Appel à communications – Enregistrer les conflits. Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise (XIIIe-XVe siècle, Europe méridionale)

Lieu : Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme – UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS)
Date : 24 novembre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 25 septembre 2017

Les assemblées délibératives et conseils urbains médiévaux participent, à partir du XIIIe siècle, à la formidable expansion de la scripturalité de gouvernement. À partir de l’émergence des gouvernements populaires italiens, se systématise l’enregistrement des réunions. Que ce soit sous la forme d’instruments publics ou de registres tenus de façon continue, la mise par écrit de procédures essentiellement orales les formalise et leur donne une validité juridique. Une première journée d’études tenue l’an passé Aix-en-Provence a permis d’identifier les spécificités des registres de délibérations urbains méridionaux. La réflexion portera cette fois-ci sur les tensions et conflits traversant les assemblées délibératives. Pour cela, seront examinées des périodes-clés dans la gestation, l’évolution et la diversification des écritures urbaines.

Axe 1 : Crises, institutions et documentation délibérative
Axe 2 : L’assemblée urbaine, lieu d’expression et/ou de règlement des conflits politiques ?

Les propositions de communication devront parvenir sous format électronique à François Otchakovsky-Laurens et Laure Verdon (f.otchakovsky.laurens@gmail.com + laure.verdon@univ-amu.fr) avant le 25 septembre 2017. Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1000 caractères espaces compris maximum et mentionneront le lieu de rattachement institutionnel de leur auteur. Les propositions émanant de jeunes chercheurs doctorants et post-doctorants sont bienvenues. Après examen des propositions, le comité scientifique retiendra 6 communications ; une réponse personnalisée sera apportée pour chaque proposition avant le 2 octobre 2017.

Voir l’appel complet ici.

Appel à contribution – Revue Volumen. Voyager dans l’Antiquité / La corruption dans les civilisations de l’Antiquité

Revue : Volumen
Publication : t. 17/18 (2017)
Date limite de réponse à l’appel : 22 septembre 2017

Volumen est une revue de vulgarisation scientifique éditée depuis 2008 par l’asbl d’études antiques ROMA (Belgique). Publiée en français, au rythme d’une fois par an, la revue internationale souhaite favoriser la diffusion des travaux qui traitent de manière novatrice des civilisations antiques et de leurs rapports. Volumen s’adresse à un public diversifié, composé de spécialistes et de non spécialistes ; pour cela, les articles doivent être rédigés dans une langue à la fois précise et soignée mais accessible aux lecteurs non spécialisés.

Le prochain numéro de Volumen (n°17-18, 2017) sera consacré à deux thèmes :
– voyager dans l’Antiquité ;
– la corruption dans les civilisations antiques.

Une section « Varia » complètera ce numéro : il est donc possible de soumettre un article ne correspondant pas aux thèmes de l’année mais répondant aux objectifs de Volumen. Toutes les approches sont les bienvenues : historique, littéraire, linguistique, philosophique, juridique, etc.

Pour le numéro (2017) à paraître durant le premier trimestre de 2018, les articles doivent être remis au plus tard le 22 septembre 2017. Ils sont à envoyer à mahy.asblroma@yahoo.fr ou à asblroma@yahoo.be. Ils seront examinés par le comité de lecture de la revue, qui signalera les corrections éventuelles à l’auteur. Une nouvelle date de remise de l’article dans une version corrigée et définitive sera alors fixée en accord avec l’auteur.

Voir l’appel complet ici.

Appel à contribution – Métiers d’art itinérants. Artisans en migration (Europe XVIIe-XIXe siècle)

Revue : Diasporas : circulations, migrations histoire
Dossier : Métiers d’art itinérants
Publication : n°32, 2018/2
Date limite de réponse à l’appel : 18 septembre 2017

Il s’agit d’étudier, dans un contexte de migration, la nature des dynamiques sociales à l’œuvre avec l’arrivée de populations émigrées d’artisans des métiers d’art, en milieu urbain et/ou rural, du XVIIe au XIXe siècle. Si une partie du dossier portera sur la présence des Italiens en France, d’autres cas peuvent être abordés en Europe et pour diverses spécialités (peintre-décorateur, maître-verrier, stucateur, mosaïste, figuriste, etc.). Une approche par les réseaux et les transferts culturels est souhaitée. Envisager la question des circulations invite également à conduire une réflexion sur l’identification d’une « identité artistique » de ces artisans émigrés.

