Appel à communication : « Vivre sous l’Occupation : collaboration, illégalité, Résistance en Zone interdite et en Belgique (1940-1944) »

Lieu de la manifestation : Espace Culturel de Bondues
Date : 27/01/2018
Date limite de réponse à l’appel : 20/06/2017

Le samedi 27 Janvier 2018, l’IRHiS–UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS) et le Musée de la Résistance de Bondues, en collaboration avec le CÉGÉSOMA de Bruxelles, organisent leur journée d’études autour de la problématique « Vivre sous l’Occupation : collaboration, illégalité, Résistance en Zone interdite et en Belgique (1940-1944) ». En exploitant des références dans le champ de la vie quotidienne, – contraintes de l’occupation militaire, bombardements, ravitaillement, déplacements, vie personnelle, etc… – cette journée mettra en valeur les comportements individuels ou collectifs tout en privilégiant les « dissidences » qui conduisent à entrer dans l’illégalité devant la « loi allemande » comme devant celle des gouvernements en place. Fabrique de faux papiers, marché noir et ses ambiguïtés, contrebande, fraude, cambriolages et réquisitions résistants, refus du STO, avortements, les rôles des femmes, etc. sont quelques-unes des pistes qui pourraient être empruntées. La frontière pourrait offrir, également, un terrain d’observation intéressant. Enfin, il ne faudrait pas négliger les pratiques répressives conduites par les autorités en fonction.
Les communications prévues auront une durée de 25 minutes. Elles pourront donner lieu à discussion avec les auditeurs. Toutes seront publiées dans une collection spécifique avant d’être diffusées en ligne dans la collection HeLNO de l’IRHIS (http://hleno.revues.org/).
Pour participer à la journée, écrire à Christine Aubry (christine.aubry@univ-lille3.fr) et Robert Vandenbussche (vandenbussche.robert@wanadoo.fr ) en proposant un thème d’analyse avec une courte présentation.

Appel à candidature : Constitution du comité scientifique de la revue « Etudes culturomiques »

Date limite de réponse à l’appel : 30/09/2017

Un appel est lancé pour constituer le comité scientifique d’une nouvelle revue « Etudes culturomiques« . Cette nouvelle revue francophone sera en en ligne et son champ portera sur histoire et linguistique et alliera aussi le monde des « bigs datas ». Elle se fondera sur les postulats d’une nouvelle discipline, la culturomique. La culturomique est un néologisme qui cristallise une discipline nouvelle qui mêle les nouvelles technologies, l’histoire mais aussi particulièrement la lexicologie et ses occurrences  ( pour en savoir plus, voir ici).

Les profils recherchés sont ceux d’universitaires en histoire, en linguistique ou travaillant sur les outils numériques liés aux « bigs datas », et ayant un intérêt pour les autres disciplines. Les candidats à une participation au comité scientifique doivent envoyer un CV ainsi qu’une lettre de motivation  et/ou  un  exemple d’article qu’ils ont écrit sur le sujet ou un sujet proche.

Pour plus d’information sur ce projet de revue et contacter le coordonnateur, écrire à Eric Bailblé : eric.bailble@gmail.com

 

Appel à contributions : Rédacteurs pour le site Nonfiction.fr

Nonfiction fête cette année son 10e anniversaire. Avec environ 50 000 visiteurs uniques par mois et une bonne visibilité dans les médias, le site ambitionne de nourrir le débat public en mettant à la portée d’un public élargi l’actualité des publications en SHS. Il entend également valoriser le dialogue entre disciplines, et entre arts et sciences. Une partie des publications sont reprises en parallèle sur le site Slate. Association de loi 1901, Nonfiction couvre un large champ de disciplines, des sciences sociales à la littérature en passant par le droit, l’économie, les sciences politiques, la philosophie, les arts visuels, les arts vivants… Actuellement, Nonfiction recherche tout particulièrement des rédacteurs pour mieux couvrir l’actualité éditoriale en :
●    Economie
●    Sciences sociales
●    Histoire
●    Monde/Géographie

Si cette proposition vous intéresse, merci de faire parvenir un CV accompagné de quelques mots sur vos intérêts intellectuels du moment et sur les domaines que vous souhaiteriez couvrir à l’adresse suivante : redaction@nonfiction.fr.

