Actualités de l’AJCH

Chères et chers collègues,Vous trouverez ci-dessous le programme de notre deuxième édition des « Actualités de l’AJCH », qui se dérouleront de novembre 2021 à mai 2022. Ces Actualités sont l’occasion d’entendre la présentation des recherches de nos collègues jeunes chercheurs.
Pendant 1 heure, un intervenant ou une intervenante viendra exposer les résultats de ses travaux, et converser avec le public à propos  d’une de ses publications récentes. Nous entendons ainsi diffuser les travaux de nos collègues, et encourager les moments de rencontre et de synergie parmi les jeunes chercheurs.
Les interventions auront lieu en format virtuel, par Zoom.
Pour vous inscrire à une, plusieurs, ou l’ensemble des conférences en ligne, ils vous suffit de nous le signaler à l’adresse actualitesajch@gmail.com et le lien Zoom vous sera envoyé la veille de l’intervention.Au plaisir de vous y retrouver, Le Bureau de l’AJCH

Mardi 23 novembre 2021, 18h30 :
Juliette Deloye (docteure, Arche, Université Paul-Valéry – Montpellier 3)
Thèse « (Ré)écritures d’un ministère : les Affaires étrangères de la monarchie d’Ancien Régime à la Restauration » (soutenue en 2020)

Mardi 14 décembre 2021, 18h30 :
Ariane Viktoria Fichtl (docteure, IRHiS, Université de Lille)
La Radicalisation de l’idéal républicain. Modèles antiques et la Révolution française, Paris, Classiques Garnier, 2021

Lundi 31 janvier 2022, 18h30 :
Damien Accoulon, Julia Ribeiro Thomaz et Aude-Marie Lalanne Berdouticq
(doctorants et docteure, CRH, Université Paris Nanterre)
Des sources pour une plus Grande Guerre, Ploemeur, Éditions Codex, 2021

Mercredi 9 février 2022, 18h30 :
Zheira Kasdi (docteure, ANHIMA, Université Paris Nanterre)
« Remarques sur quelques gouverneurs de Maurétanie césarienne de la période sévérienne », MEFRA, 133-1 (2021), p. 249-263

Mercredi 23 mars 2022, 18h30 :
Vincent Bollenot (doctorant, Sirice, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Surveiller les mobilisations, se mobiliser sous surveillance. Articuler histoire du renseignement et histoire des mobilisations en situation impériale », Genèses, 120-3, (2020), p. 112-130

Mercredi 13 avril 2022, 18h30
David Fiasson (docteur, IRHiS/HERITAGES, Université de Lille/Cergy Université Paris)
Ouvrage à paraître « Abbaye, ville et forteresse : le Mont Saint-Michel dans la guerre de Cent Ans »

Mardi 10 mai 2022, 18h30
Marjolaine Lémeillat (docteure, CREHC, Université Paris-Est)
Les gens de savoir en Bretagne à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe
-XVes.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2022

QUE RESTE-T-IL DE L’HISTOIRE RELIGIEUSE ? Bilan et perspectives pour l’historiographie de la religion à l’époque moderne Colloque 6-7 mai 2022 – Sorbonne Université

Depuis la célèbre “question mal posée” de Lucien Febvre en 1929, jusqu’aux 14 tomes de l’Histoire du christianisme des origines à nos jours publiée chez Desclée entre 1992 et 2001, l’histoire religieuse s’était imposée comme une des disciplines reines de l’historiographie française, de l’Antiquité au XXe siècle. Elle avait su dépasser l’histoire ecclésiastique du XIXe siècle, en faisant du fait religieux un objet scientifique et déconfessionnalisé. Elle accompagnait, sur le plan intellectuel, l’entrée de l’Église catholique dans ce qu’il est convenu d’appeler la modernité. Par ailleurs, le maintien d’une réelle culture religieuse dans la majorité de la population française garantissait l’existence d’un “grand public cultivé” intéressé à ces recherches.

En notre XXIe siècle, qu’on qualifie parfois d’époque de la “sainte ignorance” (O. Roy), il est incontestable que l’histoire religieuse a perdu de sa centralité. On étudie de moins en moins la vie religieuse pour elle-même. Pourtant, l’objet religieux résiste, et les modernistes le rencontrent plus que jamais de manière au moins périphérique dans leurs recherches. Plutôt qu’effacement, il y a fragmentation, reconfiguration, et déplacement de la question religieuse dans l’écriture de l’histoire.