Date limite de réception des propositions d’articles (sous la forme d’un argumentaire synthétique d’une quinzaine de lignes, assorti d’une bibliographie) : 18 Septembre 2017. Date limite d’envoi des articles rédigés : 10 Janvier 2018. Tous les articles seront soumis au processus habituel d’évaluation de la revue (coordinatrices du dossier, comité de rédaction, expert extérieur de façon anonyme). Les normes formelles de la revue sont disponibles en ligne : https://diasporas.revues.org/210

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – La résilience des villes-portuaires européennes: crises et réinventions (XVIe-XXIe siècle)

Lieu : Dunkerque
Dates : 17-18 mai 2018
Date limite de réponse à l’appel : 15 décembre 2017

Les villes portuaires ont souvent été confrontées à des réinventions radicales qui témoignent de leur résilience, c’est-à-dire de leur capacité de résistance et de rebond après une crise grave. En première ligne face aux bouleversements de l’histoire que sont les guerres, les catastrophes naturelles, les révolutions politiques, les mutations technologiques et jusqu’à la globalisation contemporaine, ces villes ont connu des changements identitaires profonds. Les arsenaux et ports de guerre hier, les métropoles mondiales d’aujourd’hui en sont le témoignage. Le port est par conséquent un laboratoire où l’homme fait par la mer, pour la mer, contre la mer, et parfois sans la mer. Ce microcosme est un lieu de résonance de mutations plus globales.

Trois thématiques seront privilégiées:
– La ville-portuaire dans son environnement national et international.
– La morphologie paysagère et la société urbaine.
– La « crise en héritage ».

Consulter l’appel complet ici.

Appel à contributions – Revue Postcolonial Interventions

Revue : Postcolonial Interventions
Publication : Numéro de Janvier 2018
Date limite de réponse à l’appel : 8 octobre 2017

In her recently published book, Postcolonialism and Postsocialism in Fiction and Art: Resistance and Re-existence (Palgrave Macmillan, 2017) Madina Tlostanova proposes an intersection between postcolonialism and postsocialism by foregrounding how the subjects of the former Soviet Bloc, exposed to the vicissitudes of a neo-liberal capitalist world order, are experiencing a sense of pervasive socio-economic deprivation that is accompanied by racial and ethnic fundamentalisms, growing gender-inequalities and a certain invisibility in the dominant narratives of the global order where they continue to be subjected to derogatory stereotyping and systemic erasure – an experience that resembles that of many subjects in postcolonial states.

Vol. III, Issue 1 of Postcolonial Interventions invites scholarly papers that would investigate such possibilities and more in an effort to expand critical horizons while remaining open to the nuances of multi-spatial hermeneutics within a pluriversal critique.

Possible topics may include but are not limited to:

  • Neo-liberal capitalism and the postcolonial state
  • Subaltern resistances and negotiations
  • The legacy of 1917 – socialist possibilities in a post-Soviet era
  • Ethnocentric nationalism and religious fundamentalism
  • Revivalist patriarchies and resistance
  • Alternate modernities
  • Globalectics and utopian possibilities
  • Postcolonial cyberture

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – Un engagement en vers et contre tous : servir les révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Lieu : Clermont-Ferrand, Maison des Sciences de l’Homme
Date : 23 mars 2018
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2017

L’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique privilégiés en temps de combat. Et les vers ont occupé une place significative dans ces supports médiatiques. L’un des héritages les plus emblématiques des Révolutions n’est-il pas d’ailleurs La Marseillaise, initialement connu comme L’Hymne de guerre pour l’armée du Rhin ? La présente journée d’étude se propose d’interroger l’emploi et le réemploi de ces formes versifiées (poèmes, chansons, pièces de théâtre) comme source de l’engagement politique et comme enjeu de mémoire durant les différents évènements révolutionnaires en France de 1789 à 1848.