Appel à communications : Les pratiques de l’exclusion

Lieu de la manifestation : Université Paris Nanterre
Date : 2 décembre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 12 juin 2017

Fondée récemment au sein de l’Université Paris-Nanterre, l’Association des Jeunes Chercheurs de Nanterre – E.D. 395 (AJCN 395) a pour projet de promouvoir l’interdisciplinarité, qualité spécifique de l’École doctorale 395 « Cultures, Milieux et Sociétés du Passé et du Présent », composée de neuf disciplines issues des Sciences Humaines et Sociales. Elle vise à valoriser les travaux de ses doctorants et jeunes chercheurs afin de développer les réflexions diachroniques et interdisciplinaires mais aussi croiser les méthodes de recherche. Forte d’une première année d’existence, l’AJCN 395 a l’honneur de convier les jeunes chercheuses et chercheurs en Sciences Sociales (doctorant-e-s et docteur-e-s ayant soutenu depuis moins de 2 ans) à sa première journée d’étude annuelle, qui aura lieu le 2 décembre 2017 autour du thème de l’exclusion. Nous nous intéresserons aux thématiques suivantes lors de cette journée :
1.Extériorité et frontières : la construction de l’exclusion.
2.Dispositifs d’exclusion et mise en place de la norme.
3. « Entrepreneurs de morale » et autorité légitime.
4. Mouvements de résistances.
5. Subir ou choisir l’exclusion : la rupture volontaire.

Pour en savoir plus, voir ici.

Appel à communications : L’Empire, figure(s) du pouvoir. Discours, représentations et usages

Lieu de la manifestation : Rennes – Faculté de droit et de science politique
Dates : 18 & 19 janvier 2018
Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2017

L’Empire, en tant que forme d’organisation de la politique et du politique, manifeste de façon éclatante un système d’institution, de régulation et d’expression du pouvoir. Pour séduisante qu’elle paraisse a priori, cette affirmation masque la complexité des phénomènes en jeu. De l’Imperium latin à l’impérialisme, le terme Empire et ses dérivés ont toujours été attachés à cette notion de pouvoir. Or, loin d’être un et monolithique, le pouvoir est pluriel et revêt une vaste multiplicité de formes et de sens. D’autre part, cette affirmation relève du discours qui, en tant que tel, est révélateur d’une représentation de ce que peut être l’Empire dans l’imaginaire collectif. L’Empire pose d’immenses difficultés à qui tente d’en déterminer une définition complète, stable et unanimement admise, à l’aide de critères fiables. Qu’il s’agisse de caractérisations, de comparaisons entre des exemples historiques ou bien de réflexions in abstracto, la raison de ces difficultés ne réside peut-être pas dans les réalités et les dynamiques impériales décrites mais dans leurs désignations elles-mêmes.

Pour consulter l’AAC complet, voir ici.

Appel à communications – La place de la controverse dans les études du politique

Lieu: Paris-Est
Date: 18-19 décembre 2017
Date limite de soumission: 13 juillet 2017

Nous proposons d’organiser notre colloque autour de deux axes :
1) Le premier axe privilégiera une dimension discursive et mobilisera plutôt des travaux de philosophie attachés à reconstituer les termes d’une délibération en contexte de crise, d’incertitude ou de confrontation à l’indécidable. Par exemple, l’accent pourra être mis sur les controverses relevant du domaine de l’éthique, et notamment de l’éthique médicale et/ou soignante, en privilégiant des analyses philosophiques de notions qui font problème de manière cruciale dans le monde du soin (par exemple la technoscience, la relation médecin-malade, l’organisation des soins et l’injonction managériale etc.) et des grands auteurs de philosophie morale contemporaine comme Hans Jonas, Paul Ricoeur ou Emmanuel Lévinas.
2) Le deuxième axe visera à opérer un travail de contextualisation des discussions théoriques dans une perspective à la fois sociologique et historique. Ainsi, en mobilisant des approches d’histoire et de sociologie des idées, il s’agira en particulier d’évaluer la place respective des acteurs (positions, valeurs, intérêts) et des idées (notamment à travers les croyances et les arguments). Ce faisant, on posera entre autres les questions suivantes : la déconstruction des situations de tension et de dispute propres aux controverses suppose-t-elle de dépasser les approches idéelles (et la réification par les idées qu’elles impliquent) en reconstruisant les contextes pratiques et les acteurs en lutte ? Quels rapports les prises de parole entretiennent-elles avec les prises de position et donc avec les positions d’acteurs concrets ?
L’enjeu de ce colloque consistera non pas à juxtaposer mais bien à articuler ces deux axes.

