Appel à contributions : Moyen Âge et époque moderne : phénoménologie des représentations de l’altérité entre Orient et Occident

Lieu : Catane (Italie)

Dates : 21-22 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2019

L’approche puise ses prémisses méthodologiques dans les études interdisciplinaires et comparatives qui, par le biais de lectures croisées de textes rédigés en divers domaines, et par un regard plus large sur la modernité, montrent que la réflexion sur le passé et sur le rapport Moi/Autre (conçus dans les acceptions d’individu, communauté, espace, système culturel, code linguistique) sert de base de départ pour trouver des solutions aux problèmes du présent. L’ouverture de la recherche à des aspects importants de la modernité et à des thématiques liées aux rituels, religions, racismes, ethnicités et dynamiques du multiculturalisme, exige l’adoption d’une approche qui, tout en restant fidèle à la philologie, se caractérise par la reconsidération des ‘discours ‘ traditionnels jusqu’à présent produits, dans le domaine des sciences humaines et sociales, à la lumière de leurs significations culturelles.

Plus d’informations

Appel à contributions : Gender, Science and the ‘Natural’ World

Lieu : Université de Swansea (Royaume-Uni)

Dates : 06-08 janvier 2020

Date limite de réponse à l’appel : 31 juillet 2019

Two contrasting interpretations of human creation – the Aristotelian conception of the ‘natural’ default of life as male, and Hildegard of Bingen’s conception of life as a feminized process of natality and viriditatas (‘greening’) – subscribe in different ways to an ancient and medieval worldview that prioritises a God-given schematic order with the human at its centre. For Aristotle (d. 322 BCE), however, ‘Females are weaker and colder in their nature (than males) and we should look upon the female state as being as it were a deformity’ (On the Generation of Animals 4:3); whereas for Hildegard (d. 1179) the natural world presents as a dynamic, God-given revelation of natality in its greenness, unfolding and flourishing: ‘By the secret design of the Supernatural Creator . . . the infant in the maternal womb receives a spirit, and shows by the movements of its body that it lives, just as the earth opens and brings forth the flowers of its use when the dew falls on it’ (Scivias, I.iv). This conference will interrogate such gendered configurations of the ‘natural’ world in the medieval imaginary and the influence of scientific and medical ideas upon understandings of the universe.

Plus d’informations

Appel à contributions : Temps et coûts de la diplomatie urbaine. La diplomatie des villes dans les mondes latins, musulmans et byzantins (XIIe-XVIe s.)

Lieu : Trieste (Italie)

Dates : 10-11 décembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2019

L’essor des villes occidentales et leur organisation en communes, pourvues de regalia (Italie communale) ou de privilèges, de franchises (France, Flandres, Espagne, etc.), se sont fondés sur une panoplie de techniques, d’outils et de pratiques de gouvernement qui ont transformé les organismes urbains en laboratoires politiques. Quelles raisons, quels objectifs et même quelle légitimité ces villes eurent-elles à déployer une action diplomatique qui peut paraître comme un secteur essentiel, sinon réservé de la souveraineté ? Les réponses sont à ce jour à découvrir. Autour du bassin méditerranéen, d’autres cultures religieuses, politiques, économiques se sont développées au cours des XIIe-XVIe siècles dans et autour de villes qui ont cultivé avec les pouvoirs des relations diverses. Leurs développements sociaux et économiques présentent néanmoins d’évidentes convergences avec l’évolution des villes européennes. Pour mesurer les singularités du fait diplomatique urbain en tous ces espaces, ce programme pluriannuel adopte de ce fait une démarche comparatiste et dépasse les trop strictes frontières du Moyen Âge pour englober la première modernité, classiquement définie en Europe comme celle d’un nouveau paradigme diplomatique marqué par la naissance des ambassades permanentes.