Si la place des poètes et des dramaturges dans cet « âge des révolutions » a déjà été analysée, on s’interrogera davantage, dans le cadre de cette journée d’étude, sur la mobilisation des mémoires révolutionnaires de 1789 à 1848 chez ces versificateurs, et sur les formes artistiques qu’ils privilégient au service de leur propre lutte politique (ici limitées à la poésie, au théâtre versifié parlé ou en musique, et aux chansons). On s’intéressera plus particulièrement aux problématiques suivantes :

  1. Les textes : contenu et idéologie, les genres et leurs évolutions, l’usage du vers et son évolution, les mouvements littéraires…
  2. Les auteurs : engagement politique, effets de générations, réseaux…
  3. Les conditions de production et de diffusion : dimension collective de la production et de la réception, commandes, moyens de diffusion (presse, almanachs, sociétés littéraires, lectures publiques, librairies), traductions, adaptations et rééditions…
  4. Les publics : profil, localisation, effets de génération…

Les propositions de communication de 3000 signes maximum doivent être envoyées avant le 15 septembre 2017 aux adresses suivantes : clare.siviter@uca.fr et jeremy.decot@hotmail.fr

Voir l’appel complet ici.

Appel à contribution – Prouver et raconter : généalogies et filiation au XVIIe siècle

Revue : XVIIe siècle
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2017

La science des généalogies, qui était encore en gestation à la fin du XVIe siècle, connut, on le sait, un formidable essor au siècle suivant, en raison des enquêtes lancées par la monarchie pour vérifier la noblesse des familles privilégiées. L’arbre généalogique, instrument qui disait et faisait voir le pouvoir, devenait de surcroît un mode de représentation et de justification de la noblesse. Accaparée par des professionnels, cette discipline d’une grande technicité n’a pas empêché l’essor de pratiques amateures, d’une littérature de plus en plus abondante, usant de procédés relativement peu élaborés, visant à perpétuer telle ou telle mémoire familiale. On assiste alors à une extension et à une diversification des pratiques généalogiques. Il s’agit principalement de rendre compte de cette extension et de cette diversification, du point de vue de l’histoire comme de la littérature.

Les propositions d’articles (500-700 mots), assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer aux trois coordinateurs du numéro :
Yohann Deguin (yohann.deguin@univ-lorraine.fr),
Anne-Elisabeth Spica (anne-elisabeth.spica@univ-lorraine.fr)
Jérôme Viret (jerome.viret@univ-lorraine.fr)
d’ici le 15 septembre 2017.

Consulter l’appel complet ici.

Appel à communications – Jeux et compétitions dans les sociétés médiévales

Lieu : Institut historique allemand (IHA) de Paris
Dates : 14-17 février 2018
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2017

L’objectif de ce colloque est de porter un nouveau regard sur l’aspect fondamental de l’étude des loisirs pour la connaissance des sociétés médiévales, sur leur caractère à la fois ludique, agonistique et social. Jeux et compétitions révèlent, en leur sein, des jeux de pouvoir, des stratégies de communication de même qu’elles donnent à voir une réalité des contacts entre les trois états traditionnels de la société et entre les sexes. Ils constituent également un moment privilégié pour la mise en scène de l’ordre social et des pratiques culturelles qui le structurent. Ces moyens d’expression sont dépendants des conjonctures sociales, sociétales et culturelles, notamment au vu de l’importance des enjeux en soulevés. Nous partons du principe que jeux et compétitions jouaient un rôle primordial dans la transmission et la fixation de l’ordre social dans chaque strate et pour chaque sexe de la société médiévale.

