Appel à communications – Empires: Towards a Global History

Lieu: University of Delhi, Delhi
Date: 3-5 décembre 2017
Date limite de réponse: 1er juillet 2017

Empires have had an enduring influence on global history. They have functioned as major geopolitical units and as preeminent arenas for the circulation of ideas, techniques, goods and people. However we may describe or define empires, diversity and heterogeneity remain crucial features, in terms of political formations as well as relationships (tributaries, settler colonies, chieftainships, for example); and because they straddled varieties of economic structures (agrarian, pastoral, trading, urban and rural), ethnicities and populations. Precisely because of their heterogeneity, empires have facilitated connections, circulation, and commerce within and across their boundaries. Empires often endured beyond and across different ages, competing and coexisting with rival empires. They were forged and dissolved by forces that were both internal and external to their presumed territorial boundaries.

Empires exerted their influence within and beyond their formally recognized territory.  With the rise of the capitalist world system, empires had to contend not only with other empires and imperialisms but also with the emerging nation states and nationalisms, which very often rose from the very womb of the empires themselves. Did they also promote a plurality of cultures even as they were dominated by an imperial center with its own style and ethos?

Even when empires seem to have vanished as legally recognizable entities, their influence can be seen in the way the concept has been extended to include trading empires, religious empires, commodity specific empires and so forth. Since they rested on justifying ideologies,Empires were discursive as well as economic and political formations.  Crucial though to their management of diversity was the need to accommodate or promote a plurality of cultures even as they were dominated by an imperial center with its own style and ethos.

The proposed conference is premised on the idea that empires drew their strength from a global systemic architecture of hegemony and dominance.  The objective of the conference is designed to emphasize how imperial interactions served to reinforce empires within their global scaffolding. “Towards a Global History of Empires” seeks to delineate different strands and interconnected themes that explain both empires’ persistence as well as their mutations over time.

The themes that we propose for the conference shall include:

  • Political construction of empires and their dissolution
  • Circulation within and between empires of ideas, techniques, institutions
  • Circulation of goods and trade links between empires
  • Movement of people within and between empires
  • Empires as discursive formations
  • Plural cultures and imperial centers
  • Micro history and empire

We invite papers addressing the above themes from all periods of history. We are looking for work that looks at empire from a global history approach that emphasizes connections and encourages comparisons. Advanced research students as well as senior scholars are invited to apply for the conference.

SUBMISSION GUIDELINES

  • Please submit a single combined doc or pdf file including an abstract of no more than 500 words, along with a brief CV and mail it by electronic mail to  wigh [at] fas.harvard.edu with the subject line “Empire2017” by July 1, 2017.
  • Scholars chosen to participate in the conference will have to submit the final version of their paper (of not more than 7000 words) no later than November 1, 2017.
  • In the body of the email, please include your name, affiliation, and the title of your project.
  • We recommend including a header with your name on every page of your submission.
  • In the case of papers with multiple contributors, we are only able to cover transportation costs for one person.

We are particularly interested in and encourage applications from the Global South.

We will inform applicants by August 15, 2017 if they will be invited to Delhi. We will be    able to support the travel of invited participants.

Appel à communication – Genre et contraception : quelles (r)évolutions ?

Lieu: Paris
Date: 18 et 19 décembre 2017
Date limite de soumission: 30 juin 2017

A l’occasion des 50 ans de la légalisation de la contraception, le laboratoire junior Contraception&Genre (Cité du Genre, USPC) organise un colloque international les 18 et 19 décembre 2017 à Paris, sur « Genre et contraception : quelles (r)évolutions ? ».

L’objectif du colloque « Genre et contraception » est de revenir sur ces « (r)évolutions » en proposant de faire un état des lieux des savoirs et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche sur les multiples enjeux des pratiques contraceptives et abortives, dans une perspective de genre et en prenant en compte l’imbrication avec d’autres rapports de domination (classe, race, âge, handicap). Il vise la mise en commun des travaux des multiples disciplines qui s’intéressent à la contraception (démographie, sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques, épidémiologie, etc.).

Veuillez trouver ici l’appel à communication du colloque. Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 30 juin 2017 à contraception.genre [at] gmail.com.

