Atelier doctoral – La place des minorités : espaces, normes et représentations (Europe et Méditerranée, XIVe-XIXe siècles)

Lieu : École française de Rome

Dates : Du 11 au 15 juin 2018

Date limite : 31 mars 2018

Alors que l’Europe n’en finit pas de se confronter à la question de la place qu’elle peut et qu’elle veut faire à des minorités extrêmement diverses (nationales, ethniques, religieuses, immémorialement implantées ou à peine arrivées, etc.), il paraît nécessaire de réfléchir aujourd’hui à la place des minorités sur la longue durée et de manière critique – c’est-à-dire, d’abord, en soumettant à une réflexion critique la notion de « minorité », trop couramment acceptée sans examen. C’est elle qui sera au cœur de cet atelier de cinq jours, qui permettra d’interroger la place des minorités dans des espaces et des temps divers. Le même concept ne saurait bien sûr désigner la même réalité et la même expérience selon que l’on considère les sociétés médiévales, volontiers pensées (et d’abord par elles-mêmes) de manière organique et homogène, ou les sociétés modernes, réputées plus ouvertes et du moins plus diverses ; ou encore selon que l’on considère des espaces (pré-)nationaux, soumis à une forte volonté unificatrice, et d’autres espaces politiques, que l’on peut provisoirement définir comme impériaux, réputés plus à même de faire face à la diversité, voire de savoir l’organiser.

Plus d’informations

Appel à communication – Héritage sportif et dynamique patrimoniale

Lieu : Université de Bordeaux

Dates : 29-31 octobre 2018

Date limite : 4 mai 2018

En 2024, Paris accueillera de nouveau les Jeux Olympiques d’été et, pour la première fois, les Jeux Paralympiques. Le colloque organisé sous les auspices de la SFHS et du CESH se tenant à Bordeaux du 29 au 31 octobre 2018 sur la thématique de l’Héritage sportif et de la dynamique patrimoniale se situe idéalement dans cette perspective. En effet, il offre une belle opportunité de se réunir et de discuter à tous ceux qui voient dans le sport une manifestation culturelle, sociale et scientifique dans laquelle l’héritage et le patrimoine représentent un lien essentiel pour relier passé et avenir dans une dynamique transgénérationnelle. Les résumés liant réflexions historiques et champs de l’éducation, de la philosophie, des visuels et des arts, de l’anthropologie, de la sociologie, de la géographie, des études culturelles, des études coloniales et post-coloniales, de l’économie, du marketing, des études juridiques, de la muséographie sont les bienvenus. Il est aussi possible de proposer des interventions moins « académiques » de l’ordre de la performance, d’expositions, etc. Contacter le responsable : contact@colloque-bordeaux2018.eu.

Les contributeurs doivent soumettre leur communication selon les critères standards qui sont en ligne sur le site officiel de la manifestation. Elles doivent s’inscrire dans un thème dont la liste est sur le site répondant à celui de l’intervention. La présentation sera de 20 minutes avec 10 minutes de questions.

Toutes les informations ici 

32e Ecole d’été de Lille – Méthodes Quantitatives en Sciences sociales

Lieu : Lille – France

Dates : Du jeudi 28 juin au jeudi 5 juillet 2018

Date limite de candidature : 23 mars 2018.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, le CDSP, l’ECPR, la MESHS, le Conseil Régional Hauts-de-France, l’IEP de Lille, la MESHS, la PUDL, l’Université de Lille et l’AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2018, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1-     Méthodes numériques pour les sciences sociales (organisé par Julien Bolaert, Etienne Ollion, Julie Pagis)

2-     La construction quantitative des typologies : méthodes de classification et analyses factorielles (organisé par Nicolas Robette et Thomas Soubiran)

Appel à contribution: École d’été 2018 – Une histoire environnementale de la Grande Guerre

Lieu: Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

Dates: 2 au 7 juillet 2018

Date limite de réponse à l’appel: 15 février 2018

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avecl’EHESS (Paris)l’université d’Heidelberg, le Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens), sollicite des candidatures pour sa troisième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Nous nous tournons pour 2018 vers une autre question : celle de l’histoire environnementale de la Première Guerre mondiale. Ici, l’histoire environnementale de la Grande Guerre doit se comprendre selon une acception large. Il s’agira bien entendu de réfléchir aux conséquences environnementales de la guerre : destructions des villes, des villages, des sols, pollutions diverses et leurs pendants : reconstruction et reconstitution (à l’échelle des politiques publiques mais également des territoires), déminage des champs de bataille, exhumation et ré-inhumation des morts, politiques de mise en mémoire et en sens des territoires et des ruines de guerre (et notamment des champs de batailles). Ceci implique bien évidemment de prendre en compte la longue durée de la Grande Guerre puisque les traces environnementales de celle-ci sont sensibles jusqu’à aujourd’hui. Les conséquences environnementales de la guerre ne se résument en outre pas aux zones du front. L’exploitation économique des hinterlands même très éloignées des épicentres guerriers y a toute leur place dans la mesure où elle se traduit par des modifications parfois profondes et durables des écosystèmes.