Lointain prolongement de l’école des Annales, l’histoire culturelle et des représentations, bien qu’elle approche des problèmes d’abord profanes, en revient souvent à l’omniprésence du référent religieux dans les manières de penser et de sentir de l’époque moderne. L’histoire transnationale voit également la question réapparaître sans cesse, qu’elle se penche sur l’échange de biens matériels ou le transfert de représentations culturelles. L’histoire matérielle redécouvre l’importance et la quotidienneté de l’objet religieux. L’histoire du genre interroge à nouveaux frais les conceptions et les pratiques religieuses. Celles-ci sont aussi retrouvées par l’histoire politique comme des affaires sérieuses. Au-delà de la discipline historique, l’anthropologie, la sociologie mais aussi les sciences cognitives reprennent le dossier en dialoguant avec les travaux des historiens. La recherche étrangère n’est pas en reste, comme en témoigne la vogue dans l’historiographie anglophone du concept de lived religion, traduction de notre bonne vieille “religion vécue”. Enfin, auprès du grand public, auquel on avait prophétisé son effacement, le fait religieux jouit d’un intérêt nouveau, alimenté par les débats qui traversent notre société. Dans cette double dynamique de déprise et à la fois de rémanence, l’histoire de la (ou des) religion(s) est amenée à se réinventer.

Que reste-t-il donc de l’histoire religieuse ? Qu’est-ce qui passe, qu’est-ce qui se maintient, qu’est-ce qui naît ? Quelles sont les nouvelles manières pour l’historien, dans le contexte et selon les méthodes qui sont les siens, de rencontrer et d’écrire l’histoire du fait religieux ? Lesquels de ses vieux fantômes a-t-on exorcisés, et sous quels nouveaux habits se présente-t-il ? Telles sont les questions auxquelles le présent colloque se propose de répondre, en rassemblant les contributions de chercheurs d’horizons variés, qu’ils soient spécialisés en histoire religieuse ou qu’ils rencontrent le fait religieux de l’époque moderne en l’approchant de biais. Les perspectives transdisciplinaires sont les bienvenues, tout comme les communications de la part de jeunes chercheuses et chercheurs. Les échanges auront lieu à la Sorbonne, les 6 et 7 mai 2022, en Salle des Actes. Les communications pourront par exemple s’insérer dans l’un des axes transversaux suivants, non contraignants et non exclusifs :

– Fait religieux, pouvoirs et légitimation

– Matérialités du religieux 

– Espaces et échelles du religieux

– Le religieux et les sciences sociales

– Savoirs du religieux

Les propositions de communications sont à envoyer jusqu’au 15 janvier 2022 au format de 4000 signes maximum, espaces compris, à l’adresse suivante : histoirereligieuse2022@gmail.com

Le programme du colloque sera diffusé au mois de février 2022. Les communications retenues pourront faire l’objet d’une publication. 

Comité scientifique : Marion Deschamp (Université de Lorraine), Marie Lezowski (Université d’Angers), Nicolas Richard (Sorbonne Université), Benoît Schmitz (Lycée Fustel de Coulanges, classes préparatoires), Jean Sénié (Université de Tours), Hélène Vu Thanh (Université Bretagne-Sud)

Comité de parrainage : Charlotte de Castelnau-L’Estoile (Université de Paris), Olivier Chaline (Sorbonne Université), Stefano Simiz (Université de Lorraine), Alain Tallon (Sorbonne Université)

Organisation : Ladislas Latoch (Sorbonne Université), Emmanuel Phatthanasinh (Université de Lorraine), Jean-Benoît Poulle (Sorbonne Université), Pierre Salvadori (Sorbonne Université)

Appel à contributions: La physique Revue « Mosaïque», n° 18

Date limite d’envoi des propositions: 1er octobre 2021

Pour ce dix-huitième numéro de la Revue Mosaïque, nous souhaiterions regrouper les réflexions de jeunes chercheurs en sciences humaines autour de la nature, des objets et de l’histoire de la physique en général, et des théories physiques en particulier. Il sera alors apprécié toutes contributions s’interrogeant sur leurs méthodes (raisonnements, observations, expérimentations, hypothèses contrefactuelles, etc.), leurs paradigmes représentationnels, leurs constructions et leurs évolutions (s’agit-il de « révolutions » ou bien de réformes dans un temps long ? quid des errements, des tâtonnements et des impasses théoriques ?), leurs institutionnalisations et leurs modes d’expression (revues scientifiques, sociétés savantes, universités, instituts scientifiques etc.).