Ce colloque international souhaite ouvrir le débat sur l’ensemble de la période médiévale (V-XVe siècles) sans restriction thématique ni géographique. Afin d’orienter les débats, nous mettons ici une liste possible de thèmes qui pourraient être abordés :

  • Rapports jeux et sérieux
  • Jeux éducatifs, pédagogiques et didactiques
  • Jeux de pouvoir entre villes et cours
  • Jeux dans les contextes religieux et spirituels
  • Théâtre, loisir et divertissement
  • Jeux et échanges culturels
  • Jeux dangereux
  • Jeux de stratégie, jeux de conversation et énigmes
  • Règles, normes et pratique
  • Intégration, exclusion et sociabilité
  • Performance des jeux et compétitions
  • Satire, comique et subversion
  • Le genre dans la perspective des jeux et compétitions

Cet appel à communication est ouvert à des historiens / historiennes mais également des chercheurs / chercheuses issu(e)s d’autres disciplines associées à partir du doctorat ou bien engagé en début de post-doc et au-delà. Les langues de travail retenues sont l’allemand, le français, et, si nécessaire, l’anglais. Des connaissances de l’ensemble de ces trois langues sont les bienvenues et plus particulièrement de l’allemand et du français, même s’il ne s’agit pas d’une condition exclusive.

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Représentations et approches interdisciplinaires des fraternisations franco-allemandes dans les conflits contemporains (1813-1945)

Lieu : Université de Stuttgart
Date : 26-27 avril 2018
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2017

Le phénomène des fraternisations en temps de guerre englobe des réalités diverses traditionnellement divisées en deux champs de recherche : les fraternisations entre soldats ennemis au front et les fraternisations entre les combattants et la population civile à l’arrière. Ces dernières ont notamment été étudiées par le biais des fraternisations dans les zones occupées, comme par exemple les rapprochements entre des soldats allemands et des femmes françaises lors de l’Occupation allemande en France de 1940 à 1944. Alors que ces fraternisations de l’intérieur ont été au cœur de nombreuses recherches depuis les années 1980, celles du front ont, quant à elles, été quelque peu délaissées par le champ de la recherche historique.

Les propositions d’interventions peuvent donc s’insérer dans les axes de réflexion suivants :

  • Historiographie, mémoire et politique mémorielle
  • Médiatisation et représentations des fraternisations
  • Fraternisations dans les discours et les œuvres artistiques et littéraires
  • Encadrement et répression des fraternisations
  • Fraternisations au front
  • Fraternisations hommes – femmes (prisonniers de guerre, soldats occupants)

Les langues de travail seront l’allemand et le français. Les interventions ne devront pas dépasser 25 minutes.Prière d’envoyer votre proposition de contribution en français ou en allemand (max. 500 mots), ainsi qu’un bref CV
avant le 15 septembre 2017 à l’adresse suivante : fraternisierung2018@gmail.com
Les frais de voyage et d’hébergement des participants seront pris en charge par les organisateurs dans la limite des fonds disponibles.

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Résistances au féminin. Écriture de l’engagement aux XIXe et XXe siècles

Lieu : Paris, Université Paris 13
Date : mai 2018
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2018

Le colloque se propose donc de rechercher ces modes d’inscription de la résistance au féminin contre l’adversité ; cette inscription se vérifie le plus souvent à travers les textes personnels (autobiographies, journaux, mémoires, correspondances), mais aussi à travers les textes journalistiques et politiques qu’elles consacrent à leur engagement. Les héroïnes célèbres ou anonymes témoignent de leur résistance à toute forme d’oppression, politique, sociale, culturelle, sexuelle, et il est particulièrement intéressant d’examiner quelles modalités elles empruntent pour ce faire. Les communications auront pour intention aussi bien de rendre sensible à des exemples méconnus, qu’à décomposer les techniques narratives et ce qu’elles sous-entendent.
Notre ambition est d’organiser une seconde journée d’étude autour de la résistance au féminin dans la littérature et les arts : la création des écrivaines, peintres ou sculptrices, pourra faire l’objet d’un nouvel appel.
L’enjeu comparatiste de ce colloque sera privilégié, qu’il soit culturel ou générique, la diversité des champs disciplinaires sera encouragée.

Ainsi, les propositions de communications, d’une dizaine de lignes, et accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à transmettre à Sylvie Camet (sylvie.camet@univ-lorraine.fr) et Isabelle Mons (isabelle.mons@univ-paris13.fr) jusqu’au 15 septembre 2017. Le colloque sera organisé en mai 2018 à l’université Paris 13, et il devrait faire l’objet d’une publication.

Voir l’appel complet ici.