Appel complet ici

Appel à communications : Travail : conflits et négociation

Lieu : Centre Malher (Paris)

Date : 7 avril 2018

Date limite de réponse à l’appel : 15 février 2018

Pour leur rendez-vous annuel, les doctorants de l’Association française d’histoire des mondes du travail (AFHMT) proposent de questionner les conflits et la négociation dans les mondes du travail. L’aspect protéiforme du conflit au travail et du dialogue social permettra d’envisager des contributions aux approches éclectiques, dans une journée se voulant ouverte aux formes et aux époques les plus variées de ces deux phénomènes, des micro-résistances (sabotages, coulages, grèves du zèle…) à l’action collective (actions nationales, de branches ou interprofessionnelles), de conflits localisés (monographies d’entreprises ou de bassins) jusqu’aux mouvements internationaux (altermondialistes, européens, transnationaux), qui donnent lieu à des médiations étatiques, syndicales à toutes les échelles, qu’il faudra interroger.

Consulter l’appel complet

AAC – Les sources des savoirs à l’époque moderne

Lieu: Université Lyon 3
Date: 23 mai 2018
Date limite de réponse: 20 janvier 2018

L’enjeu de cette journée sera de faire émerger des réflexions sur les processus de constitution et de sélection des sources de savoir à l’époque moderne, sur les supports et la circulation des sources de savoirs, en lien avec l’élaboration de sources de savoirs spécialisées, sur les approches méthodologiques mises en œuvre par les jeunes historien·ne·s.

Voir l’appel complet ici.

 

JE de jeunes chercheurs – Faire de l’histoire rurale des Etats-Unis aujourd’hui : problématiques et pistes de recherche, 26 janvier, Paris

Intitulé : Faire de l’histoire rurale des Etats-Unis aujourd’hui : problématiques et pistes de recherche
Lieu de la manifestation : EHESS – Centre d’Etudes Nord-Americaines, salle 12, 105 boulevard Raspail 75006 Paris,
Date(s) : 26 janvier 2018
Présentation : En 1995, dans sa belle synthèse, Born in the Country. A History of Rural America, David Danbom faisait le point sur le renouveau de l’histoire rurale grâce aux apports de l’histoire sociale. A partir de travaux de doctorant.e.s et d’enseignant-chercheur.e.s, cette journée propose de se pencher sur les chantiers en cours vingt ans après la parution de ce classique de l’histoire rurale.
Lien vers le programme complet : https://www.dropbox.com/s/hw1b2z2b84ngpgu/JE%20Histoire%20Rurale%20US%20%28avec%20visuel%29.pdf?dl=0

Journée d’études de jeunes chercheurs « L’atelier de l’historien.ne de l’éducation: expériences, pratiques, épistémologies » – 10 février, Paris

La première journée nationale d’études des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation autour du thème « L’atelier de l’historien.ne de l’éducation: expériences, pratiques, épistémologies » aura lieu le 10 février 2018 à Paris V (la salle sera précisée ultérieurement). Soutenue par l’Association Transdisciplinaire de Recherches en Histoire de l’Education (ATRHE), cette journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle se veut ouverte à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheur.e.s abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.

Continue reading

Appel à manifestation d’intérêts – création d’un labo junior sur l’obéissance et de la transgression dans l’Antiquité et notamment sur le rapport à la norme

Un groupe de jeunes chercheurs de l’ENS de Lyon est en train de monter  un projet de laboratoire Junior. Il s’agit d’une structure assez légère permettant d’obtenir un financement pour organiser quelques journées d’étude et un colloque. Nous souhaitons travailler sur les thématiques de « l’obéissance et de la transgression dans l’Antiquité et notamment sur le rapport à la norme ». Le sujet est en cours d’élaboration et nous recrutons volontiers des historiens et historiennes qui seraient intéressés par le sujet.

Pour être membre du laboratoire junior il faut avoir moins de 30 ans et ne pas appartenir au corps des enseignants-chercheurs ni à un organisme de recherche. (Il existe un statut de membre associé pour les personnes intéressées qui ne répondraient pas à ces critères mais il est peu utilisé).

Si quelqu’un manifeste l’envie d’en savoir plus, il/elle peut contacter Marie Durnerin à marie.durnerin [at] ens-lyon.fr.

Appel à communication : Popularité, réputation, renommée. Visages de la notoriété médiévale

Lieu : Maison de la Recherche de la Sorbonne

Date : 19 janvier, 16 février ou 16 mars 2018 (séances du séminaire Questes)

Date limite de réponse à l’appel : 10 décembre 2017

La popularité, devenue l’horizon de toute action gouvernementale dans les démocraties contemporaines, est un concept a priori peu opérant pour le monde médiéval. A l’inverse, si de nos jours la bonne réputation n’est plus une condition nécessaire pour exercer un travail, elle joue un rôle crucial dans la construction du pacte social au Moyen Âge. Ce n’est qu’avec elle que peut se construire une renommée, cette dignité oubliée jugée alors aussi belle que fragile, comparée à une fleur de lys par Christine de Pizan. Après un séminaire consacré aux insultes et injures, les séances consacrées à la popularité, la réputation et la renommée ont vocation à explorer ces termes dans un sens positif.

Consulter l’appel complet