Appel à communications – Speaking when spoken to

Lieu: Édimbourg
Date: 6 juin 2017
Date limite de soumission: 24 mars 2017

The University of Edinburgh is hosting a workshop on 6 June 2017 entitled « Speaking When Spoken To: Re-integrating the experiences and perspectives of children into historical research. »
This workshop will discuss the methodological challenges when investigating the history of children, which will be attractive to scholars working in the history of education. There will be an opportunity for early career scholars and postgraduate students to share methodological observations and specific examples from their own research, which will form the basis of discussion and comparison.
Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – Understanding Migration: States of (Un)Belonging

Lieu: University of Sheffield
Date: 15 juin 2017
Date limite de soumission: 10 mars 2017

The University of Sheffield Postgraduate Migration Research Network invites submissions for the 3rd Workshop on Migration. This one-day intensive research conference aims to explore issues on migration and belonging – or unbelonging, and offer diversified insights into a wide range of migration topics and discussions. The workshop aims to provide a friendly environment for postgraduate and early career researchers to engage in discussion regarding migration research, past, present, and future migration agendas, integration, representation of migrants and the evolution of migration policies. This is an opportunity to showcase your research, any ‘work in progress’, and (preliminary) research findings with a critically engaged postgraduate community. Abstracts in all areas of migration and from all disciplines will be considered.

Submissions based broadly but not restricted to following topics are welcome:
– Past, present and future movement flows
– Migrants’ and forced migrants’ experiences (including displacement, journey, arrival, integration, etc.)
– Migration policies, governance and control
– Narratives and representations of migrants and forced migrants
– Rise of anti-immigrant sentiment and policies
– Migrant activism and organisation
– Alternative theoretical/empirical/methodological perspectives on migration and belonging

Consulter l’appel complet ici.

Appel à candidatures – École d’été Initiation à l’analyse de réseaux

Lieu : Nice
Date: du 3 au 8 juillet 2017
Date limite de réponse à l’appel : 31 mars 2017

Cette école s’adresse à toute personne engagée dans une démarche de recherche et souhaitant être formée à l’analyse de réseaux, quelle que soit sa discipline et son statut (étudiant·e, doctorant·e, ingénieur·e, chercheur·se ou enseignant·e-chercheur·se). À l’issue de la formation, les participant·e·s connaîtront : le vocabulaire de l’analyse de réseaux dans les différentes disciplines (notamment sociologie, géographie, physique) ; les principes de collecte de données de réseaux propres aux différents types d’enquête (notamment enquête par entretien, sur sources écrites, à partir du web) ; les étapes à suivre et précautions à respecter pour passer des données brutes à l’analyse de réseau proprement dite ; les notions élémentaires de sémiologie graphique pour une visualisation efficace ; les principales mesures utilisées ; les différents outils disponibles pour aller plus loin.

L’appel complet ici.

AAC – Revue Les Cahiers du Numérique : enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Remise des articles : 23 avril 2017

Réponse aux auteurs : 23 juin 2017

Remise de la version finale : 23 juillet 2017

Le numérique a envahi notre quotidien, de la sphère professionnelle, il s’est rapidement propagé vers notre sphère privée. Il semble communément admis que la révolution numérique est en marche. Si nul ne sait quand celle-ci atteindra son point culminant ni prédire quels en seront les effets – les discours sont pour le moins dichotomiques sur le sujet – il est incontestable que son omniprésence opère une transformation de nos dynamiques sociales et culturelles (Jeanneret, 2011) et propulse nos sociétés occidentales dans une « culture numérique » (Doueihi, 2011 ; Rieffel, 2014) laissant subséquemment entrevoir les possibilités d’ « humanités numériques ». Les résistants aux injonctions de cette culture numérique sont considérés  –  au mieux  –comme des marginaux ne souhaitant pas rejoindre cette culture ouverte de l’information, cette culture numérique du partage, à la fois participative, citoyenne et porteuse de nouveaux espoirs.