Plus précisément, on privilégiera autant que possible un pluralisme méthodologique en associant pour chaque objet de controverse une approche philosophique ou juridique et une approche de sciences sociales (science politique, sociologie, économie).

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications: Colloque « Genre et contraception : quelles (r)évolutions ? »

Lieu: Paris

Date: 18 et 19 décembre 2017

Date limite de soumission: 30 juin 2017

Colloque organisé à l’occasion des 50 ans de la loi Neuwirth,
par le laboratoire junior Contraception & Genre (Cité du Genre, USPC),
avec les soutiens de : la Cité du genre de l’USPC, l’Ined, l’Inserm-Cesp (U1018, équipe 7), l’IRIS,
SciencesPo, le Cermes3 (EHESS), Presage, l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, l’IPOPs.

Appel complet en suivant ce lien.

Appel à communication: “All That Glitters…” : Visual Representations of Dress in the Early Modern and the Boundaries of Reliability

Lieu: Berlin

Date: 14-15 septembre 2017

Date limite de l’appel: 30 mai 2017

Since few garments survive from the early modern period, especially pre-1700, reliance on depictions of early modern dress in art is unavoidable. Dress and textile representations in paintings, drawings, prints, costume books, album amicorum and sculptures form some of the main visual sources, which in addition to possibilities have various limitations with regards to reliability and interpretation. From fantasy draperies and studio props to true to life portrayals of the sitter’s real garments, the implications of what pictorial representations can offer to dress historians are innumerable and complex.

While in some cases depictions of dress and textiles can act as tools for interpretations of paintings, in others, such as some depictions of dress and fabric worn in the overseas colonies are merely akin to fantasy dress in art. Portrayals of the elite largely survive providing information about the dress worn by the upper echelons in society.
However, do such portrayals depict innovations in dress style and textile patterns accurately or do they merely portray a traditional form of dress that conforms to the specific genres of the various visual mediums ? Furthermore, such portrayals are scarce in regard to clothing worn by other classes of society and in many cases the context in which they were depicted may have affected the representation. The conference aims to generate a discussion about the extent to which visual sources can be reliable in providing an accurate representation and understanding of the changes and innovations in dress, textiles, fur, haberdashery and jewellery with regards to the context in which they are depicted and used.

Appel complet ici

Appel à communication: Charlemagne’s Ghost : Legacies, Leftovers, and Legends of the Carolingian Empire

Lieu: Cambridge

Date: 7 octobre 2017

Date limite appel à candidature: 1er juillet 2017

It is well known that the Frankish emperor Charlemagne (768-814) and his dynasty – the Carolingians – played an important role in the formation of Europe. Yet scholars still debate the long-term consequences of the collapse of the Carolingian empire in 888 and the diverse ways in which Charlemagne’s family shaped subsequent medieval civilization. This conference invites medievalists of all disciplines and specializations to investigate the legacies, leftovers, and legends of the Carolingian empire in the central and later Middle Ages. We welcome papers that consider a wide array of Carolingian legacies in the realms of kingship and political culture, literature and art, manuscripts and material artifacts, the Church and monasticism, as well as Europe’s relations with the wider world. We urge participants to reflect on the ways in which later medieval rulers, writers, artists, and communities remembered Charlemagne and the Frankish empire and adapted Carolingian inheritances to fit new circumstances. In short, this conference will explore the ways in which Charlemagne’s ghost haunted the medieval world.

Please send an abstract of 250 words and a CV to Eric Goldberg (egoldber chez mit.edu) via email attachment. On your abstract provide your name, institution, the title of your proposal, and email address.