Plus d’informations ici

AAC « De mal en peine : méthodes et outils d’estimation de la douleur »

Colloque du projet junior DESDEMONE.

Lieu : Lyon.

Date : 10 et 11 février 2022.

Date limite de l’appel à communication : 1er août 2021.

Les échelles d’évaluation de la douleur sont mobilisées pour objectiver une sensation subjective qui réclame une compréhension et une intervention extérieure, médicale ou non. Ces outils ont un usage pratique dans le cadre de la médecine, mais cette discipline n’est pas la seule qui a besoin d’estimer et de classifier les phénomènes douloureux. En effet, qu’il s’agisse en droit de catégoriser les douleurs subies à indemniser ou de réglementer les protocoles de recherche sur des sujets humains ou animaux, les échelles de douleur et leurs liens avec des échelles de valeur sont au cœur du débat social. Depuis plusieurs décennies, les sciences humaines et sociales se sont également intéressées au phénomène douloureux, à ses variations, à sa plasticité, ainsi qu’à ses contextualisations sociales et culturelles. Or l’étude de la variation suppose la création d’un cadre, d’outils et de méthodes particulières. C’est ce que ce colloque entend interroger.

L’appel complet est à lire ici.

6e journée d’études de l’AJCH le 3 juin en distanciel : « Les sources perdues, une fatalité pour l’historien ? »

La sixième journée d’études de l’AJCH aura lieu le 3 juin prochain, en visioconférence. Elle nous rassemblera autour du thème des « Sources perdues, une fatalité pour l’historien ? », abordé de manière transpériodique. Pour y participer, merci d’envoyer un mail à ajchsources2020@gmail.com et nous vous enverrons quelques jours avant le lien de connexion de la manifestation.

Programme

9h30-9h50 : Mot d’accueil et introduction de la journée.

Session I – L’apport d’outils documentaires conservés : décrypter le fonctionnement des institutions

9h50-10h10 : Albane Schrimpf-Patey (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le réseau documentaire cassinésien, un outil pour reconstitution de sources perdues »

10h10-10h30 : Agathe Couderc (doctorante, Sorbonne Université), « Un secret trop bien protégé ? Les archives du Chiffre et leurs silences »

10h30-10h50 : Discussions.

10h50-11h10 : Pause.

Session II – Le cumul des indices prosopographiques : cerner et reconstituer les groupes sociaux

11h10-11h30 : Marjolaine Lémeillat (docteure, Université de Tours/Université Paris-Est Créteil), « Comment reconstituer l’inexistant ? Tentatives de restitution des réseaux ecclésiastiques en Bretagne à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) »

11h30-11h50 : Daniel Cardoso (doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Reconstituer un groupe social sans en connaître les contours : les apports et les limites d’une prosopographie des nouveaux sénateurs durant l’Empire romain »

11h50-12h10 : Discussions.

12h10-14h00 : Déjeuner.

Session III – Des pertes irréparables ? Rendre compte d’un quotidien disparu

14h00-14h20 : Alexandre Ruelle (docteur, CY Cergy Paris Université), « Le quotidien des Savoyards en temps de guerre à l’époque moderne, une histoire impossible ? ».

14h20-14h40 : Olivier Kodjalbaye Banguiam (docteur, Université Paris Nanterre), « La reconstitution de l’histoire des objets issus de la colonisation, un exercice périlleux ».

14h40-15h00 : Discussions.

15h00-15h20 : Pause.

Session IV – Parvenir au sujet par des voies détournées : retracer l’histoire des structures politiques

15h20-15h40 : Quentin Gasteuil (doctorant, ENS Paris-Saclay / Sorbonne Université), « Comment écrire l’histoire des socialistes sans les archives de leur parti ? Le cas de la SFIO de l’entre-deux-guerres ».

15h40-16h00 : Bryan Muller (doctorant, Université de Lorraine), « Comment écrire l’histoire du « gaullisme d’ordre » ? L’exemple du SAC et des CDR ».