Force est de constater que sans application numérique il n’existe ni culture ni humanité numérique. Or ces applications relèvent des sciences de la computation ou de l’informatique, l’une des seules « nouvelles sciences » à s’être élevée au rang d’industrie. Les technologies de l’information et de la communication seraient d’ailleurs vectrices d’une troisième révolution industrielle (Rifkin, 2012). Pour Babinet (2016) « la révolution numérique en cours va transformer le monde plus fortement que ne l’a fait la révolution industrielle », d’où l’intérêt accru des politiques pour ces phénomènes émergeants et les inlassables prescriptions pour prendre le « tournant numérique ». Réponses à la communication politique ou réel engouement pour les humanités numériques, les projets sur le sujet ne cessent d’émerger depuis une dizaine d’année. Quels sont-ils, peut-on les caractériser ? Quelles sont leurs finalités ? Comment sont-ils conduits, selon quelle(s) méthode(s) ? Ces projets d’humanités numériques ont-ils réussi à dépasser le cloisonnement disciplinaire des sciences face aux technologies de l’information et de la communication (Heinderyckx, 2015) ? Quels sont les apports épistémologiques, théoriques, méthodologiques issus de ces recherches ?

Appel complet ici

Ecole thématique. Que fait l’histoire sociale de l’appartenance religieuse ? Un questionnement interdisciplinaire de la Méditerranée à l’océan indien, XVe-XXe siècle

Lieu: Casa Palacio de los Briones
C/ Ramón y Cajal, 15 – 41410 Carmona (Sevilla)

Dates: 26 au 29 juin 2017

Date limite de réponse à l’appel: 31 mars 2017

Cette École thématique entend interroger ce récit de la modernité occidentale qui a participé de la réification du fait religieux comme une dimension spécifique du monde social. En privilégiant des approches localisées et des contextualisations denses, il s’agit au contraire de réinscrire les activités religieuses au sein des configurations sociales et économiques dans lesquels elles trouvent leur origine. Ainsi il convient d’interroger des notions aussi centrales que le rituel ou le sacré dans le rapport aux collectifs, non pas comme des moyens de perpétuation d’une identité immuable, mais comme des manières d’actualiser constamment les frontières fragiles des groupes sociaux. Cela invite dès lors à revisiter les situations de contacts ou de circulations interreligieux, non pas comme des moments exceptionnels de passage, d’affrontement ou de médiation entre des entités culturelles monolithiques, mais comme des modalités ordinaires de cohabitation ou bien de réaffiliation des acteurs sociaux dans des configurations sociales localisées.

En somme, en choisissant d’adopter une approche pragmatique du fait religieux, cette École thématique invite à s’interroger sur ce que les acteurs font quand ils parlent de leur appartenance religieuse, et en quoi ces actions façonnent les appartenances sociales. Tels sont les enjeux d’une histoire sociale qui se saisit des appartenances religieuses, en les ancrant dans les pratiques situées des acteurs sociaux, et en tenant à distance critique le double prisme des sources étatiques et ecclésiastiques.

Appel complet ici

Appel à communications – La prise de décision dans les structures éducatives. Entre la norme et la pratique (XIIIe-XXe siècle)

Lieu : Maison de la Recherche de l’Université Toulouse – Jean Jaurès

Dates : 9 et 10 octobre 2017

Date limite de réponse à l’appel : 15 avril 2017

Les communications souhaitées devront décliner les modalités de la tension entre norme et pratiques démocratiques, à l’échelle des structures éducatives, dans une perspective historique, mais en faisant appel à toutes les disciplines concernées : sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation, droit, etc. Tous les types de structures éducatives (officielles, clandestines, établissements, associations, laïques, religieuses, anciennes, contemporaines), et à tous les niveaux d’enseignement (du primaire au supérieur, pour reprendre une terminologie contemporaine) sont proposés à la réflexion collective.