Appel complet ici

Appel à communication: Symbolique, traditions et identités militaires. Colloque organisé par le Service historique de la Défense (SHD) et le réseau des historiens du SHD

Lieux : Château de Vincennes

Dates : 21 et 22 septembre 2017

Date limite de l’appel à communication: 30 mai 2017

Comme tout groupe professionnel, la société militaire cultive ses traditions et son patrimoine symbolique. Toutefois, ce trait relativement commun, possède, dans cet univers, des caractères très spécifiques et, surtout, particulièrement marqués. La symbolique et les traditions militaires ne servent pas uniquement à exprimer une appartenance à un groupe, car elles constituent, également, un accompagnement indispensable dans l’épreuve de la guerre. C’est pourquoi la symbolique et les traditions font l’objet d’une attention particulière, voire d’une véritable sacralisation, qui s’exprime, par exemple, dans les honneurs rendus au drapeau et à la mémoire des morts.

La symbolique et les traditions font ainsi l’objet d’une prise en charge institutionnelle, dont l’analyse pourra constituer un premier axe de réflexion de ce colloque. On pourra ainsi s’interroger sur la façon dont, dans le passé ou dans le temps présent, les patrimoines symboliques et historiques ont été constitués et gérés, dans différents environnements institutionnels et politiques. On se souvient, par exemple, que la Troisième République mena dans ce domaine une action particulièrement importante en systématisant la rédaction d’historiques régimentaires ou en attribuant à chaque régiment un nouveau drapeau, dont la dotation constitua le cœur de la première cérémonie de la fête nationale, le 14 juillet 1880.

Un rapide tour d’horizon des pratiques institutionnelles suffit à mesurer l’extrême diversité des symboles et des traditions cultivés au sein des armées. Un second axe de réflexion pourrait ainsi être consacré à l’exploration et à l’analyse de cette diversité. Les patrimoines symboliques et historiques se déclinent, en effet, à de multiples niveaux : les unités, les armes et subdivisions d’armes, les écoles, les spécialités, les grades, etc.  A défaut de présenter un inventaire exhaustif de ces multiples déclinaisons, ce colloque aura pour objectif de mettre en valeur la diversité des identités constitutives du fait militaire. En effet, les armées sont un assemblage de talents et d’identités. Comme l’expliquait La Fontaine, dans la fable Le lion s’en allant en guerre : « Le monarque prudent et sage / De ses moindres sujets sait tirer quelque usage, / Et connaît les divers talents. »

Mais au-delà de la diversité, se pose, bien sûr, la question de l’unité, c’est-à-dire du caractère commun qui les rassemble en dessinant les contours de la militarité. Comment cet assemblage contribue-t-il au façonnement d’une identité militaire, qui les regroupe et les transcende toutes ? La question se pose également à l’échelle des individus, qui se situent à la confluence de plusieurs appartenances. Les symboles et les traditions fabriquent ainsi un sentiment d’affiliation un esprit de corps et, par leur addition, elles contribuent à faire de chacun un personnage singulier. Une décoration n’est-elle pas une « distinction », qui marque la fidélité d’un individu à un ensemble de valeurs et de normes, tout en soulignant son irréductible singularité ? C’est ainsi que les « placards » de médailles racontent toujours une histoire singulière. C’est cette double logique que le sociologue Bernard Lahire qualifie de « distinction de soi », dans La culture des individus, marquant à la fois la force des logiques collectives et les stratégies individuelles de distinction.

Une sémiotique, propre au monde militaire depuis l’Antiquité, s’est finalement construite autour d’un puissant système symbolique. La diversité même des costumes ou des insignes, leur évolution et leur adaptation au cours de l’histoire, leur surprenante variété, méritent une analyse pluridisciplinaire, nécessaire pour mieux comprendre leur fonction dans la société militaire.

Le colloque pourrait ainsi s’organiser en trois demi-journées :

1-      La prise en charge institutionnelle

2-      La diversité des pratiques et des identités

3-      L’identité militaire

NB : ces problématiques pourront être traitées dans un  contexte français ou étranger.

Consignes : les propositions de communication (environ 2 000 signes) et une courte biographie sont à renvoyer à l’adresse : eric2.benard@intradef.gouv.fr pour le 30 mai 2017.