 

Appel à communications : Les pratiques de l’exclusion

Lieu de la manifestation : Université Paris Nanterre
Date : 2 décembre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 12 juin 2017

Fondée récemment au sein de l’Université Paris-Nanterre, l’Association des Jeunes Chercheurs de Nanterre – E.D. 395 (AJCN 395) a pour projet de promouvoir l’interdisciplinarité, qualité spécifique de l’École doctorale 395 « Cultures, Milieux et Sociétés du Passé et du Présent », composée de neuf disciplines issues des Sciences Humaines et Sociales. Elle vise à valoriser les travaux de ses doctorants et jeunes chercheurs afin de développer les réflexions diachroniques et interdisciplinaires mais aussi croiser les méthodes de recherche. Forte d’une première année d’existence, l’AJCN 395 a l’honneur de convier les jeunes chercheuses et chercheurs en Sciences Sociales (doctorant-e-s et docteur-e-s ayant soutenu depuis moins de 2 ans) à sa première journée d’étude annuelle, qui aura lieu le 2 décembre 2017 autour du thème de l’exclusion. Nous nous intéresserons aux thématiques suivantes lors de cette journée :
1.Extériorité et frontières : la construction de l’exclusion.
2.Dispositifs d’exclusion et mise en place de la norme.
3. « Entrepreneurs de morale » et autorité légitime.
4. Mouvements de résistances.
5. Subir ou choisir l’exclusion : la rupture volontaire.

Pour en savoir plus, voir ici.

Appel à communications : L’Empire, figure(s) du pouvoir. Discours, représentations et usages

Lieu de la manifestation : Rennes – Faculté de droit et de science politique
Dates : 18 & 19 janvier 2018
Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2017

L’Empire, en tant que forme d’organisation de la politique et du politique, manifeste de façon éclatante un système d’institution, de régulation et d’expression du pouvoir. Pour séduisante qu’elle paraisse a priori, cette affirmation masque la complexité des phénomènes en jeu. De l’Imperium latin à l’impérialisme, le terme Empire et ses dérivés ont toujours été attachés à cette notion de pouvoir. Or, loin d’être un et monolithique, le pouvoir est pluriel et revêt une vaste multiplicité de formes et de sens. D’autre part, cette affirmation relève du discours qui, en tant que tel, est révélateur d’une représentation de ce que peut être l’Empire dans l’imaginaire collectif. L’Empire pose d’immenses difficultés à qui tente d’en déterminer une définition complète, stable et unanimement admise, à l’aide de critères fiables. Qu’il s’agisse de caractérisations, de comparaisons entre des exemples historiques ou bien de réflexions in abstracto, la raison de ces difficultés ne réside peut-être pas dans les réalités et les dynamiques impériales décrites mais dans leurs désignations elles-mêmes.

Pour consulter l’AAC complet, voir ici.

Appel à communications – La place de la controverse dans les études du politique

Lieu: Paris-Est
Date: 18-19 décembre 2017
Date limite de soumission: 13 juillet 2017

Nous proposons d’organiser notre colloque autour de deux axes :
1) Le premier axe privilégiera une dimension discursive et mobilisera plutôt des travaux de philosophie attachés à reconstituer les termes d’une délibération en contexte de crise, d’incertitude ou de confrontation à l’indécidable. Par exemple, l’accent pourra être mis sur les controverses relevant du domaine de l’éthique, et notamment de l’éthique médicale et/ou soignante, en privilégiant des analyses philosophiques de notions qui font problème de manière cruciale dans le monde du soin (par exemple la technoscience, la relation médecin-malade, l’organisation des soins et l’injonction managériale etc.) et des grands auteurs de philosophie morale contemporaine comme Hans Jonas, Paul Ricoeur ou Emmanuel Lévinas.
2) Le deuxième axe visera à opérer un travail de contextualisation des discussions théoriques dans une perspective à la fois sociologique et historique. Ainsi, en mobilisant des approches d’histoire et de sociologie des idées, il s’agira en particulier d’évaluer la place respective des acteurs (positions, valeurs, intérêts) et des idées (notamment à travers les croyances et les arguments). Ce faisant, on posera entre autres les questions suivantes : la déconstruction des situations de tension et de dispute propres aux controverses suppose-t-elle de dépasser les approches idéelles (et la réification par les idées qu’elles impliquent) en reconstruisant les contextes pratiques et les acteurs en lutte ? Quels rapports les prises de parole entretiennent-elles avec les prises de position et donc avec les positions d’acteurs concrets ?
L’enjeu de ce colloque consistera non pas à juxtaposer mais bien à articuler ces deux axes.

Plus précisément, on privilégiera autant que possible un pluralisme méthodologique en associant pour chaque objet de controverse une approche philosophique ou juridique et une approche de sciences sociales (science politique, sociologie, économie).

