Appel à communication – De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924)

Lieu : Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel à Strasbourg

Date : 9 février 2018

Date limite de réponse à l’appel : 1er juillet 2017

Le 11 novembre 2018 marquera le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale mais aussi celui du « retour de l’Alsace à la France » après 47 années de souveraineté allemande, conséquence de la défaite de 1870 et de la signature du traité de Francfort de 1871 qui avait abouti à la création du Reichsland d’Alsace-Lorraine.

En novembre 1918, le retour de l’Alsace à la France avait provoqué un grand enthousiasme dans la population alsacienne et donné lieu à de nombreuses fêtes désormais bien connues. Mais face à la volonté assimilatrice du gouvernement français, « l’éblouissement tricolore » avait rapidement laissé place au « malaise alsacien » qui s’installe durablement à partir du printemps 1919.

Depuis les travaux fondateurs de Christian Baechler sur Les Alsaciens et le grand tournant de 1918, et de Geneviève Baas sur Le malaise alsacien de 1919 à 1924, publiés en 1972, les études universitaires sur cette période clé de l’histoire contemporaine de l’Alsace se sont multipliées, notamment les dernières années. (…)

L’objet de ce colloque sera donc de faire le point sur l’état des connaissances et des recherches historiques récentes concernant cette période transitoire qui s’étend en Alsace de l’armistice du 11 novembre 1918 à la victoire du Cartel des gauches aux élections législatives du 11 mai 1924.

Voir l’appel complet ici

AAC – Revue Les Cahiers du Numérique : enjeux et apports des recherches en humanités numériques

Remise des articles : 23 avril 2017

Réponse aux auteurs : 23 juin 2017

Remise de la version finale : 23 juillet 2017

Le numérique a envahi notre quotidien, de la sphère professionnelle, il s’est rapidement propagé vers notre sphère privée. Il semble communément admis que la révolution numérique est en marche. Si nul ne sait quand celle-ci atteindra son point culminant ni prédire quels en seront les effets – les discours sont pour le moins dichotomiques sur le sujet – il est incontestable que son omniprésence opère une transformation de nos dynamiques sociales et culturelles (Jeanneret, 2011) et propulse nos sociétés occidentales dans une « culture numérique » (Doueihi, 2011 ; Rieffel, 2014) laissant subséquemment entrevoir les possibilités d’ « humanités numériques ». Les résistants aux injonctions de cette culture numérique sont considérés  –  au mieux  –comme des marginaux ne souhaitant pas rejoindre cette culture ouverte de l’information, cette culture numérique du partage, à la fois participative, citoyenne et porteuse de nouveaux espoirs.

Force est de constater que sans application numérique il n’existe ni culture ni humanité numérique. Or ces applications relèvent des sciences de la computation ou de l’informatique, l’une des seules « nouvelles sciences » à s’être élevée au rang d’industrie. Les technologies de l’information et de la communication seraient d’ailleurs vectrices d’une troisième révolution industrielle (Rifkin, 2012). Pour Babinet (2016) « la révolution numérique en cours va transformer le monde plus fortement que ne l’a fait la révolution industrielle », d’où l’intérêt accru des politiques pour ces phénomènes émergeants et les inlassables prescriptions pour prendre le « tournant numérique ». Réponses à la communication politique ou réel engouement pour les humanités numériques, les projets sur le sujet ne cessent d’émerger depuis une dizaine d’année. Quels sont-ils, peut-on les caractériser ? Quelles sont leurs finalités ? Comment sont-ils conduits, selon quelle(s) méthode(s) ? Ces projets d’humanités numériques ont-ils réussi à dépasser le cloisonnement disciplinaire des sciences face aux technologies de l’information et de la communication (Heinderyckx, 2015) ? Quels sont les apports épistémologiques, théoriques, méthodologiques issus de ces recherches ?

