM, le lien de téléchargement de la fiche de renseignement , à compléter et à retourner avant le 30 septembre 2018. Le comité scientifique concerné examinera votre proposition dans les meilleurs délais et vous infirmera de la décision.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Les Miracles de Notre Dame du Moyen Âge à nos jours. Histoire d’un genre. De l’apostolat marial à la littérature

Lieu : Institut Catholique de Rennes (ICR)

Dates : 21-23 mars 2019

Date limite de réponse à l’appel : 1er novembre 2018

Au XIIe siècle apparaissent d’abord en Angleterre anglo-normande puis sur le continent européen des collections de Miracles de la Vierge Marie, en latin puis en langue vernaculaire. Ces récits relativement brefs ont pour but de transmettre les vérités de la foi au public lettré et aux « illitterati » (ceux qui ne connaissent pas le latin) et d’encourager le culte marial. Les histoires présentées comme vraies ont des origines et des traditions très variées qu’il sera intéressant de retracer. Très vite, dans les versions romanes, il s’agit de dépasser l’exemplum édifiant et de faire œuvre littéraire en concurrence avec une littérature déjà florissante, notamment dans le contexte courtois. De véritables écrivains s’illustrent dans ce genre : Adgar, Gautier de Coinci, Berceo, etc. A partir d’un corpus international (grec, latin, français, slave, hongrois, ancien anglais, ibéro-roman, islandais, etc.) on essaiera de définir le genre et d’en montrer la richesse et les enjeux littéraires. On n’exclura pas l’étude de l’iconographie, par exemple les enluminures des Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci (manuscrits de Saint-Pétersbourg). Les études peuvent être génétiques : comment ces miracles s’inscrivent-ils dans une intertextualité complexe, qui met en jeu un travail de traduction et d’écriture ? L’objectif sera de faire progresser la recherche sur ces Miracles. Analyses stylistique, structurale, historique, religieuse sont bienvenues, que le corpus soit large ou limité à un texte. « Les miracles par personnages » (dramatiques) du XIVe siècle peuvent aussi être considérés.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Animal et animalité à l’époque romane

Lieu : Issoire

Dates : 12-13 octobre 2018

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

De tout temps, l’animal a côtoyé l’homme, il fait partie de son environnement, il l’accompagne tout au long de sa vie. Et d’une certaine façon, étudier l’histoire de l’animal, c’est aussi envisager les rapports que l’homme établit avec lui, que ce soit sous sa forme vivante ou sous la forme de ses représentations mentales ou figurées. Pour autant la période médiévale bénéficie d’un héritage ancien. À la Préhistoire, les animaux peuplent les parois des grottes, dans une ronde sans fin, objet sans doute de pratiques religieuses dont une grande partie nous échappe aujourd’hui. Dans l’Antiquité égyptienne, certains animaux sacralisés ont même été l’objet d’un culte. Et dans la civilisation gréco-romaine, alors que la figure de l’homme domine, ce dont l’anthropomorphie de la divinité est le signe le plus visible, ils font partie intégrante de la mythologie, les dieux ne refusant pas à l’occasion de se transformer en animal pour jouer à l’homme un de ces tours dont ils avaient le secret. Avec le christianisme, la présence animale et son rapport à l’homme s’enracinent dans la Genèse. Au Moyen Âge, l’animal est présent partout, et particulièrement à l’époque romane. Créature de Dieu, dont la création est intervenue les 4e et 5e jours et précède celle de l’homme, il n’en revêt une importance que plus grande. Mais lorsqu’Adam acquiert le pouvoir de nommer les animaux, l’homme exerce alors un pouvoir de domination sur lui. Aux XIe et XIIe siècles, accompagnant le paysan et le seigneur, le chasseur et le guerrier dans leurs occupations quotidiennes, il devient aussi le sujet d’un répertoire inépuisable d’images sculptées ou peintes couvrant les murs des églises et donnant lieu à toutes sortes d’interprétations dans lesquelles les artistes ont laissé libre cours à leur imagination.

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : Humanismes, anti-humanismes et littérature (XIVe-XXIe siècles)

Lieu : Maison de la Recherche, Campus Schuman, Aix en Provence

Dates : 13-15 juin 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2018

Si l’adjectif « humaniste » est attesté dès la fin du XVIe siècle, le mot « humanisme » est une invention des Lumières, que s’approprie d’abord la philosophie politique du milieu du XIXe siècle (Proudhon), avant qu’il devienne une catégorie de l’histoire littéraire. Pour autant, c’est bien la Renaissance qui a inventé l’humanisme comme projet d’humanité fondé sur la philologie et l’éloquence, s’appuyant sur l’héritage médiéval même qu’il nie. L’humain n’est pas nature, mais culture : « Les hommes ne naissent pas hommes, ils le deviennent » (Érasme). Cette faculté de se transformer fait leur dignité pour Pic de La Mirandole. Elle requiert la maîtrise des langues anciennes, la méditation des textes, art du probable qui veut convaincre, plaire et émouvoir. Sans doute l’objectif de former un homme plutôt qu’un spécialiste s’inscrit-il dans une longue lignée médiévale : mais il se politise davantage, rompant avec l’Université et avec le savoir officiel. Le champ apparemment étroit de la philologie et de la rhétorique devient à la Renaissance essentiel pour la formation de l’individu, pour son épanouissement dans la relation à autrui, pour la vie politique et religieuse, l’établissement et l’intelligence des textes de droit, de l’Écriture sainte, ou relevant de telles ou telles grandes traditions littéraires ou philosophiques. Les Lettres sont à la fois savoir, divertissement, perfectionnement de l’individu, instrument de la vie politique et de l’approche authentique des textes fondateurs. Elles inspirent des formes de vie sociale : la conversation, les correspondances, les académies. Un nouveau média, le livre, leur confère une nouvelle audience, une possibilité d’échanges et de débats hors institution, une république des Lettres sans frontières : une première invention de l’Europe ?

Consulter l’appel complet

Appel à contributions : 10e Colloque international « Christine de Pizan »

Lieu : Université Sorbonne nouvelle Paris 3

Dates : 18-22 juin 2019

Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2018

Le 10e Colloque international « Christine de Pizan » se tiendra à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 du 18 au 22 juin 2018 sur le thème : « Genèses et filiations ». En mêlant intimement sa vie et son œuvre, Christine de Pizan ne cesse de convoquer et d’inscrire dans ses textes sa propre filiation ; elle écrit tout en étant fille et mère. D’autres filiations, littéraires et fictionnelles, tendent à se superposer à cette filiation biologique : d’une œuvre à l’autre se construisent et s’inventent des processus de genèse et d’engendrement et, avec eux, d’autres mères et d’autres pères ; des alliances nouvelles, pour la veuve qu’elle est. On envisagera ces filiations réelles ou imaginaires, matrilinéaires ou patrilinéaires, et leurs arborescences. On se demandera ce qui les soude, lorsque ce n’est plus la chair qui les fonde, et pour quels enjeux idéologiques. On interrogera également certaines contradictions apparentes : la valorisation de la virginité, de la chasteté, récurrente sous la plume de Christine de Pizan, et la nécessité du lignage ; la promotion de soi à laquelle l’auteure se livre et l’absence de revendications pour les « filles » auxquelles elle s’adresse.

Consulter l’appel complet