AAC: JE Jeunes Chercheurs « Panser et repenser l’œuvre : le concept de restauration »

Lieu de la manifestation : Université Littoral Côte d’Opale, Centre universitaire du Musée, Boulogne-sur-Mer
Date : 7 avril 2021
Date limite de réponse à l’appel : 15 septembre 2020

La restauration peut recouvrir de larges champs d’études selon les domaines abordés. Les dictionnaires usuels s’accordent pour ce terme sur la valeur de « réparation ». Néanmoins, l’étymologie du mot « restaurer » possède une ramification très riche de sens qui a pour tronc commun l’idée de « réparer », « raviver », « redonner son éclat ». Le terme est emprunté au latin impérial restaurare qui signifie « rebâtir, refaire » et en latin tardif « reprendre, renouveler ». Au Xe siècle, il possède le sens de « guérir une blessure, un organe malade » et celui de « rendre l’usage d’une partie du corps », voire de « redonner des forces à quelqu’un. ». Dès le XIIe siècle, il s’est employé plus spécialement en architecture dans le sens général de « remettre dans un état antérieur ». En ancien français, on rencontre encore ce mot dans les sens de « remplacer quelque chose », « compenser » ou « dédommager ».
Au XIXe siècle, Eugène Viollet-le-Duc apporte un nouvel éclairage à cette définition en modulant le concept de restauration : « Le mot et la chose sont modernes. Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ». Loin de limiter l’acte de restaurer à la simple réparation, Viollet-le-Duc imagine un état hypothétique de l’œuvre archétype à restituer en respectant le style d’une époque précise. Ce n’est pas tant l’idée d’obtenir la version originale d’une œuvre qui prime mais plutôt celle de retrouver un lustre d’authenticité.
Eu égard à la force sémantique de « restaurer », il serait intéressant d’interroger cette notion au regard des œuvres perdues. L’œuvre perdue est à entendre en tant qu’œuvre altérée ou ruinée, à savoir toute œuvre historique ou littéraire ayant subi les sévices du temps et/ou de l’homme.

Appel complet ici

AAC: Engagement et mobilisation internationale

Lieu de la manifestation : Campus Condorcet (Aubervilliers)
Date : 17 octobre 2020
Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2020

Programme de l’appel à communications de la prochaine journée d’études doctorales et jeunes chercheurs de l’UMR 8138 SIRICE (Sorbonne, identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) . Cette journée aura pour thème « Engagement et mobilisation internationale ». Elle aura lieu le 17 octobre prochain sur le Campus Condorcet (Aubervilliers).

Les doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s souhaitant proposer une contribution sont invités à envoyer une proposition n’excédant pas 500 mots au plus tard le 30 juin 2020 à l’adresse suivante : doctorants.sirice@gmail.com

Le programme de la journée est disponible à cette adresse.

Contrats doctoraux co-financés par la Région Hauts-de-France et l’Université de Lille

Date limite de réponse à l’appel: 19 mai 2020

Le doctorat sera financé pour moitié par la Région Hauts-de-France et pour moitié par l’Université de Lille pour une période de 3 ans (septembre 2020 – septembre 2023). Le doctorant s’inscrira auprès de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR 8529 [Univ. Lille, CNRS]) et de l’École doctorale SHS des Hauts-de-France.

Sujets proposés:

1. La propagande de guerre au-delà des frontières. Les activités des services de propagande allemande dans la Belgique et le Nord de la France occupés (1940-1944)

2. La caserne dans la ville, aspects sociaux et spatiaux (France du Nord – Picardie, de la fin du XVIIsiècle à 1872)

3. Compter les manifestants, histoire d’un combat des chiffres (1918-1968)

4. L’institut Pasteur de Lille : politiques et économies de la science aux origines de la biomédecine (1894-1939)

Plus d’informations ici

Appel à candidatures: 2 postes de doctorants LabEx COMOD

Le LabEx COMOD lance sa campagne de recrutement pour deux postes de doctorants, d’une durée de 36 mois (3 ans, de début septembre 2020 à fin août 2023).

Les candidatures doivent-être envoyées à l’adresse suivante : labex.comod@universite-lyon.fr
Merci de mettre anne.gisclon@ens-lyon.fr en copie de votre envoi.

Plus d’informations ici

Appel à candidatures: 2 postes de post-doctorants LabEx COMOD

Date limite de réponse à l’appel: 4 juin 2020

Le LabEx COMOD lance sa campagne de recrutement pour deux postes de post-doctorants, d’une durée de 12 mois, pour l’année universitaire 2020-2021 (début septembre 2020 à fin août 2021).
L’obtention de l’appel à candidature débouchera sur le versement d’un salaire de 2 500€ brut mensuel par mois.

Les candidatures doivent-être envoyées à l’adresse suivante : labex.comod@universite-lyon.fr
Merci de mettre anne.gisclon@ens-lyon.fr en copie de votre envoi.

Plus d’informations en suivant ce lien

Confinement – Ressources accessibles

Pour faire face au confinement, de nombreux sites, revues, éditeurs ont ouvert l’accès à leurs ressources.

Le site de l’EHESS a publié une sélection de ressources en libre accès, que vous pouvez retrouver en suivant ce lien.

