AAC: JE Jeunes Chercheurs « Panser et repenser l’œuvre : le concept de restauration »

Lieu de la manifestation : Université Littoral Côte d’Opale, Centre universitaire du Musée, Boulogne-sur-Mer
Date : 7 avril 2021
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2020

La restauration peut recouvrir de larges champs d’études selon les domaines abordés. Les dictionnaires usuels s’accordent pour ce terme sur la valeur de « réparation ». Néanmoins, l’étymologie du mot « restaurer » possède une ramification très riche de sens qui a pour tronc commun l’idée de « réparer », « raviver », « redonner son éclat ». Le terme est emprunté au latin impérial restaurare qui signifie « rebâtir, refaire » et en latin tardif « reprendre, renouveler ». Au Xe siècle, il possède le sens de « guérir une blessure, un organe malade » et celui de « rendre l’usage d’une partie du corps », voire de « redonner des forces à quelqu’un. ». Dès le XIIe siècle, il s’est employé plus spécialement en architecture dans le sens général de « remettre dans un état antérieur ». En ancien français, on rencontre encore ce mot dans les sens de « remplacer quelque chose », « compenser » ou « dédommager ».
Au XIXe siècle, Eugène Viollet-le-Duc apporte un nouvel éclairage à cette définition en modulant le concept de restauration : « Le mot et la chose sont modernes. Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ». Loin de limiter l’acte de restaurer à la simple réparation, Viollet-le-Duc imagine un état hypothétique de l’œuvre archétype à restituer en respectant le style d’une époque précise. Ce n’est pas tant l’idée d’obtenir la version originale d’une œuvre qui prime mais plutôt celle de retrouver un lustre d’authenticité.
Eu égard à la force sémantique de « restaurer », il serait intéressant d’interroger cette notion au regard des œuvres perdues. L’œuvre perdue est à entendre en tant qu’œuvre altérée ou ruinée, à savoir toute œuvre historique ou littéraire ayant subi les sévices du temps et/ou de l’homme.

Appel complet ici

AAC: Engagement et mobilisation internationale

Lieu de la manifestation : Campus Condorcet (Aubervilliers)
Date : 17 octobre 2020
Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2020

Programme de l’appel à communications de la prochaine journée d’études doctorales et jeunes chercheurs de l’UMR 8138 SIRICE (Sorbonne, identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) . Cette journée aura pour thème « Engagement et mobilisation internationale ». Elle aura lieu le 17 octobre prochain sur le Campus Condorcet (Aubervilliers).

Les doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s souhaitant proposer une contribution sont invités à envoyer une proposition n’excédant pas 500 mots au plus tard le 30 juin 2020 à l’adresse suivante : doctorants.sirice@gmail.com

Le programme de la journée est disponible à cette adresse.

Appel à contributions : British Archaeological Association Post-Graduate Conference

Lieu : Londres (ou réunion virtuelle, suivant une éventuelle évolution épidémique)

Date : 28 novembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 31 juillet 2020

The British Archaeological Association invites proposals by postgraduates and early career researchers in the field of medieval history of art, architecture, and archaeology.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Paléographie Musicale

Lieu : Strasbourg

Dates : 11-12 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 22 juin 2020

La majorité des musicologues s’accorde sur une apparition des premiers neumes à la première moitié du IXe siècle. Cependant, ce n’est à la fin du IXe siècle que des notations développées et codifiées semblent avoir été affectées à livres liturgiques entièrement notés. Ces notations musicales sont sans doute issues des grands centres intellectuels, et sont généralement perçues comme le début de l’histoire de la notation. Ces sources sont considérées à tort comme le début de l’histoire de la notation. L’aisance des copistes et les variétés des formes que prend l’écriture musicale à la fin du IXe siècle démontre qu’il s’agit en fait de l’aboutissement de près d’un siècle de mise-au-point dans les centres d’écriture. Vers 900, nous pouvons compter six types différents d’écriture musicale : aquitaine, bretonne, franque (ramifiée en différents sous-types), lotharingienne, nonantolienne, paléofranque (aussi ramifiée en différents sous-types). Dans ces grandes familles de notations, il existe près d’une vingtaine de dénominations communément utilisées par les chercheurs. La majorité des noms de notations musicales ont été données par les musicologues de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe. La recherche a cependant beaucoup avancé, notamment car nous connaissons, de nos jours, plusieurs sources qui n’ont pas été prises en compte par ces pionniers, nous permettant de reconsidérer la cartographie et les dénominations des types de notations. Déjà quelques récentes études remettent en cause des typologies et appellations.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Lexicographic Studies of Arts

Lieu : Dublin (Irlande)

Dates : 07-10 avril 2021

Date limite de réponse à l’appel : 15 juillet 2020

This panel aims to bring together coordinators of digital projects – completed or in progress – around the lexicon and the scientific edition of texts of artistic or technical literature, with researchers who have adopted this terminological approach to analyze in an innovative way well known or unpublished texts, related to the production, the practice of the arts and interpretative theories derived from practice and which marked the history of taste. The papers will aim to provoke discussions about the method, contributions and perspectives of the lexicographic approach in the artistic field, in an interdisciplinary logic, in order to federate language historians, digital humanities specialists and art historians.