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communication: Symbolique, traditions et identités militaires. Colloque organisé par le Service historique de la Défense (SHD) et le réseau des historiens du SHD

Lieux : Château de Vincennes

Dates : 21 et 22 septembre 2017

Date limite de l’appel à communication: 30 mai 2017

Comme tout groupe professionnel, la société militaire cultive ses traditions et son patrimoine symbolique. Toutefois, ce trait relativement commun, possède, dans cet univers, des caractères très spécifiques et, surtout, particulièrement marqués. La symbolique et les traditions militaires ne servent pas uniquement à exprimer une appartenance à un groupe, car elles constituent, également, un accompagnement indispensable dans l’épreuve de la guerre. C’est pourquoi la symbolique et les traditions font l’objet d’une attention particulière, voire d’une véritable sacralisation, qui s’exprime, par exemple, dans les honneurs rendus au drapeau et à la mémoire des morts.

La symbolique et les traditions font ainsi l’objet d’une prise en charge institutionnelle, dont l’analyse pourra constituer un premier axe de réflexion de ce colloque. On pourra ainsi s’interroger sur la façon dont, dans le passé ou dans le temps présent, les patrimoines symboliques et historiques ont été constitués et gérés, dans différents environnements institutionnels et politiques. On se souvient, par exemple, que la Troisième République mena dans ce domaine une action particulièrement importante en systématisant la rédaction d’historiques régimentaires ou en attribuant à chaque régiment un nouveau drapeau, dont la dotation constitua le cœur de la première cérémonie de la fête nationale, le 14 juillet 1880.

Un rapide tour d’horizon des pratiques institutionnelles suffit à mesurer l’extrême diversité des symboles et des traditions cultivés au sein des armées. Un second axe de réflexion pourrait ainsi être consacré à l’exploration et à l’analyse de cette diversité. Les patrimoines symboliques et historiques se déclinent, en effet, à de multiples niveaux : les unités, les armes et subdivisions d’armes, les écoles, les spécialités, les grades, etc.  A défaut de présenter un inventaire exhaustif de ces multiples déclinaisons, ce colloque aura pour objectif de mettre en valeur la diversité des identités constitutives du fait militaire. En effet, les armées sont un assemblage de talents et d’identités. Comme l’expliquait La Fontaine, dans la fable Le lion s’en allant en guerre : « Le monarque prudent et sage / De ses moindres sujets sait tirer quelque usage, / Et connaît les divers talents. »

Mais au-delà de la diversité, se pose, bien sûr, la question de l’unité, c’est-à-dire du caractère commun qui les rassemble en dessinant les contours de la militarité. Comment cet assemblage contribue-t-il au façonnement d’une identité militaire, qui les regroupe et les transcende toutes ? La question se pose également à l’échelle des individus, qui se situent à la confluence de plusieurs appartenances. Les symboles et les traditions fabriquent ainsi un sentiment d’affiliation un esprit de corps et, par leur addition, elles contribuent à faire de chacun un personnage singulier. Une décoration n’est-elle pas une « distinction », qui marque la fidélité d’un individu à un ensemble de valeurs et de normes, tout en soulignant son irréductible singularité ? C’est ainsi que les « placards » de médailles racontent toujours une histoire singulière. C’est cette double logique que le sociologue Bernard Lahire qualifie de « distinction de soi », dans La culture des individus, marquant à la fois la force des logiques collectives et les stratégies individuelles de distinction.

Une sémiotique, propre au monde militaire depuis l’Antiquité, s’est finalement construite autour d’un puissant système symbolique. La diversité même des costumes ou des insignes, leur évolution et leur adaptation au cours de l’histoire, leur surprenante variété, méritent une analyse pluridisciplinaire, nécessaire pour mieux comprendre leur fonction dans la société militaire.

Le colloque pourrait ainsi s’organiser en trois demi-journées :

1-      La prise en charge institutionnelle

2-      La diversité des pratiques et des identités

3-      L’identité militaire

NB : ces problématiques pourront être traitées dans un  contexte français ou étranger.

Consignes : les propositions de communication (environ 2 000 signes) et une courte biographie sont à renvoyer à l’adresse : eric2.benard@intradef.gouv.fr pour le 30 mai 2017.

Appel à communications – Temporalité(s) politique(s) – Autonomisation et rapport au temps des acteurs publics

Lieu: Lyon
Date: 30 novembre et 1er décembre 2017
Date limite de soumission: 1er juin 2017

Ce colloque vise à interroger les formes de la construction d’une temporalité politique structurante et les articulations entre la grande variété des rapports aux temps propres à chaque type d’acteurs sociaux dans le monde politique, et le temps a priori dominant du mandat électoral. Nous souhaitons interroger les hypothétiques spécificités de ce rapport au temps en politique et ses transformations dans différents types d’activité. À partir des travaux produits depuis quelques années sur les temporalités politiques, ce colloque sera l’occasion d’approfondir la compréhension de cette dimension trop souvent naturalisée des formes du gouvernement. En saisissant les temps des politiques comme objets, comme enjeux et comme marqueurs, les communications auront à cœur de renouveler nos questionnements sur les effets de la multiplicité des temps et des rapports aux temps, des rythmes, des cycles, des horizons et de leurs usages dans la mutation des démocraties contemporaines.