Plus d’informations

AAC: Blasphemy and Violence. Interdependencies since 1760

Lieu: Ghent

Dates: 5-6 mars 2020

Date limite de réponse à l’appel: 1er août 2019

Blasphemy and Violence. Interdependencies since 1760 offers a much-needed analysis of a subject that historians have largely discarded, yet holds great relevance for contemporary society. Drawing on a variety of chronological and geographical contexts, both conference and volume probe the phenomenon of blasphemy and its potential link to violence from three angles. Firstly, they investigate acts of blasphemy that lead to forms of violence, e.g. when believers physically attack (alleged) blasphemers. Secondly, they examine situations of general societal upheaval in which offences against the sacred are one aspect of a much broader culture of violence. Thirdly, they analyse situations in which believers both internalise and actively describe the hurt stemming from the impact of blasphemy as a species of experiencing violence.

Appel complet ici

Appel à contributions : Naturalisation et légitimation des pouvoirs (1300-1800). Entreprise d’histoire comparée

Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2019

Pour être domination, le pouvoir doit faire la preuve de sa légitimité. Or la meilleure légitimation est de signifier à tous son évidence. Les différents travaux relatifs aux mécanismes du pouvoir montrent tous, à des degrés plus ou moins divers, la nécessaire participation des dominés. Ils acceptent, jusqu’à un certain point, la domination, voire concourent à la conservation/reproduction de cette dernière. Quels sont les mécanismes permettant qu’une telle situation advienne ? En effet, dans la pratique, la manipulation par les dominants et l’adhésion des dominés relèvent de processus difficiles à dévoiler, tant elles reposent sur une part de psychologique et de symbolique, et, par conséquent, sur de l’insondable.

Plus d’informations

Appel à contributions : Traduire la chanson (XVe –XXIe siècles)

Lieu : Grenoble

Dates : 05-06 décembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2019

Cette seconde édition de « poésique » (poésie mise en musique) sera consacrée à la question de la traduction et des transferts culturels. Tout comme lors de l’édition précédente de Poésique 18, intitulé« Chanter les poètes »,ce second colloque international, à vocation pluridisciplinaire et transnationale, sera l’occasion d’un dialogue entre différentes approches (littéraire, musicologique, traductologique, historique, sociologique, philosophique, artistique), différentes périodes — Moyen Age, Renaissance, époque moderne, époque contemporaine— et différentes aires géographique (Europe, Afrique, Amérique, Asie). Ainsi, les chercheurs réunis à Grenoble s’interrogeront sur les questions suivantes : Comment à travers les époques, les chansons (poèmes destinés à être chantés) sont–elles traduites ? A quoi obéit ce besoin de traduire ? Dans quel contexte historique et culturel s’exerce-t-il ? Comment les traductions circulent-elles ? Selon quelles modalités ? A quelles fins ? Comment les différentes langues traitent –elles la question des contraintes métriques et mélodiques ?

Plus d’informations

Appel à contributions : The Literature, Literary Culture and Historiography of the Middle Ages

Lieu : Paris

Dates : 04-07 novembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2019

The University of Bergen, the Bergen Medieval Research Cluster and the Norwegian University Centre in Paris are happy to welcome all PhD candidates to apply to an interdisciplinary PhD Workshop in Paris in 4-7 November 2019. The seminar will be held in English, and will feature a series of leading medieval scholars – including UiB’s professor Leidulf Melve and professor emeritus Sverre Bagge. The full lecture programme will be published in due course. In addition to the key note lectures from invited lecturers, the seminar will consist of presentations and discussions of the PhDs’ papers. The aim of the seminar is to highlight the role of the Middle Ages in French and Norwegian historical traditions, the changing role, methods, purposes and uses of the humanities, potential problems in reception research and historiographical analysis. While we hope that the workshop will serve to inspire theoretical reflection and to heighten the awareness of the general aspects of the participants’ own projects, the candidates’ papers should primarily be of specific (and specified) use in the PhD applicant’s own projects.