Plus d’informations ici

École d’été : Edad Media: historia y ficción. Frailes, monjas, brujas y bibliotecas

Lieu : Palma de Majorque (Espagne)

Dates : 29 juin-1er juillet

Partiendo del 40 aniversario de una novela histórica de referencia (`El nombre de la rosa’, del semiólogo y filósofo Umberto Eco), el presente curso dibuja un abanico multidisciplinar, en torno a la pròpia narración y a algunas de las cuestiones esenciales que se deslizan en el relato: la vida monástica, la filosofía medieval, los espacios en que se refugió el saber y el latín como su lengua de transmisión, las diferencias económicas en el ámbito del clero o la represión de personas o colectivos disidentes, como los herejes, las brujas y los judíos. El ámbito balear proporciona un signo de distinción en la figura de Ramon Llull. La propuesta, que combina rigor y amenidad, nos permite asomarnos a personajes legendarios o literarios ligados a la misma temática. Hemos querido, además, integrar la mirada de género en el conjunto del programa y en una ponencia específica.

Plus d’informations ici

Formation : Cathédrales et monastères : art et mémoire épiscopale entre Moyen Âge et l’Époque Moderne

Lieu : Ávila (Espagne)

Dates : 09-11 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 1er juillet 2020

Ce séminaire d’été a pour but de réviser la promotion artistique de l’épiscopat entre la fin du Moyen Âge et le début de l’Époque Moderne, notamment au travers des actions des évêques ibères dans des cathédrales et les monastères où la dimension mémorielle de leurs œuvres est accentuée. Différentes études de cas – qui comprennent aussi d’autres domaines d’action, comme les fondations dédiées à l’enseignement – nous permettront de voir les particularités de chaque territoire et moment historique.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Monastic Identities and Boundaries in the Medieval West

Date limite de réponse à l’appel : 1er mars 2021

This Special Issue of Religions aims to expand the modern understanding of “medieval monasticism” by looking at the flexibility of medieval representations of the monastic life. Beginning in late antiquity and continuing throughout the medieval period, monastic identities were subject to continuous definition and redefinition. This took place for individuals, for whole communities, and at the level of entire movements, congregations, and orders. The results can be found in identity accounts that were embedded in narrative texts, rules, iconographic representations, clothing, arrangements of space, and a wide range of other forms. These accounts of self deserve attention, and scholars are invited to consider them with respect to the following four areas. One is that of an author’s, artist’s, designer’s, builder’s, etc. perception and representation of the distinctive nature of his or her particular strand of monastic life. The second is the relationship of these identity accounts to the specific ideological, cultural, socio-economic, and institutional contexts in which they were created. The third area is the impact of identity accounts and practices on subsequent perceptions within a particular community, congregation, or order. And finally, there is the question of how these narratives helped establish clear conceptual or practice-based boundaries with other forms of monastic life and with the “secular world” in general. For this Special Issue, prospective authors are invited to submit studies on any of the four themes above, with particular attention to how their findings relate to (and possibly correct) the modern understanding of monastic identities and boundaries. The ultimate aim is to help with developing a more flexible, dynamic, and less-unified understanding of medieval monasticism as a spiritual, social, and institutional phenomenon.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : Les inscriptions spatiales de la réglementation des métiers

Lieu : Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Dates : 10-12 juin 2021

Date limite de réponse à l’appel : 02 novembre 2020

À la suite des trois rencontres de 2017, 2018 et 2019, l’enquête sur « Les formes de réglementation des métiers dans l’Europe médiévale et moderne » se poursuit pour un quatrième et dernier colloque international sur la dimension spatiale des normes professionnelles. Si l’Europe au sens large a été choisie comme point de départ, des contributions pourront envisager l’apport d’autres aires culturelles ou d’expériences coloniales… Pour rappel, la réglementation est envisagée ici comme processus, depuis l’élaboration de règles jusqu’à leur mise en application, sans se limiter aux formes écrites et stabilisées des statuts, ni aux organisations de type corporatif : les ordonnances princières ou municipales, la jurisprudence ou les coutumes non-écrites peuvent faire partie de cet encadrement normatif des professions, de même que des groupements non institués peuvent se régler à travers la fabrication ou l’écoulement de tel ou tel produit.

Plus d’informations ici

Appel à contributions : L’alcool dans les mondes musulmans : histoire, lieux, pratiques et politiques (XVe-XXIe siècle)

« Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée »

Date limite de réponse à l’appel : 1er septembre 2020

Souvent perçu dans cette région, pour reprendre le mot de Fernand Braudel, comme un « voyageur clandestin infatigable », l’alcool fait régulièrement l’actualité dans les sociétés du nord de l’Afrique et du Moyen-Orient, sous la forme de vagues de prohibition, ou d’affaires d’empoisonnement au méthanol. Pour autant, la littérature scientifique sur le monde arabe et musulman s’est relativement peu penchée sur cet objet, comme si le préjugé faisant des musulmans des individus nécessairement abstinents avait freiné le processus de recherche sur la question. Un décalage flagrant existe entre la recherche sur les débuts et la période classique de l’islam, bien étudiés de ce point de vue, et les périodes plus récentes, depuis l’avènement des Ottomans et des Safavides en particulier. La recherche s’est attachée en particulier à la construction subjective, ressentie de l’alcool, présente aussi bien en littérature (et dans ce cas souvent comme un éloge du boire) que dans les disciplines juridiques où la norme réprouvant la consommation de boissons alcoolisées est l’objet d’un processus constitutif très progressif et jamais pleinement consensuel.

Plus d’informations ici