Appel complet ici

Prix de la Fondation de Recherche Caritas France – Institut de France

Date limite de candidature: 15 mars 2017

La Fondation de Recherche Caritas France – Institut de France décerne en 2017, pour la 8ème année consécutive, son prestigieux « Prix de Recherche Caritas« , d’une valeur de 10 000€
L’objectif de ce prix est de participer activement à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, en France et dans le Monde.
Il récompense dès lors, toute recherche, thèse ou publication particulièrement innovante, permettant de faire avancer la compréhension des inégalités, leurs causes et conséquences, et de favoriser les initiatives d’action en la matière.
Les publications entrant en lice proviennent prioritairement du champ de la recherche scientifique, mais des initiatives moins académiques provenant d’autres horizons peuvent être envisagées, surtout si elles touchent un public plus large.
Le prix s’adresse, en outre, tout particulièrement à de jeunes chercheur-e-s. Les personnes déjà reconnues et primées par ailleurs ne seront pas prises en compte.

Plus d’informations ici

Ecole thématique. Que fait l’histoire sociale de l’appartenance religieuse ? Un questionnement interdisciplinaire de la Méditerranée à l’océan indien, XVe-XXe siècle

Lieu: Casa Palacio de los Briones
C/ Ramón y Cajal, 15 – 41410 Carmona (Sevilla)

Dates: 26 au 29 juin 2017

Date limite de réponse à l’appel: 31 mars 2017

Cette École thématique entend interroger ce récit de la modernité occidentale qui a participé de la réification du fait religieux comme une dimension spécifique du monde social. En privilégiant des approches localisées et des contextualisations denses, il s’agit au contraire de réinscrire les activités religieuses au sein des configurations sociales et économiques dans lesquels elles trouvent leur origine. Ainsi il convient d’interroger des notions aussi centrales que le rituel ou le sacré dans le rapport aux collectifs, non pas comme des moyens de perpétuation d’une identité immuable, mais comme des manières d’actualiser constamment les frontières fragiles des groupes sociaux. Cela invite dès lors à revisiter les situations de contacts ou de circulations interreligieux, non pas comme des moments exceptionnels de passage, d’affrontement ou de médiation entre des entités culturelles monolithiques, mais comme des modalités ordinaires de cohabitation ou bien de réaffiliation des acteurs sociaux dans des configurations sociales localisées.

En somme, en choisissant d’adopter une approche pragmatique du fait religieux, cette École thématique invite à s’interroger sur ce que les acteurs font quand ils parlent de leur appartenance religieuse, et en quoi ces actions façonnent les appartenances sociales. Tels sont les enjeux d’une histoire sociale qui se saisit des appartenances religieuses, en les ancrant dans les pratiques situées des acteurs sociaux, et en tenant à distance critique le double prisme des sources étatiques et ecclésiastiques.

Appel complet ici

Appel à communications – Remembering early modern revolutions. England, North America, France and Haiti

Lieu : Institute of Historical Research (IHR), Senate House, Londres (Grande-Bretagne)

Date : 17 juin 2017

Date limite de réponse à l’appel : 1er mars 2017

The ‘turn to memory’, as Geoffrey Cubitt has described it, has been a major feature of recent historiography. This one-day conference will explore the memory of the major revolutions of the early modern period (England 1649 & 1688/9; North America 1776, France 1789 and Haiti 1791-1804). By addressing these events collectively, the conference will explore the interconnectedness of these revolutions in the contemporary mind. It will highlight the importance of invoking the memory of prior revolutions in order both to warn of the dangers of revolution and to legitimate radical political change. The conference will also unpick the different ways in which these events were presented and their memory utilised, uncovering the importance of geographical and temporal contexts to the processes of remembering and forgetting.

We welcome papers engaging with the role of revolutions in shaping national narratives and foundational myths; exploring the instrumentalisation of memory by powerful and marginal groups, in both national and transnational contexts; and discussing acts of collective and individual remembering and forgetting, both public and private. We encourage proposals that connect with key themes in memory studies, including but not limited to those which discuss the politics of memory, as exemplified in the classic work of Michel-Rolph Trouillot on the Haitian Revolution; Pierre Nora’s ‘sites of memory/lieux de mémoire’ – anniversaries, monuments and other forms of public commemoration; Tzvetan Todorov’s ‘blotting out of memory’ –  the deliberate expunction from memory of the events that preceded the establishing of a new regime; and Marianne Hersch’s concept of ‘postmemory’, that the trauma of revolution could also affect those who did not directly witness or experiences these events, but who were nonetheless powerfully influenced by the fractured remembrances of those who did. Examining both personal and collective remembrance, exploring private recollection and public commemoration, this conference seeks to uncover the rich and powerful memory of early modern revolutions.