Plus d’informations

Appel à contributions : L’exil au Moyen Âge, entre tourment et plénitude

Lieu : Université catholique de l’Ouest (Angers)

Dates : 07-08 novembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 24 juin 2019

Ce colloque a pour objectif de définir les divers aspects du concept de l’exil au Moyen Âge – exil réel ou exil métaphorique – à travers les prismes du droit, de l’histoire, de la littérature, et de la linguistique. Ce colloque constituera une première approche paradigmatique d’un sujet assez peu exploré, tout du moins dans la sphère des études médiévales. Divers axes de recherche pourront être envisagés. Les propositions dans les domaines suivants (et/ou dans une perspective interdisciplinaire) seront les bienvenues : littérature française et anglaise, littérature comparée, narratologie, linguistique, traduction, études culturelles, histoire, religion, philosophie. Les communications proposées pourront être de nature théorique, descriptive ou empirique (essais, synthèses, études de cas, études comparées).

Plus d’informations

Appel à contributions : Impression et diffusion de la loi dans les Pays-Bas habsbourgeois, les Provinces Unies et la Principauté de Liège aux Temps Modernes (XVIe-XVIIIe siècle)

Lieu : Liège (Belgique)

Dates : 05-06 décembre 2019

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2019

La loi constitue aujourd’hui l’astre étincelant d’une galaxie normative complexe. La loi a une finalité – fournir des repères à une collectivité – tout en étant la manifestation d’une volonté durable. Si cette situation ne correspond pas entièrement à celle de la loi à l’époque moderne, on doit reconnaître que les juristes de cette période, Jean Bodin en tête, n’ont pas hésité à placer le pouvoir édictal en tête des attributs princiers. La loi est donc un instrument juridique au service du gouvernement d’un territoire donné, mais elle constitue également un moyen de communication entre gouvernants et gouvernés. Élaborer et publier de la loi constituent les deux faces d’une même pièce. La période moderne ouvrira d’ailleurs la voie à l’impression des actes législatifs et, partant, à une large dissémination des textes promulgués. Pour autant, on ne constate en aucun cas la disparation d’actes manuscrits. À côté de la loi, il faut encore reconnaître que les coutumes feront l’objet d’une attention renouvelée. En effet, les princes et souverains auront à cœur de s’assurer la mise par écrit de dispositions qui, par essence, relève du droit vécu et non prescrit. Par leur homologation, les coutumes ont accédé au statut de dispositions législatives et sont venues s’adjoindre au corps des mesures promulguées au nom du souverain. À l’instar des lois, les autorités – centrales, provinciales ou locales – ont généralement recouru aux presses d’imprimeurs en vue d’imprimer les règles coutumières nouvellement mises par écrit.

Plus d’informations

Appel à contributions : Le médiévisme érudit en France de la Révolution au Second Empire

Lieu : Université de Lausanne (Suisse)

Dates : 24-25 avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 31 décembre 2019

Le « goût du Moyen Âge » développé par les écrivains et artistes de l’époque romantique est bien connu et a été surabondamment documenté ; en identifiant les manifestations d’une professionnalisation de la médiévistique, les recherches les plus récentes ont notamment permis de nuancer le statut d’un romantisme foncièrement littéraire qui ne serait qu’esthétique et culturel et qui s’attribuerait sans concession la redécouverte du Moyen Âge. De la place liminaire qu’il occupait dans l’histoire des « mentalités », il s’inscrit aujourd’hui plus volontiers dans le panorama de l’histoire de la discipline où il occupe une place charnière entre, d’un côté, un nouveau berceau du médiévisme représenté par les Lumières et les travaux d’érudits et d’académiciens comme La Curne de Sainte-Palaye, le comte de Caylus, Louis-Georges de Bréquigny, Étienne Barbazan, qui pratiquent une philologie encore largement tributaire de l’antiquaire, et, de l’autre, les débuts du médiévisme universitaire moderne porté par les Bartsch et les Foerster, les Gaston Paris et les Bédier.

Plus d’informations