Appel à contributions : Thematic issue: Bestiary. Medievalista Journal

Revue : MEDIEVALISTA Journal (Instituto de Estudos Medievais ; Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, NOVA Lisbon)

Date limite de réponse à l’appel : décembre 2019

In the Middle Ages, the world was conceived as a book of divine origin which needed to be read and decoded according to its Demiurge and Creator. This cosmological vision had great impact upon the development of a thinking that looked at nature as a set of divine symbols and manifestations. Properly framed by the clerics’ oratory, animals were symbols of a unique efficacy. The critical observation and a reading of the works produced be medieval authors requires, for contemporary scholars, study and knowledge of the animal symbologies then used, in order to provide a more complete and effective understanding of the texts and images that Middle Ages bequeathed to us.

Plus d’informations

Appel à contributions : L’infanticide de l’Antiquité au milieu du XIXe siècle (Europe, Amériques coloniales et postocoloniales)

Lieu : Université d’Artois (Arras)

Dates : 27-28 mai 2020

Date limite de réponse à l’appel : 20 octobre 2019

L’infanticide est le meurtre du nouveau-né ou du nourrisson perpétré dans la plupart des cas, mais pas seulement, par la mère. Il s’agira de faire le point sur un sujet peu étudié, dans une perspective historique (et non pas clinique ou pathologique) Les axes à envisager, sans pour autant être exhaustifs, sont : sources, archives et champs d’investigation ; les mythes, la littérature ; l’ambiguïté des gestes ; la notion ; verbaliser l’infanticide ; sociologie des acteurs de ce crime ; circonstances ; chronologie ; accuser l’autre d’infanticide ; rôle de la religion ; les lieux ; la législation ; l’héritage romain ; les traités des juristes ; prévenir et contrôler l’infanticide ; la question de la preuve ; punir et condamner.

Plus d’informations

Appel à contributions : L’église en construction : d’α à ω

Lieu : Domaine Universitaire (Pessac)

Date : 1er avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 22 décembre 2019

L’église apparaît aujourd’hui comme un témoin de l’histoire médiévale dans nos territoires. C’est un monument figé dans le passé, forgé par nos approches contemporaines, dont la seule pensée de le voir transformé et reconstruit avec des techniques actuelles provoque souvent un profond rejet. Ce phénomène de sacralisation du passé et du patrimoine, de sa conservation dans un état jugé ancien ou idéal, fait parfois oublier que ces édifices ont été et sont encore employés, fonctionnels et en mouvement. Une église est ainsi le résultat d’ambitions techniques, liturgiques et politiques, superposées au l des siècles.

Plus d’informations

AAC colloque Distances (XVe-XVIIIe siècles)

Lieu: Marseille

Dates: 11 et 12 juin 2020

Date limite de réponse à l’appel: 10 janvier 2020

Centre Norbert Elias/EHESS et Université La Sapienza

La dimension spatiale s’est retrouvée au cœur des débats historiographiques contemporains en histoire moderne, notamment par les jeux d’échelles ou par la notion d’aires culturelles. Cette approche a conduit à l’élaboration de projets de recherche interdisciplinaires en sciences humaines et sociales, qui ont associé les méthodes de la recherche historique avec celles de la géographie, de l’anthropologie et des études littéraires, dans des approches à la fois quantitatives et qualitatives. Par la micro-histoire, l’approche spatiale a placé au cœur de sa méthodologie l’analyse multi-scalaire, qui peut parfois paraître trop conceptuelle et sembler imposer des représentations spatiales contemporaines à l’objet étudié.

Dans cette perspective, la notion de distance se voit être un complément essentiel sur le plan méthodologique et théorique puisqu’elle permet d’interroger la réalité vécue des échelles. Que ce soit en termes de circulations, d’échanges ou encore de liens sociaux, les distances se pratiquent et s’éprouvent. Intervalles physiques ou symboliques, elles permettent donc d’aborder le rapport qu’entretiennent les hommes à leur espace. La représentation par les contemporains donne la possibilité d’associer histoire des émotions et histoire spatiale, en ouvrant la réflexion sur la dialectique du proche et du lointain, mais également histoire matérielle et histoire de l’éphémère par les questionnements sur les formes et les moyens de circulations et de parcours des distances.

Appel complet ici

Appel à contributions : Histoire de genre ? Genre, sciences humaines et populations au Moyen Âge

Lieu : Maison de la Recherche, Campus Universitaire Bordeaux Montaigne (Pessac)

Date : 13 février 2020

Date limite de réponse à l’appel : 30 novembre 2019

Les études de genre ont connu un développement tardif dans la recherche française, dont les premiers travaux datent de la fin des années 90. En comparaison, la discipline qui a été initiée aux États-Unis lors des premières manifestations pour les droits des femmes dans les années 70, est très développée au Royaume-Uni, en Allemagne, ou dans les pays scandinaves. Cependant, cette « exception française » prend progressivement fin et les travaux sur le genre en sciences humaines sont de plus en plus fréquents quelle que soit la discipline. Les rapports de genre sont en effet au fondement du corps social abordant alors aussi bien l’âge, la hiérarchie sociale, le sexe, etc. Les approches méthodologiques sont donc plurielles, et bénéficient d’un travail comparatif grâce à l’apport des différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