16h00-16h20 : Discussions.

16h20-16h35 : Conclusions.

    


Appel à communications: Contester des Balkans à l’Asie centrale (XIIIe-XXIe siècle)

Date: 12 novembre 2021

Lieu: Centre des colloques, Campus Condorcet

Date limite de réponse à l’appel: 15 juin 2021

L’objectif de la journée doctorale est de saisir la diversité que recouvre la notion de contestation en croisant les approches disciplinaires, les méthodes et les échelles d’analyse. Quelques pistes de réflexion sont présentées ci-dessous, mais elles ne sauraient être exhaustives afin de laisser la possibilité aux doctorants de présenter l’état de la recherche en train de se faire. Le thème de la journée se veut ainsi large et ouvert, avec pour seule restriction le cadre géographique et temporel : la région allant des Balkans à l’Asie centrale entre le XIIIe et le XXIe siècle.

Plus d’informations ici

Actualités de l’AJCH

Nous avons le plaisir de vous inviter à la première séance des Actualités de l’AJCH pour écouter Maria Goupil-Travert (doctorante, TEMPORA) présenter son ouvrage Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire (2021, Prix Mnémosyne 2019). Cette rencontre aura lieu sur zoom le mercredi 12 mai 2021 à 18h30.

Les rencontres virtuelles de l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire) sont l’occasion de découvrir l’ouvrage récemment paru d’un jeune chercheur ou d’une jeune chercheuse. D’une durée d’une heure, elles sont constituées d’un temps de présentation pendant une demi-heure puis d’un temps de discussion avec l’intervenant ou l’intervenante.

La deuxième séance aura lieu le mardi 15 juin 2021 à 18h30 pour la présentation du livre de Jean-Noël Allard (docteur, ANHIMA et PLH-Érasme) La cité du rire. Politique et dérision dans l’Athènes classique (2021).

Pour vous inscrire à l’une ou l’autre des présentations, il vous suffit d’envoyer un mail à l’adresse : actualitesajch@gmail.com Le lien zoom de la séance vous sera transmis la veille de l’intervention.

École d’été : Le livre médiéval au regard des méthodes quantitatives

Dates : 21-25 juin 2021

Date limite de réponse à l’appel : 02 avril 2021

Cette école d’été propose une formation à l’étude du livre médiéval, manuscrit ou imprimé, à travers l’utilisation de méthodes statistiques et informatiques, sous forme d’ateliers orientées vers la pratique.

Plus d’informations ici

École d’été : Edad Media: historia y ficción. Frailes, monjas, brujas y bibliotecas

Lieu : Palma de Majorque (Espagne)

Dates : 29 juin-1er juillet

Partiendo del 40 aniversario de una novela histórica de referencia (`El nombre de la rosa’, del semiólogo y filósofo Umberto Eco), el presente curso dibuja un abanico multidisciplinar, en torno a la pròpia narración y a algunas de las cuestiones esenciales que se deslizan en el relato: la vida monástica, la filosofía medieval, los espacios en que se refugió el saber y el latín como su lengua de transmisión, las diferencias económicas en el ámbito del clero o la represión de personas o colectivos disidentes, como los herejes, las brujas y los judíos. El ámbito balear proporciona un signo de distinción en la figura de Ramon Llull. La propuesta, que combina rigor y amenidad, nos permite asomarnos a personajes legendarios o literarios ligados a la misma temática. Hemos querido, además, integrar la mirada de género en el conjunto del programa y en una ponencia específica.

Plus d’informations ici

Formation : Cathédrales et monastères : art et mémoire épiscopale entre Moyen Âge et l’Époque Moderne

Lieu : Ávila (Espagne)

Dates : 09-11 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 1er juillet 2020

Ce séminaire d’été a pour but de réviser la promotion artistique de l’épiscopat entre la fin du Moyen Âge et le début de l’Époque Moderne, notamment au travers des actions des évêques ibères dans des cathédrales et les monastères où la dimension mémorielle de leurs œuvres est accentuée. Différentes études de cas – qui comprennent aussi d’autres domaines d’action, comme les fondations dédiées à l’enseignement – nous permettront de voir les particularités de chaque territoire et moment historique.

Plus d’informations ici