D’autre part, une bibliothèque solidaire a été mis en place par des chercheur.e.s afin de partager des ouvrages, une page facebook est dédiée à cette bibliothèque: https://www.facebook.com/groups/bibliothequesolidaire/

Des membres du groupe ont créé d’autres outils pour signaler leur bibliothèque, rechercher des ouvrages, ou entrer en contact.

N’hésitez pas à contacter l’AJCH pour signaler d’autres formes de partage et d’accès ouvert!

AAC: Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle)

Lieu de la manifestation : INHA – Paris
Date(s) : 28 mai 2020
Date limite de réponse à l’appel : 24 février 2020

19-20, l’association doctorale inter-universitaire en histoire de l’art contemporain organise une journée d’études dont l’appel est en cours et qui serait susceptible d’intéresser de jeunes historien.ne.s.

Intitulée « Fabriquer les identités collectives. Un chantier de l’art à l’époque contemporaine (XIXe – XXIe siècle) », la journée aura lieu le jeudi 28 mai 2020 à l’INHA.

Cette journée d’études est ouverte aux doctorant.e.s et jeunes chercheur.euse.s de toutes les disciplines, prenant comme objet d’étude l’art et ses manifestations.

Voici le lien de l’appel : https://1920.hypotheses.org/4482.

Pour toute question, n’hésitez pas à écrire à association1920@gmail.com.

AAC: Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales

Lieu de la manifestation : MMSH Aix-en-Provence
Date(s) : 12/05/2020
Date limite de réponse à l’appel : 27/03/2020

Collectifs, animaux, objets, intelligences artificielles sont autant de catégories qui aujourd’hui questionnent les contours du concept d’acteur en sciences humaines et sociales. L’acteur·rice se caractérise comme celui ou celle qui agit, qui mène une action, ou encore qui interprète. Au-delà de cette définition, de nombreuses déclinaisons — actant, agent — ainsi que des termes connexes — sujet, individu, personne — révèlent des approches méthodologiques spécifiques parfois en opposition : individuel/collectif, micro/macro, subjectivisme/objectivisme, quantitatif/qualitatif, point de départ/d’arrivée de la réflexion, agissant/non agissant.
Interdisciplinaire, le concept d’acteur semble être omniprésent et constamment mobilisé dans les recherches menées en sciences humaines et sociales au point de faire consensus. Il apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines. Toutefois, la dialectique entre holisme et individualisme a fait l’objet de débats au sein des sciences humaines et sociales. Au début du XXe siècle, déjà, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique . Cette critique a conduit l’école des Annales à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. En littérature, le structuralisme annonçait la mort de l’auteur dépossédé de son oeuvre . Cependant, dans les années 1980, la crise des structures impersonnelles de l’analyse — idéologies, sociétés, économies — conduit à un « retour de l’acteur  » aux multiples visages : l’« inflexion actorielle  » en géographie, la microstoria , la théorie de l’acteur-réseau en sociologie , les capacités auto-instituantes de l’acteur en anthropologie , etc. Ainsi, au regard des multiples évolutions épistémologiques, il apparaît que la façon de concevoir l’acteur n’est pas neutre et influence les analyses.
C’est dans cette même dynamique que le séminaire Jeunes chercheurs·euses s’inscrit. Le concept y a été exploré au prisme de quatre thématiques : « Pratiques et stratégies », « Normes et transgressions », « Mobilité et spatialité », « Genre et agentivité » .

Appel complet ici

Nouvelle revue scientifique, Histoire culturelle (XVIIIe-XXIe siècles)

L’ADHC (Association pour le développement de l’histoire culturelle) créée une nouvelle revue scientifique, Histoire culturelle (XVIIIe-XXIe siècles), dont le premier numéro paraîtra à l’automne 2020. Cette revue, publiée en ligne en accès libre et gratuit, comprendra une rubrique intitulée « Atelier de la recherche », vouée à accueillir des travaux émanant de jeunes chercheurs et chercheuses n’ayant pas ou peu l’expérience de publications scientifiques.

Cette rubrique, sans thème imposé, entend devenir un lieu privilégié de publications issues de masters soutenus ou de doctorats en cours dans le domaine de l’histoire culturelle. Elle réunira dans chaque numéro environ trois articles de 25 000 signes (tout compris), dont la rédaction sera sollicitée à l’issue d’un processus de sélection de propositions. Ces dernières, sous la forme d’un texte d’environ 2 000 signes, devront expliciter non seulement le sujet traité mais aussi les sources mobilisées et le caractère culturaliste de la démarche mise en œuvre ; elles devront être accompagnées de quelques lignes de présentation biographique.

Pour ce premier numéro, la date limite d’envoi des propositions est fixée au 5 janvier 2020. Les textes devront être remis ensuite le 15 mars, de sorte à permettre un accompagnement spécifique des auteur∙e∙s, en amont comme en aval du processus d’évaluation en double aveugle auquel chaque texte sera soumis. Les versions définitives des articles sont attendues pour le 20 juin. Les propositions sont à envoyer aux responsables de la rubrique (lguilbert@hotmail.com ; jessica.kohn23@gmail.com ; myriam.juan@unicaen.fr ; stephanie.sauget@gmail.com), avec copie à l’adresse électronique de la revue (revuedeladhc@gmail.com).