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – La prise de décision dans les structures éducatives. Entre la norme et la pratique (XIIIe-XXe siècle)

Lieu : Maison de la Recherche de l’Université Toulouse – Jean Jaurès

Dates : 9 et 10 octobre 2017

Date limite de réponse à l’appel : 15 avril 2017

Les communications souhaitées devront décliner les modalités de la tension entre norme et pratiques démocratiques, à l’échelle des structures éducatives, dans une perspective historique, mais en faisant appel à toutes les disciplines concernées : sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation, droit, etc. Tous les types de structures éducatives (officielles, clandestines, établissements, associations, laïques, religieuses, anciennes, contemporaines), et à tous les niveaux d’enseignement (du primaire au supérieur, pour reprendre une terminologie contemporaine) sont proposés à la réflexion collective.

Voir l’appel complet ici.

École d’été « Ars Nautica » en archéologie maritime et navale de la Méditerranée à Dubrovnik

Lieu : Dubrovnik (Croatie)

Date : 3 au 10 juin 2017

Date limite de dépôt des candidatures : 15 mars 2017

This course unites experts in maritime and nautical archaeology and others specialists in various scientific related fields, to discuss with course participants the full spectrum of maritime and nautical archaeology in the Mediterranean

The chosen format – a short, intense course conducted in an accelerated summer school session – allows participation by many European specialists, affording students direct contact with professionals working and
studying in the fields of maritime and nautical archaeology and other related areas. This workshop will establish a creative environment for discussing the present and future of the archaeological, historical and ethnographic nautical heritage of the Mediterranean.

  • The course is divided into four thematic units:
  • The ship and its environment: technology and navigation;
  • The ship as a reflection of society;
  • Nautical heritage and its value to today’s world;
  • Nautical archaeology and ethnography in the digital era.

Advanced MA students, PhD candidates and post-doctoral early-career researchers can apply to the summer school. They will present in 30 min their own research projects. The accommodation will be provided in or around the Inter-university Centre. Participants should cover their own travel expenses.

The participation fee is 100 €. Grants are available (see the application form).

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Corps, espace, pouvoir

Lieu : Université Paris-Est Marne-la-Vallée, campus Champs-sur-Marne (77)

Date : 20 octobre 2017

Date limite de réponse à l’appel : 20 avril 2017

Quels rapports de pouvoir articulent le corps et l’espace ? Comment le corps est-il façonné par le pouvoir ? Comment le pouvoir sur l’espace se répercute-t-il sur les pratiques corporelles ? Cette journée d’études interdisciplinaires (géographie, histoire, STAPS, sociologie, et plus généralement Sciences humaines et sociales) interrogera les liens qui peuvent unir corps, espace et pouvoir. Elle sera l’occasion de faire un bilan sur ces questions et, peut-être, de pousser plus loin les questionnements à travers plusieurs études de cas.

Voir l’appel complet ici.

Appel à communications – Révolutionnaires et communautés utopiques

Lieu : MSH, Clermont-Ferrand

Date : 13 décembre 2017

Date limite de réponse à l’appel : 30 juin 2017

Cette journée d’étude organisée par la Société des études robespierristes se propose d’interroger les rapports entre acteurs de la Révolution française et de l’Empire et la construction de communautés utopiques, pendant ou après les événements des années 1789-1815. Elle se tiendra le 13 décembre 2017 à Clermont-Ferrand. (…)

La journée d’étude se propose d’étudier les sources philosophiques et littéraires dont se revendiquent les fondateurs de ces communautés, leur implication dans la Révolution ou l’Empire, la manière dont ils conçoivent leur organisation, leur recrutement et leur développement, les références qu’ils maintiennent (ou pas) aux événements français, les liens qui existent entre leurs aspirations et les installations collectives à l’étranger, notamment en Amérique du Nord, ou les colonies utopistes de la première moitié du XIXe siècle (Owen, Fourier, Cabet).

Voir l’appel complet ici.