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – « Fraude, Frontières et territoires »

Lieu: Paris, Ministère de l’Economie et des Finances
Date: 23-24 novembre 2017
Date limite de soumission: 30 juin 2017

Nous souhaitons aborder la fraude comme un processus qui rétroagit sur son environnement, ce qui suppose de l’examiner dans des configurations historiques, culturelles et géographiques diversifiées. Il faudra croiser les échelles d’analyse des praticiens de la lutte contre la fraude, des chercheurs confirmés ou non, provenant de différents champs disciplinaires, mais aussi des archivistes et des responsables de musées des douanes, dont les ressources sont indispensables. Les économistes, les sociologues et les psychologues cherchent à évaluer (au sens de la mesure et au sens de l’analyse des comportements et des motivations) le phénomène et son impact, les juristes définissent le périmètre de la légalité et ses transformations, les spécialistes des sciences de gestion s’intéressent aux organisations publiques et privées, les médecins analysent l’effet des trafics de médicaments sur la santé publique, les chimistes permettent de prendre en compte les évolutions des moyens des douaniers, les informaticiens, les politistes apportent d’autres éclairages. Chacun est conscient de la nécessité de s’enrichir des points de vue des autres disciplines pour saisir la complexité du phénomène et de ses implications.

Situer le processus de la fraude dans les dynamiques de l’économie suppose de saisir les motivations des acteurs de l’illicite et de s’intéresser aux limites entre le licite et l’illicite, à ceux qui les définissent et qui les légitiment et à ceux qui les transgressent. Il s’agit aussi de faire intervenir des « praticiens » de la lutte contre la fraude afin de croiser plusieurs échelles : celle, micro, du terrain, celle, macro, de la décision politique, et celle, méso, des syndicats de douaniers, des corps du contrôle fiscal.

Pour réunir tous ces intervenants autour d’une thématique aussi large, il paraît important d’adopter un thème fédérateur qui pourrait être celui des frontières et de leur rôle dans les dynamiques de l’économie. Il s’agit d’aborder la fraude à travers son inscription dans les territoires, privilégiant l’étude des limites, des bornes géographiques ou professionnelles inscrites dans les paysages, mais aussi des barrières psychologiques qui aboutissent ou non au contournement de la norme. Ce colloque a vocation à construire une  synergie entre les approches disciplinaires et à mettre en évidence des liens entre les échelles d’analyse proposées dans les communications.

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – Radical Americas 2017 : Legacies

Lieu : Londres, UCL – Institute of the Americas
Dates : 11-12 septembre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 24 avril 2017

The fifth Radical Americas conference will take place at UCL Institute of the Americas, London on 11th and 12th September 2017. The conference falls in a year of many anniversaries, offering an opportunity to examine the legacies of various radical movements, events, writers, artists and activists. Yet the careful examination of the past should not distract us from the urgent tasks of the present, and we will consider the challenges for radicals in the Americas in the current conjuncture.

Individual proposals or complete panels (3 x 20m papers) are welcome. Authors of outstanding papers will be encouraged to submit their work to the Radical Americas Journal, published by UCL Press.

As in previous years, we hope to offer some financial assistance to those who need it most. The anticipated cost for the two day event is £75 for those who can afford it (or can expect institutional support), and £35 for those who cannot (a voluntary distinction).

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Périodisations et temporalités dans un contexte global

Lieu : Berlin, Maison de France
Dates : 7-9 décembre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 30 avril 2017

Le Forum Transregionale Studien et la Max Weber Stiftung lancent un appel à communications pour participer à un colloque international de trois jours à Berlin sur le thème de des périodisations historiques envisagées dans une perspective transrégionale. Cette rencontre est co-organisée et conçue par Thomas Maissen (IHA), Barbara Mittler (Centrum für Transkulturelle Studien de l’université de Heidelberg) et Pierre MONNET (Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales de Francfort). Elle débutera par une conférence inaugurale le 7 décembre et durera jusqu’au 9 décembre au fil de plusieurs sections thématiques. Elle se déroule en coopération avec le Einstein Center »Chronoi« ainsi que la Graduate School »Global Intellectual History« de la Freie Universität Berlin et de la Humboldt-Universität de Berlin.

Voir l’appel complet ici.