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Corps, espace, pouvoir

Lieu : Université Paris-Est Marne-la-Vallée, campus Champs-sur-Marne (77)

Date : 20 octobre 2017

Date limite de réponse à l’appel : 20 avril 2017

Quels rapports de pouvoir articulent le corps et l’espace ? Comment le corps est-il façonné par le pouvoir ? Comment le pouvoir sur l’espace se répercute-t-il sur les pratiques corporelles ? Cette journée d’études interdisciplinaires (géographie, histoire, STAPS, sociologie, et plus généralement Sciences humaines et sociales) interrogera les liens qui peuvent unir corps, espace et pouvoir. Elle sera l’occasion de faire un bilan sur ces questions et, peut-être, de pousser plus loin les questionnements à travers plusieurs études de cas.

Voir l’appel complet ici.

Programme de la journée d’études doctorales de l’Équipe d’Accueil 1571 : Âge d’or et décadence : une perception des sociétés du passé

Lieu de la manifestation : Université Paris 8
Date : 3 avril 2017

« Quand Rome, suivant l’heureuse expression de Pline, eut acquis à la fois le goût et le moyen de se précipiter dans le vice, aucune nation n’était plus capable que la Grèce de lui en montrer la voie et de l’y entraîner rapidement. Elle n’y manqua pas ». Cette réflexion, formulée par Gaston Colin dans son ouvrage consacré en 1905 à Rome et la Grèce de 200 à 146 avant Jésus-Christ (p. 323), suit explicitement la vision, véhiculée par des auteurs antiques et fort contestable, d’une société romaine décadente au contact de l’hellénisme à l’époque où Rome commença à intervenir militairement et diplomatiquement dans la partie orientale de la Méditerranée. Nombreux sont les hommes qui, à titre individuel ou dans le cadre de communautés, ont produit et véhiculé des discours sur la perception qu’ils avaient non seulement de la période à laquelle ils vivaient, mais aussi de leur passé. Ces deux ensembles d’interprétations, souvent liés, résultent de constructions personnelles ou collectives, idéalisantes ou dépréciatives, simples ou complexes, stéréotypées ou originales, menées à partir de faits tangibles ainsi que de représentations.
En déterminant les buts visés par ces auteurs, en confrontant leurs points de vue et, plus généralement, les apports de l’ensemble des types de sources disponibles, qu’elles soient textuelles ou iconographiques, l’historien tente d’évaluer le degré de pertinence et d’objectivité de ces discours, et cherche également à comprendre les modalités, les causes et les enjeux culturels, économiques et/ou politiques de leur construction et de leur diffusion. Néanmoins, les chercheurs, parfois eux-mêmes influencés à leur insu, ont pu contribuer à véhiculer ces perceptions et à livrer une vision moralisante de l’histoire, comme ce fut le cas de Gaston Colin. Ainsi est-ce une réflexion à la fois historique et historiographique qui sera menée, à partir  de cas précis et concrets, lors de cette journée d’études doctorales du « Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés » (EA 1571).

Pour plus d’informations, voir ici.

Produire du nouveau ? Arts, techniques, sciences en Europe (1400-1900)

Lieu: Université de Genève

Date: 23-25 novembre 2017

Date limite de réponse à l’appel: 15 mars 2017

Qu’elle soit inscrite dans une réflexion sur la « création », l’« invention », la « découverte » ou l’« innovation », la nouveauté participe des transformations des sociétés. Ce colloque s’intéressera tout à la fois aux discours et aux pratiques de la nouveauté dans les arts, les techniques et les sciences du XVe au XIXe siècle en Europe. Il s’agira de questionner la pertinence de ces catégories et d’identifier les différentes manières dont les sociétés envisagées ont tenté de penser et de produire de la nouveauté.

Appel complet ici

La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe s.)

Lieu: Paris

Date: octobre 2017

Date limite de clôture à l’appel: 30 avril 2017

À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité.

Appel complet ici