Plus d’informations

Appel à contributions : L’anachronisme à la Renaissance

Lieu : Sorbonne Université (Paris)

Date : 28 avril 2020

Date limite de réponse à l’appel : 21 octobre 2019

L’anachronisme se définit comme un écart temporel : un événement est antidaté, placé plus tôt qu’il n’a eu lieu. L’anachronisme renvoie donc à un décalage perçu entre le temps de l’énonciation et les réalités qui sont décrites dans les textes. Si cette notion a bénéficié de solides travaux en particulier en histoire ou en histoire de l’art, il nous semble pertinent de chercher son application dans le champ de la littérature du XVIe siècle, même si le terme n’apparaît qu’au XVIIe siècle.

Plus d’informations

Appel à contributions : Assessing Social Mobility in Western European towns (13-18th Centuries)

Lieu : Anvers (Belgique)

Dates : 02-05 septembre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 04 octobre 2019

Social mobility has traditionally been associated with Medieval and Early Modern urban centers. Plenty of studies show that towns became a fertile ground for upward mobility, but not few people also experienced a social decline. In order to engage in debates about increasing inequalities and stalled social mobility, it is necessary to refine methodological tools and to undertake new approaches.

Plus d’informations

Appel à contributions : Anabases. L’Antiquité après l’Antiquité : un héritage en partage

Lieu : Université Toulouse Jean Jaurès

Dates : 7-9 octobre 2020

Date limite de réponse à l’appel : 31 décembre 2019

L’Antiquité, classique ou non, ne disparaît pas avec ce que l’on a coutume d’appeler « la fin du monde antique ». La Grèce et Rome, mais aussi, désormais, en raison de nombreux progrès dans la connaissance historique, la Mésopotamie, l’Égypte, l’Étrurie… constituent pour longtemps encore un legs culturel, politique et esthétique identifiable, fécond. En effet, nous Modernes continuons de le « recevoir », de le mettre en débat, de le repenser ou reformuler sur nos places publiques ou nos écrans, dans nos livres ou notre langue. Nous questionnons et nous représentons ce passé, dans un va-et-vient entre mise à distance et appropriation, et nous analysons ces mémoires diverses à partir d’une question simple qui est au cœur du présent colloque : qu’advient-il de l’Antiquité après l’Antiquité ?

Plus d’informations

Appel à contributions : La fabrique du clerc. Formation, vocation, profession dans les christianismes circa 1300 – circa 1800

Lieu : Nancy

Dates : 11-12 juin 2020

Date limite de réponse à l’appel : 21 octobre 2019

Avant même les enjeux soulevés par la crise des vocations au sein des clergés chrétiens (et en particulier catholique), la multiplication des « entrepreneurs » ou « virtuoses » religieux de mouvance pentecôtiste échappant bien souvent à toute règlementation professionnelle, ou la question de l’institutionnalisation de l’islam de France ; avant, surtout, que ne se fasse sentir le long, sinueux (et parfois réversible) processus de sécularisation, les institutions ecclésiales et communautés religieuses n’ont eu de cesse de réfléchir à la question de la formation de leurs clercs, sous ses deux principales formes, l’initiale et la continue.

Plus d’informations

Appel à contributions : Journée d’étude « jeunes chercheurs » : L’argument d’autorité : Un aspect de la réception des Anciens à la Renaissance

Lieu : Tours

Dates : 05 mars 2020

Date limite de réponse à l’appel : 10 septembre 2019

L’un des aspects les plus féconds de la réception des auteurs antiques à la Renaissance réside, sans nul doute, dans le rôle joué par l’appel aux Anciens – qu’il s’agisse des auteurs que l’on a pris l’habitude d’appeler « classiques » ou de ceux que l’on désigne comme « tardifs » – dans les débats qui agitent toute la période considérée dans tous les domaines de la vie littéraire, philosophique, scientifique et religieuse. Par bien des côtés, la Renaissance constitue ce qu’on pourrait appeler un « âge d’or » de l’argument d’autorité et de l’argument d’antiquité. La journée d’étude se propose d’examiner, dans des champs aussi variés que les controverses théologiques entre chrétiens d’Orient et d’Occident, ou catholiques et protestants, les controverses médicales ou astronomiques, les disputes poétiques ou philosophiques – comme les Comparaisons entre Aristote et Platon – les modalités du recours à l’opinion des Anciens, ainsi que les procédés d’appropriation du témoignage par les auteurs de la Renaissance. On portera une attention toute particulière aux procédés d’extraction et de décontextualisation de la citation, de reformulation du texte jusqu’à la manipulation, d’accumulation sérieuse ou détournée à des fins parodiques, mais aussi à la mobilité du témoignage ancien, qui, dans sa lettre, ne parvient pas à tous sous une même forme dans les manuscrits et produit, non pas seulement par un fait d’interprétation, mais par un fait de transmission, du dissensus entre les érudits qui croient se référer à un texte unique.

Plus d’informations